PHOTOS | Malgré la force déployée, les étudiants marquent le point

Manifestation des étudiants

Crédit photo: Interlignes MEDIA. Les étudiants forcent le cordon de sécurité à Alger centre.

Grand Angle (300x600)

Un énorme dispositif sécuritaire a été déployé aujourd’hui 19 mai, aux alentours de la Fac centrale et tout le centre d’Alger pour empêcher les milliers d’étudiants sortis, de tenir leur marche à l’occasion de la célébration de la journée nationale de l’étudiant qui coïncide avec la date du 19 mai.

 

Adsence Milieu article

Dès les premières heures de la matinée, des centaines de policiers ont été déployés à la grande poste, la fac centrale, place Audin et les principales artères où se déroulent les manifestations hebdomadaires. Comme à son accoutumé, la police n’a pas lésiné sur les moyens pour dissuader les étudiants de battre le pavé.

Crédit photo: Interlignes MEDIA. Les manifestants marchent à Alger pour exiger le départ de tout le système.

En effet, des fourgons stationnés en file indienne et plusieurs cordons de sécurités ont été postés pour fermer l’accès à la Grande Poste et le siège de l’Assemblée Populaire Nationale (APN). Des fourgons cellulaires ont été mobilisés, des camions « chasse neige » ainsi que des camions à canon à eaux.

Malgré cette armada, les étudiants ne sont pas impressionnés. Ils décident de tenir leur marche en usant de stratagème afin de contourner les différents cordons de police en boucliers placés dans différents endroits. Les manifestants ont, une nouvelle fois, pris les policiers de vitesse et réussissent à forcer les cordons de sécurité. Pour les empêcher d’atteindre leur destination (APN), les forces de l’ordre ont fait recours parfois de la force et les « Tasers » qui dégagent une charge électrique.

Répression des étudiants
Crédit photo: Interlignes MEDIA. Les manifestants marchent à Alger pour exiger le départ de tout le système.

« Libérez la justice »

Plus motivé que jamais, les étudiants, munis de pancartes et de banderoles sur lesquelles des slogans hostiles au pouvoir sont écrit, changent d’itinéraire et se dirigent vers le tribunal Abane Ramdane où ils ont improvisé un rassemblement et scandent : « Libérez la justice », avant de revenir vers la Fac centrale.

Répression des étudiants le 1ç Mai à Alger
Crédit photo: Interlignes MEDIA. Les manifestants marchent à Alger pour exiger le départ de tout le système.

Le chat et la souris a duré presque toute la journée, mais les étudiants ont finalement réussi à tenir un rassemblement devant le sénat. Ils entonnent des chants pour la liberté ainsi que d’autres hostile aux hommes du pouvoir « Gaid Salah Dégage », « makache intikhabat ya l3isabat », « pas d’élection les bandits » et tant d’autres slogans.

Plusieurs étudiants ont été arrêtés par la police. Interrogés, les secouristes sur place nous confient que « plusieurs étudiants sont légèrement blessés ».

Crédit photo: Interlignes MEDIA. Les étudiants marchent à Alger pour exiger le départ de tout le système.

ville barricadée

Il convient de noter que les étudiants ont, encore une fois, marqué un point, et leur manifestation d’aujourd’hui est une nouvelle réussite. « Nous allons continuer à marcher les mardis, les vendredi et s’il le faut, tous les jours de la semaine. Rien ne pourra nous arrêter, et le jour de l’Aid, nous allons aussi marché s’il le faut, car nous devons, quoi que soit le prix, arracher cette liberté », nous confie Madjid, un étudiant rencontré sur les lieux.

Rien ne peut justifier cette force déployée face à des étudiants qui marchent toutes les semaines dans le calme. Cette ville barricadée avec les forces de police donne l’impression d’une ville en état de siège, Or que les étudiants réussissent toujours à préserver le caractère pacifique de leur marche.

Marche des étudiants à Alger
Crédit photo: Interlignes MEDIA. Les étudiants empêchée d’atteindre l’APN.

Adsence Milieu article