Connect with us

En continu

Pierre Mansat, président de l’Association Maurice Audin : “Nous allons nous investir dans le combat pour tous les disparus algériens”.

Dans cet entretien, Pierre Mansat, ancien maire adjoint PCF de Paris et président de l’Association Maurice Audin, qualifie la déclaration du président de la République. M. Emmanuel Macron, de courageuse. Selon lui, cette déclaration va bien au-delà de la reconnaissance de la responsabilité de l’État dans l’assassinat de Maurice Audin. Il affirme dans ce sens qu’ “il dénonce avec force le fait que cela a été possible parce que les autorités politiques françaises avaient organisé un système qui l’a permis. Un système qui faisait des disparitions et de la torture un outil de terreur contre les combattants de l’indépendance de l’Algérie”.

Farid BOUHATTA

Published

on

Pierre Mansat, président de l'Association Maurice Audin

Inter-Lignes Algérie : Quelle est votre réaction suite à la déclaration officielle du Président de la République, M. Emmanuel Macron, reconnaissant la responsabilité de l’Etat Français dans l’assassinat de Maurice Audin ?

Pierre Mansat : Tout d’abord un flux d’émotion, d’affection pour Josette Audin, qui n’a jamais baissé les bras pendant 61 années, et pour ses enfants Michèle et Pierre. Et ce cri “enfin ! “, avec une pensée très singulière pour ceux qui ont mené ce combat pour la vérité et contre la torture ; Henri Alleg, Laurent Schwartz, Pierre Vidal-Naquet…les historiennes et historiens, les élus et militants, les journalistes…

Il a fallu 61 ans pour que l’État français reconnaisse officiellement ses responsabilités dans la disparition, la torture et la mort de Maurice Audin. Pourquoi ce retard selon-vous ?

La déclaration du président de la République va bien au-delà de la reconnaissance de la responsabilité de l’État dans l’assassinat de Maurice Audin. Il dénonce avec force le fait que cela a été possible parce que les autorités politiques françaises avaient organisé un système qui l’a permis. Un système qui faisait des disparitions et de la torture un outil de terreur contre les combattants de l’indépendance de l’Algérie. Bien sur 61 années c’est incroyable, mais c’est à mettre en rapport avec la difficulté de la France de regarder en face son passé colonial [il y a peu certains osaient affirmer que la colonisation était une mission civilisatrice !], et la difficulté à approcher les immenses souffrances liées à la Guerre d’Algérie. Ce geste est donc un évènement historique de grande portée, il permet de franchir une étape décisive dans l’appropriation d’une mémoire refusant les haines. Cette reconnaissance va-t-elle faciliter aux historiens, chercheurs et aux journalistes de travailler sur les mémoires blessées de la Guerre d’Algérie ?  Et Comment ? Oui d’abord concrètement, la décision d’ouvrir toutes les archives va permettre de découvrir des fonds sans doute inexploité. Cela impliquera un travail énorme de la part des archivistes et des historiens, mais je crois qu’ils sont bien décidés à s’y lancer avec détermination.

À votre avis, quel est l’avantage qu’on peut avoir sur la reconnaissance de l’assassinat de Maurice Audin ? Va-t-elle mettre de la lumière sur le sort de milliers d’Algériens disparus durant la Guerre d’Algérie ?

Là aussi je rappelle que Maurice Audin se considérait comme un Algérien, qu’il était engagé dans le combat pour l’indépendance. Il est un cas emblématique, mais il y a eu des milliers et des milliers de torturés et disparus, essentiellement des Algériens, et quelques ” Européens” [comme on disait à l’époque] et cette avancée sur la mort de Maurice Audin ouvre grande la porte pour un travail historique et de mémoires sur tous les disparus.

Et qu’en est-il de l’ouverture des archives françaises sur la guerre d’Algérie ?

Ce sera essentiel. Mais cela nécessitera un effort très important, une mobilisation des historiens et archivistes, des moyens humains renforcés car il faut savoir où et quoi chercher.

En tant que président de “l’Association Maurice Audin”, quelle sera votre prochaine étape sur le travail de mémoire et de l’histoire qui lient entre l’Algérie et la France ?

D’abord continuer les actions de révélations ; qui sont les tortionnaires, dans quelles conditions Audin est-il mort ? Où est sa dépouille ? Non pas dans une volonté d’accusation mais de vérité totale. Nous allons sans doute nous pencher sur la question de la loi d’amnistie qui est un obstacle sur le chemin de la vérité. Et nous continuerons l’action pour que toutes les leçons soient tirées de l’instauration du système de la torture. Et nous allons nous investir dans le combat pour tous les disparus Algériens et nous pourrons, dans les heures qui viennent, une initiative prise en commun avec le site Histoire coloniale. net.

En continu

Liste des détenus d’opinion arrêté(e)s durant le Hirak (CNLD)

Le Comité National pour la Libération des Détenus (CNLD) a rendu public aujourd’hui 26 septembre la liste des détenus arrêté durant le mouvement populaire. Le comité précise que cette liste n’est pas complète et sera mise à jours dès que les avocats leurs signalent un nouveau cas.

Bouzid ICHALALENE

Published

on

Arrestation de manifestants qui portent le drapeau Amazigh à Alger.
© Interlignes MEDIA | Arrestation de manifestants qui portent le drapeau Amazigh à Alger.

1/ Arretés le vendredi 21 juin 2019:

Kamel BELEKEHAL;
Akli OKBI;
Ali IDIR;
Mohamed BOUDJEMIL;
Hamza KAROUNE;
Bilal BACHA;
Djaber AIBECHE;
Messaoud Leftissi;
Khaled OUDIHAT;
Hamza MEHARZI;
Tahar SAFI ;
Mouloud CHATRI ;
Samir idir GERROUDJ ;
Nacer TIMSI ;
Amine OULD TALEB ;
Abderrahmane BOUDRAA ;
Khaled OUIDIR;
Makhlouf BIBI;

2/ Arrétés le vendredi 28 juin 2019:

Mohamed AGOUAZI;
Hafid BARACHE;
Bakir BETLICHE;
Aala DEROUICHE;
Arezki AZOUG;
Samira MESSOUCI ;
Amokrane CHALLAL ;
Elhadi KICHOU ;
Mustapha Hocine AOUISSI ;
Amar ACHERFOUCHE ;
Arezki CHAMI ;
Hilal YAHIAOUI ;
Abdelbasset KHEBANI ;
Mohand Ameziane BELHOUL ;
Nabil BOUNOUH ;
Kamel BOUALOUACHE ;
Ghimouz AKRAM ;
Abdelkader Toufik BACHA ;
Kheiredine BENZINE ;
Fazil DECHICHA ;

3/Arrétés le vendredi 13 Septembre 2019:
Rachid HIRET;
Sammy ABBAS;
Boualem OUAHABI;
Mohamed SMALLAH;
Menad TISSEMLAL ;
Menaouar OUAÂZANE ;
Rachid SADAOUI ;
Sadek LOUAIL ;
Mohamed DAADI ;
Nabil BOUALAKMAH ;
Réda BOUARISSA ;
Bilal ZIANI ;
Mohamed Amine CHELALI;
Ahcene HAMZA;
Kheireddine MEDJANI;
Bachir ARHAB;
Kader RASSELMA;
Hakim MIHOUBI;
Sid Ahmed BOUHRAOUA;
Rabah MAHROUCHE;
Wafi TIGRINE;
Laamouri BELAIDI;
Toufik DJILALI;
Mohamed GADI;
Hamidou GARIDI ;
Fatehi DIYAOUI;
Mohamed BOUHERAOUA ;

4/ Arrétés le mardi 17 septembre 2019:
Nour Houda DAHMANI;
Salah MAATI;

5/ Arrêté le mercredi 19 septembre à Constantine actuellement à la prison de Tidia (Constantine). Son procès fixé pour mercredi 2 Octobre : Semmani Amazigh.

Sadeddine Youcef islam ;
Zineddine Bouguetaya.
Lakhdar BOURAGÂA, arrété le samedi 29 juin 2019;
Samir BELARBI arrété le lundi 16 septembre 2019;
Fodil BOUMALA arrété le jeudi 19 septembre 2019;
Khaled ChOUITER, arrété le lundi 24 juin 2019;
Hamza DJAOUDI, arrété le jeudi 22 aout 2019;
5/ Détenus libérés :
*Salim Ihaddaden et Ait yahia Ali smail (Chlef, arrétés le vendredi 21 juin et libérés le 28 juillet 2019;
*Nadir Fetissi (Annaba , le jeudi 8 aout 2019) ;
*Hakim Aissi (Mostaganem; arrété le vendredi 5 juillet et libéré le mercredi 09 septembre 2019)
*Benhabib Madjid et Sayah Aissam (Tlemcen, le mardi 24 septembre 2019) ;
*Karim TABBOU arrété le mercredi 11 septembre 2019 et libéré (provisoire) le mercredi 25 septembre.

Continue Reading

En continu

L’ancien président Français Jacques Chirac est mort

L’ancien président de la République Jacques Chirac est mort jeudi matin à l’âge de 86 ans, a annoncé son gendre Frédéric Salat-Baroux à l’AFP.

Avatar

Published

on

Le président Jacques Chirac le 22 février 2005
© Dr | Le président Jacques Chirac le 22 février 2005

“Le président Jacques Chirac s’est éteint ce matin au milieu des siens. Paisiblement”, a déclaré M. Salat-Baroux, époux de Claude Chirac.

Continue Reading

Accueil

Boudjemaa Talaï devant la Cour suprême ce lundi

Avatar

Published

on

L’ancien ministre des transports et des travaux publics, Boudjemaa Talaï, comparait ce lundi, devant le juge enquêteur près la Cour suprême pour être entendu sur des affaires liées à la corruption.

 

Boudjmaa Talaï qui est cité dans des affaires de malversation enregistrées dans le secteur des travaux publics, doit répondre aux chefs d’accusation d’octroi d’indus avantages dans les marchés et contrats publics, de dilapidation de deniers publics, d’abus de fonction et conflit d’intérêt et corruption dans l’octroi des marchés publics.

Pour rappel,  le ministère de la Justice avait demandé, en juin dernier, la levée de son immunité parlementaire.

Continue Reading

Tendances

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR