Politique

Oran: les avocats de Boudour, Chouicha et Loukil se retirent de l’audience de la chambre d’accusation

Published

on

Les avocats des journalistes Said Boudour, Jamila Loukil et du président du bureau d’Oran de la Ligue Algérienne pour la Défense des Droits de l’Homme (LADDH), Keddour Chouicha, et d’autres manifestants du Hirak, se sont retirés, ce mardi 18 mai, de l’audience de la chambre d’accusation de la Cour d’Oran. Selon maitre Abdellah Heboul, cette décision a été prise en guise de protestation contre la non-détention, par les avocats, du dossier de leurs prévenus.

“Les avocats des prévenus n’ont pas eu une copie du dossier contrairement à ce qui est stipulé dans l’article 182 du code de procédure pénale. Nous avons demandé le renvoi de l’audience mais le juge a refusé alors nous nous sommes retirés”, nous a indiqué maitre Abdellah Heboul, membre du collectif de la défense.

La chambre d’accusation étudiera ce mardi 18 mai les appels introduits par les avocats contre la décision du juge près le tribunal Oran de placer certains prévenus dans ce dossier sous mandat de dépôt et contre la décision du controle judiciaire ordonnée contre Said Boudour et les deux activistes Noureddine Bendella et Karim Ilyes. La chambre d’accusation étudiera également les appels introduits par le procureur de la République près le tribunal d’Oran contre la décision du juge de libérer provisoirement Jamila Loukil et Kaddour Chouicha.

“L’audience se déroule sans nous et nous attendons la décision de la chambre”, nous indique maitre Ahmed Mebrek membres du collectif de la défense.

Dans ce dossier, nous informe maitre Ahmed Mebrek, les accusés sont poursuivis pour deux accusations criminelles à savoir “complot contre la sécurité de l’État pour inciter les citoyens à prendre les armes contre l’autorité de l’État ou à porter atteinte à l’intégrité du territoire national” et “enrôlement dans une organisation terroriste ou subversive active à l’étranger ou en Algérie“.

D’après la même source, les activistes sont également poursuivis pour des inculpations correctionnelles “qui diffèrent d’un prévenu à l’autre”, dont “publications d’information pouvant porter atteinte à l’intérêt national”.

En grève de la faim depuis le 25 avril

Impliqués dans ce dossier, trois manifestants sont en grève de la faim depuis près d’un mois pour protester contre la décision de leur placement sous mandat de dépôt.

Il s’agit de l’activiste Tahar Boutache en grève de la faim depuis le 25 avril et de Yasser Rouibeh et Mustapha Guira en grève de la faim depuis le 29 avril. 

Comments

Édité par EURL INTERLIGNES MEDIA | Copyright © 2019

Exit mobile version