Connect with us

Politique

Pour le FFS : « la presse reste victime de l’hégémonie du pouvoir »

Farid BOUHATTA

Published

on

Le Front des Forces Socialiste (FFS) a rendu aujourd’hui un hommage à la presse et affiche son entière solidarité aux journalistes indépendants, en ce 3 mai proclamé journée mondiale de la liberté de la presse.

« Le Front des Forces Socialistes apporte son soutien indéfectible à tous les médias indépendants et aux journalistes et militants, victimes d’harcèlements judiciaires et de toutes autres pressions, et exige la libération des journalistes emprisonnés », peut-on lire dans le communiqué.

« La presse et les médias algériens célèbrent aujourd’hui la journée mondiale de la liberté de la presse, en cette année 2020, dans un climat de répression et d’affront croissants de la part du pouvoir en Algérie », ajoute les rédacteurs du communiqué.

Le même document précise que : « depuis l’indépendance de l’Algérie, la presse, comme toute entité tendant à libérer la vérité, reste victime de l’hégémonie du pouvoir, en dépit d’un combat mené, sans cesse, par des hommes et des femmes déterminés pour la liberté et la démocratie. L’avènement de ladite ouverture démocratique en 1989 n’a fait que repousser la concrétisation des espoirs de bien de générations ».

Pour le FFS, « le chemin semble être encore plus long, face à un pouvoir qui, même en temps de pandémie, n’a pas pris congé de son outrage contre tout foyer d’espoir ».

Il met, en effet, le point sur une contradiction de taille, d’une part « la Présidence prétendant faire de la lutte contre la corruption sa priorité » et d’autre part, « des arguments sordides sont avancés pour justifier l’arrestation des journalistes qui peinent à mener leur noble travail », avant de se demander « s’il y a pire qu’une corruption morale ? ».

Par ailleurs, le vieux parti de l’opposition considère que « la presse et les médias n’en sont pas épargnés ». 

Et d’ajouter : « Otages d’une lois opaque et pénalisante, et victimes de l’absence d’un régime claire régissant la profession, les journalistes et les médias indépendants font dans la résistance face à la prédation d’un régime totalitaire et au pourrissement proliférant et soutenu par le même régime ».

Le parti historique de feu de Hocine Ait Ahmed exige : « l’ouverture effective du champ politique et médiatique, et la levée de blocages imposés aux sites et journaux électroniques. L’ouverture et les libertés constituent, entre autres, le ciment de la cohésion, entre Algériens, qui ouvre les voies vers la reconstruction d’un consensus national et populaire », et appelle « toutes les forces patriotiques à continuer le combat pacifique pour l’avènement d’une vraie démocratie »

Le Hirak demeure, selon lui, « la planche de salut pour une Algérie libre et heureuse ; une Algérie où les libertés fondamentales, d’expression et de la presse notamment, seront garanties ».

Politique

Coronavirus : Les Etats-Unis se retirent officiellement de l’OMS

Achour Nait Tahar

Published

on

Le président américain, Donald Trump a mis fin à la coopération avec l’organisation mondiale (OMS) en retirant son pays de cette organisation onusienne au milieu d’une pandémie. le patron de la maison blanche accuse l’organisation de mauvaise gestion de la pandémie du Coronavirus.

« Le Congrès a reçu la notification que le président a officiellement retiré les Etats-Unis de l’OMS au beau milieu d’une pandémie », a écrit sur Twitter Robert Menendez, membre démocrate de la Commission sénatoriale des Affaires étrangères. Dans la foulée, l’information a été confirmée à l’AFP par plusieurs responsables du gouvernement américain.

Sortie effective après un délai d’un an

La notification sera effective au terme d’un délai d’un an, soit le 6 juillet 2021, ont précisé plusieurs responsables du gouvernement américain, plus gros contributeur de l’organisation. Lorsque Donald Trump avait annoncé la suspension du financement américain de l’OMS, en avril, Joe Biden s’était engagé à revenir sur la décision du président américain en cas de victoire en novembre.

Avec AFP

Continue Reading

Politique

Le Président Tebboune préside une réunion consacrée à l’examen du projet de Plan national de relance socio-économique

Avatar

Published

on

By

© DR | Tebboune préside une réunion de relance socio-économique

Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune a présidé, mardi, une séance de travail consacrée à l’examen du projet de Plan national de relance socio-économique, à soumettre aux prochaines réunions du Conseil des ministres, indique un communiqué de la Présidence de la République, dont voici le texte intégral:

“Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune a présidé, ce jour, une séance de travail, en présence du Premier ministre et des ministres des Finances, de l’Energie, de l’Industrie et des Mines, du Commerce, de l’Agriculture, ainsi que du ministre délégué auprès du Premier ministre, chargé de la Prospective.

Cette séance de travail a été consacrée à l’examen du projet de Plan national de relance socio-économique, à soumettre aux prochaines réunions du Conseil des ministres.

Les ministres concernés ont présenté des exposés sur les mesures pratiques proposées pour la mise en oeuvre du Plan d’action du Gouvernement, visant l’édification d’une nouvelle économie nationale sous-tendue par la diversification des sources de croissance, l’économie du savoir et la gestion rationnelle des richesses nationales.

A cet effet, le Président de la République a ordonné l’entame de l’exploitation de la mine de fer de Ghar-Djebilet dans la wilaya de Tindouf et du gisement de Zinc de Oued Amizour dans la wilaya de Béjaia.

Pour le Président Tebboune, l’édification d’une véritable nouvelle économie passe par le changement des mentalités et la libération des initiatives de toute entrave bureaucratique, la révision des textes juridiques en vigueur, ou leur adaptation en fonction de la logique économique et non des pratiques conjoncturelles, ce qui permettra de mieux exploiter le génie national et de générer les richesses et les emplois sans exclusion, ni exclusive.

Il a instruit le ministre de l’Industrie à l’effet de présenter les cahiers des charges déjà disponibles, lors du prochain Conseil des ministres, et d’optimiser les dérivés du pétrole et du gaz en vue de revoir le Produit national à la hausse.

Au terme de la séance de travail, le Président de la République a appelé les ministres concernés à entamer immédiatement, sous la supervision du Premier ministre, la recherche des mécanismes efficaces à même de réduire, à court terme, les dépenses inutiles et d’augmenter les revenus à travers l’encouragement de la production nationale, la généralisation de la numérisation et la lutte contre l’évasion fiscale, le gaspillage et la surfacturation, afin de permettre au pays de surmonter les difficultés conjoncturelles induites par la double crise issue du recul des revenus des hydrocarbures et de la propagation de la pandémie de la COVID-19.

Enfin, le Président Tebboune a appelé à s’attaquer, avec fermeté, à l’argent sale dont les détenteurs veulent entraver l’opération de changement radical, amorcée le 12 décembre dernier”.

Continue Reading

Politique

Corruption : Reprise du procès de l’homme d’affaires Mahieddine Tahkout

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

© DR |

Le procès de l’homme d’affaires Mahieddine Tahkout poursuivi pour plusieurs chefs d’accusation liés à la corruption, qui s’est ouvert lundi au tribunal de Sidi M’hamed, a repris ce mardi.

En détention depuis juin 2019, Mahieddine Tahkout est poursuivi, dans cette affaire, pour obtention de privilèges de la part de cadres de l’Office national des œuvres universitaires (ONOU) et du ministère des Transports dans l’affaire des œuvres universitaires, selon l’agence de presse officielle.

Il aussi accusé d’avoir obtenu des privilèges de la part des cadres du ministère de l’Industrie et de l’Agence nationale de développement de l’investissement (ANDI) dans l’affaire de la société CIMA-MOTORS, précise la même source.

Egalement impliqués dans cette affaire, les deux anciens Premiers ministres, Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal ainsi que l’ancien ministre de l’Industrie Youcef Yousif et l’ancien ministre des transports, Amar Ghoul, ont été auditionnés hier par le juge. Les accusés ont rejeté les accusations retenues contre eux.

A noter, par ailleurs, que le collectif de défense avait demandé, lundi, le transfert des audiences de ce procès au tribunal de Dar El Beida en raison de l’exiguïté des salles du tribunal de Sidi M’hamed où il est impossible de respecter la distanciation sociale afin d’éviter la propagation du nouveau coronavirus, d’après l’agence officielle.

Continue Reading

Tendances

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR