Suivez-nous

Politique

plusieurs partis politiques et personnalités nationales appellent au rejet pacifique de la “mascarade électorale”

Des partis politiques, des membres de la société civile, des syndicats, des associations, des collectifs citoyens et des personnalités nationales signataires d’un communiqué, ont appelé les Algériennes et les Algériens, résidant au pays et de la diaspora, à “continuer de rejeter, par tout moyen pacifique, la mascarade électorale du 12 décembre” incitant, par la même, les citoyens à rester vigilants “contre toutes les provocations contre-révolutionnaires” et à continuer d’exiger dans l’union “le départ du système policier à travers une transition démocratique qui jette les jalons d’une nouvelle république”.

Avatar

Publié

le

© INTERLIGNES | 42e vendredi de mobilisation populaire à Alger.

“L’acte final est le maintien d’un simulacre d’élection présidentielle conduite par le même régime, contre tout bon sens, pour le 12 décembre prochain“, estiment les signataires du communiqué ajoutant que le pseudo “accompagnement du peuple” des tenants du système n’arrive pas à masquer le vrai objectif, soit le maintien du système autoritaire et corrompu.”

Pour les auteurs du communiqué, les candidats “cooptés ainsi que l’interdiction de toute campagne publique opposée au projet de parodie électorale accompagnée d’une répression féroce à l’échelle nationale, mettent un terme à toute illusion de renouveau même chez les plus crédules de nos concitoyens“.

L’heure est grave“, alertent les signataires, estimant que les tenants du pouvoir, forts de leur mainmise sur la puissance sécuritaire du pays, “s’obstinent à imposer, par un violent passage en force, un président de leur choix, au risque de porter atteinte à la pérennité de l’Etat, voire d’entrainer le pays vers le chaos“.

“Ils (tenants du pouvoir) entendent perpétuer l’autoritarisme et la prédation. Ils sont décidés à étouffer la révolution citoyenne et démocratique. Face à ce brutal déni de souveraineté, la résistance pacifique du peuple est un droit légitime et un devoir”, ajoute-on dans le même communiqué.

“Reconduction d’un système anti national”

“Depuis neuf mois, un pouvoir de fait, illégal et illégitime, s’évertue à parachever les séquences d’un vrai coup de force en voulant récupérer le soulèvement populaire qui a déposé Abdelaziz Bouteflika.
L’opposition explicite et déterminée de millions de citoyen(ne)s à cette nouvelle forfaiture contre la souveraineté populaire, est gérée par la répression, la diversion, la division, le chantage et le verrouillage de l’espace public”
, lit-on dans le même communiqué.

“La volonté d’acheter le silence des puissances étrangères est étalée sans vergogne à travers des sollicitations directes et des réaménagements juridiques et économiques qui hypothèquent jusque l’avenir lointain. L’exemple de la Loi scélérate de bradage des hydrocarbures confirme que lorsqu’il n’y a pas de pouvoir légitime, il ne peut y avoir de souveraineté nationale possible”, déplorent les signataires du communiqué.

Pour eux, “le système policier qui a spolié le peuple est une succession de désastres multiples. Une corruption institutionnalisée a détourné et dilapidé des centaines de milliards de dollars installant des inégalités sociales criardes et des déséquilibres régionaux dangereux pour la cohésion de la société et de la Nation. C’est la reconduction de ce système anti national que veut imposer la parodie électorale projetée”, avertit le communiqué.

Lire la suite
Publicité
Commentaires
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR