Connect with us

Politique

Paludisme en Algérie: “la situation est tout à fait gérable”

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

© DR | Le ministre de la Santé Abderrahmane Benbouzid

Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abderrahmane Benbouzid, a apporté, dimanche, de nouvelles précisions sur le paludisme qui est réapparu la semaine dernière avec plus de 1000 cas recensés dans cinq wilayas du Sud. Le ministre se veut rassurant et dit que la situation est “tout à fait gérable”.

Invité ce dimanche à l’émission du quotidien le Soir d’Algérie LSA Direct, Abderrahmane Benboudzid explique que les cas ont été importés et que l’Algérie est “indemne” de paludisme comme “certifié par l’Organisation mondiale de la santé (OMS)”.

En effet, selon les données de la surveillance épidémiologique fournis par le ministère de la Santé, le 29 septembre, 918 cas ont été enregistrés à Tamanrasset, 96 cas à Adrar, 89 cas à Illizi, 5 cas à Ouargla et 2 cas à Ghardaia.

“Ce sont des cas importés soit par des africains qui sont entrés ou des algériens qui se sont déplacés”, a-t-il expliqué ajoutant qu’il “est habituelle” de voir des cas de paludisme apparaître “dans le mois de septembre surtout cette année parce qu’il y a eu beaucoup de pluies”.

Il rassure, toutefois, que “la situation est maitrisée, les équipes d’épidémiologie, de médecins sont sur le terrain. Les médicaments ne manquent pas, n’ont jamais manqué”.

Concernant la propagation des cas, Abderrahmane Benbouzid explique “le moustique”, qui est le principal transporteur de l’infection “ne survit pas en dessous de 21 degrés, donc la situation va un peu se rafraichir”, a-t-il dit.

“La situation est tout à fait gérable”, dit-il encore, même si elle s’ajoute à la pandémie de coronavirus qui a fait plus de 51.955 cas et 1748 décès depuis son apparition en Algérie en février dernier.

“La tendance est baissière”

En parlant de coronavirus, le premier responsable du secteur sanitaire se dit être sur “un ton optimiste” en affirmant que la “tendance est baissière”.

“Pour avoir connu le pic de 600 cas et dizaine de morts nous sommes relativement rassurés parce que le virus est là, il nous a pas quittés, il n’a quitté aucun pays. Un peu rassuré parce que notre situation est enviable par rapport aux pays qui nous environnent”, a-t-il déclaré, toujours au micro de LSA Direct.

S’adressant aux personnes qui “doutent des chiffres fournis par le ministère parce qu’ils pensent que nous testons moins”, Abderrahmane Benbouzid fait état de 35 sites de tests de dépistage tout en révélant qu’une convention a été signée avec le ministre de l’Enseignement supérieur pour mettre à la disposition de sa tutelle “24 autres sites de tests”.

Cependant, le ministre met en garde contre le “relâchement” appelant à continuer de respecter les mesures barrières pour ne pas “perdre ce que nous avons gagné”.

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR