Connect with us

Economie

Pétrole: les prix flambent

Published

on

© DR | les prix de l'or noir flambent

Les prix du pétrole se maintenaient dans le vert mercredi, avant la publication de l’état des stocks américains de pétrole par l’Agence américaine d’information sur l’énergie (EIA), alors que les tensions sur l’offre perdurent.

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en août a avancé de 0,75% à 121,48 dollars.

Le baril de West Texas Intermediate (WTI) américain pour livraison en juillet a gagné 1,01% à 120,62 dollars.

« L’intensité persistante de la guerre en Ukraine renforce les craintes de voir les contraintes d’approvisionnement se prolonger« , a commenté Susannah Streeter, analyste pour Hargreaves Lansdown, rapporte le site spécialisé Prix du baril.

Les prix du pétrole trouvent également un soutien dans l’éventualité d’une grève qui pourrait être imminente dans l’industrie pétrolière et gazière norvégienne, selon Carsten Fritsch de Commerzbank. La Norvège est un important producteur européen de pétrole et de gaz.

« La seule chose qui pourrait ralentir le rallye pétrolier est une baisse de la demande« , estime Ipek Ozkardeskaya, analyste pour Swissquote.

Mercredi, l’OCDE a fortement abaissé son anticipation de la croissance mondiale à 3%, contre 4,5% dans son estimation de décembre dernier.

Les conséquences de la guerre en Ukraine pourraient engendrer une flambée de l’inflation à 8,5% parmi les pays membres de l’OCDE en 2022, alerte l’organisation internationale dans ses dernières prévisions économiques. Un niveau deux fois plus élevé que celui qu’elle anticipait en décembre.

« Cela va avoir un impact sur la demande d’essence, les gens vont y réfléchir à deux fois avant de faire de grands déplacements en voiture », affirmait également Andrew Lebow de Commodities Research Group. Ce niveau de prix des carburants « va commencer à être un facteur baissier », assurait l’analyste.

Mais l’offre reste tendue et l’annonce par la ville de Pékin dimanche de lever de nombreuses restrictions anti-Covid n’est pas une bonne nouvelle pour la baisse des prix. « La reprise de la demande avec la réouverture de Pékin et de Shanghai contribue à soutenir les cours », a indiqué Michael Hewson, analyste pour CMC Markets.

L’Organisation des pays exportateurs de pétrole et de ses alliés (OPEP+) a décidé jeudi d’une légère augmentation des quotas de production, pour revenir plus rapidement à ses niveaux de production d’octobre 2018, avant les coupes effectuées pour faire face à la pandémie de Covid-19.

Mais cette augmentation ne devrait cependant pas faire de « différence notable » sur les cours, pour Carsten Fritsch, analyste chez Commerzbank.

« Les barils supplémentaires fournis par l’OPEP+ sont bien moins importants que la perte de pétrole brut et de produits russes », rappelle Tamas Varga, analyste chez PVM Energy. « En d’autres termes, il est peu probable que l’équilibre pétrolier mondial s’améliore ».

Avec AFP

Continue Reading
Advertisement
Comments
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR