Connect with us

Politique

Pour sa première sortie en président : Tebboune ne fait pas de grandes annonces

Première sortie officielle pour le nouveau président de la République, Abdelmadjid Tebboune. Investi jeudi dernier, le nouveau chef de l’Etat a inauguré, aujourd’hui, la 28e foire de la production Algérienne « FPA 2019 », ouverte au Palais des expositions des Pins maritimes à Alger.

Melissa NAIT ALI

Published

on

© DR | Abdelmadjid Tebboune s'engage à revoir le système national de santé
© DR | Abdelmadjid Tebboune, première sortie sur le terrain.

Le rendez-vous était une occasion, pour lui, de donner des signes « du changement » économique attendu. Mais il n’en fut rien, ou presque. Ses interventions devant les stands des exposants n’ont rien de révolutionnaires. Il y a même comme un sentiment « de déjà vu ».

En effet, le nouveau locataire du palais d’El Mouradia s’est contenté de constats, de quelques bonnes intentions et un seul ordre. Ce dernier a été adressé au PDG de la compagnie nationale Air Algérie pour exploiter les aéroports fermés à l’intérieur du pays.

« Et dès 2020 », ordonne-t-il, en suggérant la création d’une filiale de la compagnie nationale Air Algérie dédiée exclusivement aux vols intérieurs. Abdelmadjid Tebboune instruit, à cet effet, le patron d’Air Algérie, Bakhouche Allèche, d’ouvrir des dessertes quotidiennes vers les aérogares fermées. « Il est intolérable de construire des aéroports au niveau national sans que ceux-ci ne soient opérationnels et desservis quotidiennement », affirme-t-il.

Dans ce sens, « il propose la création d’une nouvelle filiale de la compagnie nationale aérienne qui s’occuperait exclusivement des vols intérieurs dans le cas où Air Algérie ne serait pas en mesure d’assurer cette mission ». « Chaque aéroport doit accueillir au moins un vol quotidien pour faciliter le déplacement des citoyens », souligne-t-il.

 L’industrie militaire : « locomotive »

Concernant l’industrie automobile, Abdelmadjid Tebboune donne l’impression de vouloir reproduire sa politique mise en œuvre, en 2017, lorsqu’il était Premier ministre. Il s’attaque violemment à tous les promoteurs des projets lancés à l’époque en les qualifiant « d’importation déguisée ».

« Certains projets ne peuvent être qualifiés d’industrie, car il s’agit simplement d’une importation masquée. Nous ne pouvons avoir un accès forcé à l’industrie. C’est pourquoi nous sommes appelés à réviser les procédés d’importation et à traiter certaines pratiques immorales entachant cette opération », affirme-t-il, lors de son passage devant le stand de l’industrie militaire.

Selon lui, cette dernière « doit inspirer les industriels algériens en matière de taux d’intégration national (on ne connait toujours pas ce taux, Ndlr)». « Il s’agit de la seule industrie mécanique en Algérie. Le secteur des industries militaires en Algérie doit servir de modèle aux opérateurs industriels en matière d’intégration », précise-t-il.

Pour Abdelmadjid Tebboune, « l’industrie militaire constitue la locomotive de l’industrie nationale ».

Un ministère des start-up    

L’unique annonce faite par le président de la République concerne sa volonté de créer un ministère des start-up et des PME en vue d’encourager la création des projets. «Nous allons créer le maximum d’incubateurs dans toues les grandes villes du pays, qui seront parrainés par un ministère des strat-up et de la micro-entreprise », déclare-t-il.

Abdelmadjid Tebboune veut aussi s’attaquer au gaspillage, notamment du pain. «Acheter du blé pour gaspiller le pain est une perte en devises », souligne-t-il, en relançant aussi le projet de mettre fin à l’utilisation des sachets en plastique.  

Advertisement
Comments
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR