Plusieurs journalistes interpellés à Alger

La police a procédé, aujourd'hui, 28 février, à l'interpellation de plusieurs journalistes venus manifester à la place de la Liberté de la Presse, à Alger, pour réclamer la liberté de l'information et exprimer leur rejet du système mis en place.

crédit photo: Interlignes MEDIA | des journalistes interpellés lors d'une manifestation à la place de la liberté à Alger

Grand Angle (300x600)

La police a procédé, aujourd’hui, 28 février, à l’interpellation de plusieurs journalistes venus manifester à la place de la Liberté de la Presse, à Alger, pour réclamer la liberté de l’information et exprimer leur rejet du système mis en place.

 

Plus d’une centaine de journalistes, photographes, caméramans qui sont venus manifester, ont été interpellé violemment par le dispositif de sécurité déployé. le nombre de policiers, en tenue et en civil dépasse largement le nombre de journalistes manifestants. Dès la matinée, un impressionnant dispositif sécuritaire a été déployé autours de la place. Les images des arrestations témoignent de la violence de la répression.

Les manifestants revendiquent leur droit d’informer et leur liberté d’expression. « Les conditions de travail dans les rédactions ne sont pas favorables pour que les journalistes accomplissent leur mission, qui est principalement l’information neutre » nous explique une journaliste d’une chaine privée qui dénonce « le climat hostile qui règne dans les rédactions ».

Les journalistes interpellés ont été laissé pendant plus d’une heure dans les fourgons cellulaires avant d’être transférés dans les différents commissariats de la capitale.

Jusqu’à l’heure ou nous mettons sous presse, les journalistes sont toujours dans les commissariats de la capitale. Selon une source sécuritaire, « ils seront maintenu quelques heures et ils seront relâchés ».

Adsence Milieu article