Connect with us

Politique

Bouteflika retire le tapis sous les pieds d’Ouyahia

Le président de la république Abdelaziz Bouteflika interpelle son premier ministre dans une instruction qui «subordonne désormais tout projet d’ouverture de capital ou de cession d’actifs de l’entreprise publique économique à l’accord, préalable, de monsieur le président de la république ».

Ali Ajennadh

Published

on

Crédit photo: DR | Le président de la république interpelle son premier ministre Ahmed Ouyahia au sujet de la privatisation des entreprises.

Ahmed Ouyahia n’a pas eu beaucoup de répit. Quelques mois après avoir été nommé premier ministre, il subit déjà les attaques en règle de la part des proches du Chef de l’Etat. Depuis jeudi, les sources de l’attaque se rapprochent de Abdelaziz Bouteflika.

Dans un document rendu public par le site Algerie1, la présidence de la République interpelle le Premier ministre. « (…) j’ai l’honneur de vous faire part de l’instruction présidentielle qui subordonne désormais tout projet d’ouverture de capital ou de cession d’actifs de l’entreprise publique économique à l’accord, préalable, de monsieur le président de la république », note en effet le secrétaire général de la Présidence de la République dans une note adressée aux ministres. « La décision finale conclue reste également de la seule prérogative décisionnelle de Monsieur le Président de la république », ajoute le document.

RENCONTRES

La note de la présidence de la République ne s’adresse pas au Premier ministre, réduit ici au simple poste de ministre parmi tant d’autres. Mais elle annihile, notamment, tout le travail accompli par Ahmed Ouyahia depuis plusieurs semaines. Le premier ministre, qui multiplie ces derniers temps les rencontres pour la mise en œuvre de cette politique d’ouverture du capital des entreprises publiques au privé, est donc freiné dans son élan.

L’information a été confirmée, à partir de Relizane où il était en déplacement, par le ministre de l’industrie, Youcef Yousfi. Puis, Abdelmadjid Sidi-Saïd, secrétaire général de l’UGTA et Ali Haddad, le président du Forum des chefs d’entreprises, ont tous les deux applaudi le fait que «la présidence gère les dossiers économiques ».

Cette nouvelle estocade fait écho aux attaques adressées récemment par le secrétaire général du FLN et d’autres cadres de ce parti contre l’action du gouvernement. La question reste de savoir quelle sera la réaction du Premier ministre. Ahmed Ouyahia animera une conférence de presse samedi prochain où il s’exprimera sur toutes ces questions !

 

Advertisement
Comments
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR