Connect with us

Economie

Pour dénoncer le blocage des projets de Cevital : une marrée humaine à Bejaia

Plusieurs milliers de personnes ont battu le pavé, aujourd’hui à Bejaia selon les organisateurs. Près de 900 000 manifestants, des hommes politiques, des députés et des étudiants, ont marché dans la ville pour réclamer la levée des blocages sur les projets du groupe Cevital et la création d’emploi en Kabylie.

Melissa NAIT ALI

Published

on

Plusieurs milliers de personnes ont battu le pavé, aujourd’hui à Bejaia selon les organisateurs. Près de 900 000 manifestants, des hommes politiques, des députés et des étudiants, ont marché dans la ville pour réclamer la levée des blocages sur les projets du groupe Cevital et la création d’emploi en Kabylie.

L’appel lancé par le comité du soutien aux travailleurs de Cevital a reçu un écho très favorable de toutes les composantes de la société. Ils étaient tous là : des députés représentants la wilaya, dont ceux du RCD et Khaled Tazaghart, des élus locaux, des étudiants, les représentants de la JSK, à leur tête son président Chérif Mellal et Miloud Iboud, des militants de la LADDH, des enseignants de l’université de Bejaia…

La marche été aussi marquée par la présence de Djamel Zenati, ancien député du FFS. Les rangs de la procession qui s’est ébranlé à partir du siège de Cevital se sont grossis en cour de route vers le port de Bejaia, point de chute de cette marche historique. Durant la manifestation, les marcheurs ont scandé des slogans contre le pouvoir qui bloque les investissements et qui pousse les jeunes à la harga. « Pouvoir assassin », « Système dégage ! », « Bouteflika, Ouyahia houkouma irhabia », « le peuple veut de l’emploi aux jeunes »…répètent en chœur les manifantss qui ont aussi repris d’autres slogans.

« Des marches mensuelles »

 Tout au long de l’itinéraire, les organisateurs ont pris la parole pour exprimer l’objectif de cette action. C’est ainsi que le coordinateur national de défense des travailleurs de Cevital et des investissements, Mourad Bouzidi affirme que « cette marche grandiose sera renouvelée chaque mois, s’il le faut, jusqu’à avoir une réponse positive de ce pouvoir qui privilégie la politique de la barque de fortune (babor ellouh)».

« Nous allons vers une grève générale et une fermeture totale de la Kabylie si nécessaire », explique-t-il devant une foule en colère. « C’est à vous, de décider de la suite à donner aux événements », dit-il, encore en s’adressant, cette fois-ci, au pouvoir avant d’appeler pour la énième fois le président de l’APW à faire voter une résolution débloquant l’usine de trituration de graines oléagineuses.

Lui succédant, Rachid Saou, professeur d’université et membre actif de la coordination, estime que « si le 11 décembre 1960 a été un tournant décisif pour la libération du pays du colonialisme, ce 11 décembre 2018 est un tournant décisif pour la libération du pays des blocages du système maffieux ».

Pour rappel, le blocage du projet de trituration des graines oléagineuses du groupe Cevital dure depuis 624 jours. Sollicité à plusieurs reprises et par plusieurs parties, le gouvernement n’a donné aucune réponse.

Economie

Pétrole: le baril de Brent à moins de 40 dollars lundi

Avatar

Published

on

By

© DR |

Les prix du pétrole baissaient lundi en cours d’échanges européens, toujours pénalisés par une demande incertaine alors que la planète peine à juguler la pandémie de nouveau coronavirus. Dans la matinée, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en novembre valait 39,48 dollars à Londres, en baisse de 0,88% par rapport à la clôture de vendredi.

A New York, le baril américain de WTI pour octobre perdait 0,88% également, à 37,00 dollars.

La semaine dernière, les deux barils ont perdu plus de 6%. Le pétrole avait cependant entamé la séance de lundi en hausse, mais “le futur est en train de devenir plus incertain qu’avant”, a commenté Tamas Varga, analyste pour PVM.

“Les taux d’infection sont à nouveau en hausse, des mesures de confinement localisées introduites dans un nombre croissant de pays entravent la croissance économique et le nombre de chômeurs ne parvient pas à diminuer de manière significative”, a-t-il détaillé.

La France a vu le nombre de cas quotidien de Covid-19 franchir la barre des 10.000 samedi, un seuil record depuis le lancement des tests à grande échelle dans le pays. Et en Autriche, le chancelier a déclaré que le pays était entré dans “la seconde vague”.

De plus, “l’annonce que le blocus des terminaux d’exportation de pétrole libyens pourrait bientôt prendre fin” est une autre mauvaise nouvelle que l’Opep+ devra discuter lors de sa réunion de suivi de l’accord prévue jeudi, a ajouté Jeffrey Halley, analyste pour Oanda.

L’Organisation des pays exportateurs de pétrole et ses alliés, dont la Russie, sont engagés dans des efforts inédits pour limiter leur production et tenter de faire remonter les prix. Avec une réussite en demi-teinte pour l’instant.

Comme le souligne Eugen Weinberg, analyste pour Commerzbank, le cartel, qui fête ses 60 ans ce lundi, a gagné des membres au fil du temps mais a perdu en parts de marché, notamment au profit des Américains.

Et “après des mois de renoncement volontaire à des recettes supplémentaires, les problèmes deviennent de plus en plus visibles compte tenu des difficultés financières et économiques considérables auxquelles sont confrontés les pays participants et compte tenu des perspectives (de demande) incertaines”, a-t-il expliqué en soulignant que certains observateurs pensent que les Emirats arabes unis, pourtant “très disciplinés” jusqu’à maintenant, pourraient relâcher leurs efforts.

La publication lundi du rapport annuel du géant pétrolier BP sur la demande de pétrole dans le monde n’a rien fait non plus pour redynamiser les cours de l’or noir: ce bilan estime que la consommation mondiale pourrait avoir déjà atteint son pic et ne plus cesser de décliner en raison des conséquences de la pandémie et de la transition énergétique.

Pour BP, la demande pour le secteur des transports en particulier est vouée à reculer, en raison de la baisse du nombre de déplacements à court terme à cause de la pandémie et de l’essor des véhicules électriques sur le long terme.

Continue Reading

Economie

Zone de libre-échange avec l’UE: l’Algérie demande « oralement » son ajournement

Melissa NAIT ALI

Published

on

L’Algérie n’est toujours pas prête pour l’achèvement de la zone de libre-échange, comme le stipule l’accord d’association avec l’Union européenne. Elle veut un nouvel ajournement de cette échéance, après celui négocié avec la commission européenne en 2017.

Selon l’AFP qui a cité le porte-parole de la commission européenne, l’Algérie a demandé oralement le report de la mise en œuvre de la dernière étape de l’accord d’association, à savoir le démantèlement total des tarifs douaniers, dès le 1er septembre 2020.

« Nous avons été informés oralement de la demande algérienne de report de l’achèvement de la zone de libre-échange entre l’UE et l’Algérie », indique le porte-parole de la commission européenne, précisant que cette instance « n’a pas encore reçu de demande formelle ».

Conclu en 2004, l’accord d’association entre Bruxelles et Alger est, rappelons-le, entré en vigueur au 1er septembre 2005. Il a prévu l’ouverture des marchés respectifs au sein d’une zone de libre-échange (ZLE). L’accord prévoyait pour cela une période de transition de douze ans, jusqu’en 2017, afin que l’Algérie élimine progressivement ses droits de douane sur des produits industriels et qu’elle applique une libéralisation sélective de ses produits agricoles.

Cette période a par la suite été prolongée de trois ans, jusqu’au 1er septembre 2020, pour certains produits comme l’acier, les textiles, les produits électroniques et l’automobile.

Mais, selon le porte-parole de la Commission, « les dernières données disponibles confirment que les autorités algériennes n’ont pas démantelé les derniers droits de douane prévus, ce qui aurait dû être fait avant le 1er septembre 2020 ».

«Si cela se confirmait, cela constituerait une violation de l’accord », a-t-il déclaré, indiqué que « toute révision de l’accord (…) devrait faire l’objet d’une décision mutuelle au sein du Conseil d’association UE-Algérie ».

Pour rappel, l’entrée en vigueur de cette ZLE est contestée par les dirigeants politiques, les chefs d’entreprises et des économistes algériens. Les autorités algériennes avait demandé à moult reprises au fil des années de renégocier un accord trop défavorable, selon eux.

Continue Reading

Economie

Pétrole: le Brent au plus bas depuis un mois

Avatar

Published

on

By

Les prix du pétrole sont tombés lundi à des nouveaux plus bas sur un mois pour le Brent et deux mois pour le WTI, fragilisés par les inquiétudes sur la demande et par une baisse du prix du pétrole saoudien.

Lundi matin, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en novembre valait 42,08 dollars à Londres, en baisse de 1,36% par rapport à la clôture de vendredi. A New York, le baril américain de WTI pour octobre perdait 1,51% à 39,17 dollars.

Peu après l’ouverture, pendant la séance asiatiques, les prix du Brent et du WTI sont respectivement tombés à 41,51 et 38,55 dollars, des niveaux plus vus depuis fin juillet et fin juin.

“Les prix ont plongé après que l’Arabie saoudite a opéré sa plus forte baisse de prix en cinq mois pour sa production à destination de l’Asie et alors que les inquiétudes grandissent sur la reprise de la demande”, a expliqué Fiona Cincotta, analyste.

“L’offre est abondante, la saison du trafic routier (du fait des vacances, ndlr) aux Etats-Unis prend fin, la demande de carburant pour les avions est dans les limbes et la Chine ralentit ses achats”, a-t-elle ajouté pour expliquer la difficulté du pétrole à se reprendre, et ce malgré les efforts de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole et de ses alliés pour limiter leur production.

Bjarne Schieldrop, analyste, voit cependant des raisons d’espérer: “nous prédisons que le ratio offre-demande va passer d’un surplus en 2020 à un déficit en 2021, aidé par une demande ravivée, par les coupes de l’Opep+ et par une réponse discrète du pétrole de schiste américain”.

Les producteurs de pétrole non-conventionnel nord-américain ont en effet été particulièrement touchés par l’effondrement des prix en mars et avril, au moment où de nombreux pays ont instauré un confinement plus ou moins drastique.

Continue Reading

Tendances

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR