Connect with us

Accueil

Ouverture d’officines: les pharmaciens non agréés «rassurés» par le ministère de la Santé  

Published

on

Les pharmaciens non agréées maintiennent la pression pour mettre fin à ce qu’ils qualifient de « monopole » du Syndicat national algérien des pharmaciens d’officine (Snapo), et pouvoir exercer.

A l’issue d’un sit-in tenu lundi devant le siège du ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, des représentants parmi eux ont été reçu par le Pr Ouahiba Hadjoudj, directrice générale de la pharmacie et des moyens au même département.

Lors de cette rencontre, la responsable « a écouté les préoccupations » exposées par les pharmaciens non agréés, « en particulier le dossier relatif à l’installation de pharmacie d’officine », précise le ministère dans un compte-rendu laconique. Le Pr Ouahiba Hadjoudj, ajoute la même source, « a donné des garanties » aux représentants des pharmaciens non agréés quant « à la prise en charge de leurs préoccupations dans le cadre de la réglementation en vigueur ».

La montée au créneau des pharmaciens non agréés intervient après la polémique qu’ont suscitée des propos du ministre de la Santé devant les députés début février, concernant « des amendements » à la loi régissant l’activité des pharmacies d’officine. Le Pr Abderrahmane Benbouzid avait souligné que la révision permettra aux nouveaux diplômés d’ouvrir facilement leurs pharmacies et que « seule la concurrence primera ».

Des déclarations ayant soulevé la colère du Snapo qui a mis en garde contre une révision qui « risque de mettre en péril la subsistance de la profession ». Après avoir annoncé une grève nationale pour le 28 février, il a fini par l’annuler, après avoir été reçu en audience par le ministre.

Un accord a été conclut pour « associer » le syndicat à l’enrichissement du projet de loi en révision.     

Continue Reading
Advertisement
Comments
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR