Connect with us

Monde

Peine de mort : L’Arabie saoudite a exécuté un nombre record de personnes en 2019

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

l’Arabie saoudite a exécuté un nombre record de personnes en 2019, indique Amnesty International dans son rapport mondial sur la peine de mort publié ce mardi 21 avril 2020.

“Les autorités saoudiennes ont mis à mort 184 personnes l’année dernière, soit le plus grand nombre d’exécutions recensées par Amnesty International en un an dans ce pays”
, indique l’ONG.

“L’Arabie saoudite a exécuté 184 personnes en 2019 (six femmes et 178 hommes), dont tout juste plus de la moitié étaient des étrangers”, précise Amnesty International ajoutant que le nombre de personnes exécutées en Arabie Saoudite en 2018 était de 149.

“La majorité des prisonniers exécutés l’ont été pour des infractions à la législation sur les stupéfiants ou pour meurtre” informe Amnesty International qui a également constaté “une augmentation du recours à la peine de mort comme arme politique contre les dissidents de la minorité musulmane chiite en Arabie saoudite”.

“Le nombre d’exécutions recensées en Irak a doublé, l’Iran est resté le deuxième pays procédant au plus grand nombre d’exécutions après la Chine”, selon Amnesty International

Les cinq pays ayant procédé au plus grand nombre d’exécutions en 2019 sont : la Chine (des milliers), l’Iran (au moins 251), l’Arabie saoudite (184), l’Irak (au moins 100) et l’Égypte (au moins 32), informe Amnesty International en précisant que le nombre exact de personnes exécutées en Chine reste classé secret d’État.

“Tout juste 20 pays étaient responsables de toutes les exécutions recensées dans le monde. Parmi ces pays, l’Arabie saoudite, l’Irak, le Soudan du Sud et le Yémen ont exécuté considérablement plus de personnes en 2019 qu’en 2018”, détaille l’ONG.

Selon elle, ces pays vont “à contre-courant de la tendance générale, qui a vu une diminution du nombre d’exécutions recensées à l’échelle mondiale pour la quatrième année consécutive : au moins 657 exécutions ont été recensées en 2019 contre au moins 690 en 2018, soit le chiffre le plus bas enregistré ces dix dernières années”.

Par ailleurs, Amnesty International a dénoncé le manque de transparence quant au recours à la peine de mort, selon elle, “de nombreux pays n’ont pas fourni d’informations officielles sur leur recours à la peine de mort”.

Continue Reading
Comments
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR