Connect with us

Société

Personnes décédées du coronavirus : les prescriptions relatives au transport et à l’inhumation des dépouilles déterminées

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

Un arrêté interministériel déterminant les prescriptions relatives au transport et à l’inhumation des dépouilles des victimes du coronavirus et fixant les mesures d’hygiène et de protection des personnes chargées d’effectuer ces opérations ainsi que celles chargées de les assister a été publié dans le journal officiel.

En premier lieu, l’arrêté précise que les dispositions “s’appliquent aux dépouilles des personnes dont le décès est lié à l’infection par le Coronavirus (COVID-19), qu’il s’agisse de cas confirmés ou probables”.

Ensuite l’arrêté interministériel signé par le ministre de l’Intérieur ,le ministre de la Santé et le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs énonce que “lorsque le décès intervient dans le domicile du défunt, le constat du décès à domicile peut se faire par un médecin public ou privé, qui se déplace de plein gré ou sur réquisition des autorités compétentes” .

Si le médecin constante des symptômes d’atteinte du Coronavirus (COVID-19), l’arrêté stipule que celui-ci “ordonne (prescrit) le transfert de la dépouille vers la morgue aux fins d’un dépistage éventuel et informe immédiatement les services de sécurité compétents. Il doit, également, informer les membres de la famille du défunt des mesures à prendre pour éviter toute contamination”.

L’ablution

Dans ce sens, il est précisé que l’ablution du défunt, dont le décès est lié à l’infection par le Coronavirus (COVID-19), doit, “obligatoirement”, se dérouler au niveau de la morgue de l’établissement hospitalier du lieu du décès ou le plus proche.

“Des personnes peuvent se porter volontaires pour effectuer l’ablution des corps au niveau de la morgue” et ce dans le strict “respect des mesures de prévention, de protection et de sécurité fixées par le ministre chargé de la santé”, précise l’arrêté qui souligne que le wali peut, également, réquisitionner des personnes habilitées pour effectuer cette opération.

“Les services compétents de wilaya sont tenus de fournir aux personnes impliquées dans le processus d’ablution, les équipements de prévention et de protection appropriés”, énonce le texte.

En outre, il est définit que “seuls les ascendants et descendants des membres de la famille du défunt peuvent jeter un dernier regard sur la personne décédée, après son ablution, tout en respectant les conditions de prévention et les mesures relatives à la protection et à la distanciation sociale”.

Transport des dépouilles

S’agissant du transport des dépouilles, l’arrêté interministériel stipule que le wali,
territorialement compétent peut déléguer l’autorisation du transport des dépouilles à tout fonctionnaire habilité, selon les conditions et les formes prévues par les lois et règlements en vigueur.

“L’autorisation de transport est établie, sans délai, sur la base du certificat médical de constat de décès et de l’autorisation d’inhumer délivrée par le président de l’assemblée populaire communale territorialement compétent, et remise au représentant de la famille du défunt
ou au représentant du service dûment chargé du transport de la dépouille”
précise le texte.

Et d’ajouter : “en cas d’inhumation de la dépouille dans la même commune du lieu du décès, l’autorisation d’inhumer délivrée par le président de l’assemblée populaire communale compétent vaut autorisation de transport”.

“Quel que soit le lieu du décès”, l’arrêté détermine que “les dépouilles des personnes décédées sont transportées, à des fins d’ablution et d’inhumation, au moyen de véhicules affectés au transport sanitaire, relevant des établissements compétents, publics et privés ainsi que ceux des services de pompes funèbres”, soulignant que le wali peut, en cas de besoin, réquisitionner des véhicules ayant les mêmes caractéristiques techniques que les véhicules mentionnés plus haut.

En outre, et en précisant que transport des dépouilles doit être assuré dans le strict respect des prescriptions de prévention, de protection, d’hygiène et de sécurité, le texte précise “que les parties chargées ou réquisitionnées pour le transport des dépouilles, sont tenues de nettoyer et de désinfecter les véhicules affectés à cet effet, avant et après l’opération de transport”.

Par ailleurs, il est mentionné que “le transport de la dépouille vers le cimetière
doit s’effectuer sous le contrôle et l’escorte des services de la gendarmerie nationale ou de la sûreté nationale territorialement compétents”.


Inhumation des dépouilles

“L’inhumation ne peut s’effectuer que si la dépouille est protégée dans une housse mortuaire et/ou dans un cercueil scellé, fournis par les services compétents de la wilaya et ce, pour éviter tout risque de contamination”, est-il mentionné.

“Le cercueil et la housse mortuaire doivent répondre aux caractéristiques techniques en vigueur, relatives à l’étanchéité, à la décomposition et à la résistance lors de l’usage.
L’ouverture de la housse ou du cercueil est strictement interdite”,
détermine l’arrêté.

“Seuls les ascendants et les descendants des membres de la famille du défunt peuvent assister à
l’inhumation du défunt et ce, dans le respect des conditions et mesures relatives à la protection et à la distanciation sociale”
, précise le texte.

Concernant le rapatriement des dépouilles des algériens décédés du coronavirus à l’étranger, “l’autorisation de transport de la dépouille n’est remise par le chef du poste consulaire compétent, qu’après un engagement écrit du service de pompes funèbres concerné, de prendre toutes les mesures de protection et de prévention contre la propagation de contamination, et ce, en sus du dossier réglementaire”, est-il précisé.

Dans ce cas, “il est fait application aux dépouilles des algériens rapatriés de l’étranger, les mesures et procédures de transport et d’inhumation prévues par le présent arrêté”.

S’agissant des personnes étrangères ayant succombé au coronavirus en Algérie, “il est fait application aux dépouilles des personnes étrangères décédées en Algérie, les mesures et procédures relatives au transport des dépouilles prévues par le présent arrêté”.

“L’inhumation de la dépouille d’une personne étrangère en Algérie ne peut, en aucun cas, s’effectuer sans l’accord de sa famille ou de sa représentation diplomatique ou consulaire
accréditée en Algérie, en respect des délais de conservation des dépouilles”
, affirme l’arrêté.

Elimination des effets personnels et des équipements contaminés et désinfection des lieux

L’arrêté interministériel détermine également les dispositions relatives “à l’élimination des effets personnels et des équipements contaminées et désinfection des lieux”.

Afin d’éviter toute contamination, il est procédé à l’élimination des effets personnels du défunt non susceptibles d’être désinfectés, les équipements utilisés à la préparation de la dépouille pour son ablution ainsi que ceux utilisés dans le transport et l’inhumation, au niveau des
établissements de santé ou les installations de traitement des déchets”
, stipule l’arrêté.

“Le médecin ayant procédé au constat du décès ou les services compétents de santé, déterminent les effets personnels susceptibles d’être désinfectés ou éliminés”, précise le texte.

En outre, “le domicile, le lieu de séjour et, le cas échéant, le lieu de travail privé ou tout autre moyen ayant été utilisé par le défunt, dans le cadre de son travail, pouvant constituer
un vecteur de contamination, doit faire l’objet de mesures de désinfection, selon le cas, par les services compétents de la commune ou de l’organisme employeur”
.

Par ailleurs, “les effets personnels du défunt et les équipements non susceptibles d’être désinfectés, sont acheminés, selon le cas, par les services compétents de la commune ou de
l’organisme employeur et éliminés au niveau des installations de traitement des déchets”
.

Société

Coronavirus en Algérie : 434 nouveaux cas, 08 nouveaux décès et 487 guérisons supplémentaires

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

© DR |

434 nouveaux cas confirmés de coronavirus ont été enregistrés durant les dernières 24h en Algérie, selon le bilan de ce vendredi 10 juillet.

Ce nouveau bilan porte le nombre total de cas confirmés à 18.242. S’agissant du nombre de décès , celui-ci a atteint un total de 996 après le recensement de 8 nouveaux cas ces dernières 24h.

S’agissant du nombre de guérisons, celui-ci a atteint un total de 13.124 après le recensement de 487 nouveaux cas ces dernières 24h.

Concernant les patients qui se trouvent en soins intensifs, le bilan d’aujourd’hui indique que leur nombre est de 50.

Continue Reading

Société

Alger : trois communes interdisent la vente des moutons dans les lieux publics

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

Trois communes de la wilaya d’Alger ont interdit la vente des moutons dans les lieux publics en vue d’endiguer la propagation du coronavirus, a indiqué jeudi un communiqué des services de la wilaya d’Alger.

Il s’agit des communes de Birtouta, Tessala El Merdja et Ouled Chbel de la circonscription administrative de Birtouta.

Si les communes de Tessala El Merdja et Ouled Chbel n’ont pas définit la période de cette interdiction, Birtouta a précisé que la vente des moutons à travers toute la commune restera interdite jusqu’au 6 août prochain.


Continue Reading

Société

Suspension de la circulation automobile : Oran accorde un délai aux citoyens pour rentrer chez eux

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

© DR |

Suite à la décision du gouvernement, jeudi soir, de suspendre la circulation automobile entre 29 wilayas, la wilaya d’Oran a accordé un délai de quelques heures aux citoyens pour rentrer chez eux.

Ainsi, les citoyens bloqués à Oran et les Oranais bloqués dans d’autres régions du pays ont jusqu’à vendredi minuit pour rentrer chez eux.

La wilaya a également décidé d’autoriser les travailleurs des institutions publiques, des travaux publics, de construction et de nettoyage ainsi que les transporteurs de dépouilles de et vers Oran de circuler tout au long de la semaine”.

Pour rappel, le gouvernement a décidé, jeudi soir, l’interdiction pour une semaine, à compter de ce vendredi, de la circulation routière, y compris des véhicules particuliers, de et vers les 29 wilayas suivantes : Boumerdes, Souk Ahras, Tissemsilt, Djelfa, Mascara, Oum El Bouaghi, Batna, Bouira, Relizane, Biskra, Khenchela, M’sila, Chlef, Sidi Bel Abbes, Médéa, Blida, Bordj Bou Arreridj, Tipaza, Ouargla, Bechar, Alger, Constantine, Oran, Sétif, Annaba, Bejaia, Adrar, Laghouat et El Oued.

La décision étant annoncée quelques heures avant son entrée en vigueur a fait que plusieurs citoyens se sont retrouvés bloqués dans d’autres wilayas que la leur.


Continue Reading

Tendances

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR