fbpx
Suivez-nous

Société

Oran: le journaliste Said Boudour lundi devant le procureur

Le journaliste Said Boudour a été placé, ce dimanche 6 octobre, en garde à vue au commissariat d’Oran, annonce le Comité national pour la libération des détenus (CNLD). 

Avatar

Publié

le

 

Selon le CNLD, Said Boudour « sera présenté demain matin devant le procureur du tribunal de « Cité Djamel » pour un écrit (publication) sur Facebook ». Le CNLD ne fournit pas de détails concernant l’écrit en question.

En plus de ses activités de journaliste, Said Boudour est également membre de la section d’Oran de la LADDH.

Société

Les cinq militants de RAJ placés en détention provisoire à la prison d’El Harrach

Les cinq militants de RAJ, Hakim Addad, Djalal Mokrani, Ahmed Bouider, Kamel Ouldouali et Massinissa Aissous ont été placés, ce dimanche 6 octobre, en détention provisoire à la prison d’El Harrach, annonce le Comité national pour la libération des détenus (CNLD).

Avatar

Publié

le

« Le juge du tribunal de Sidi M’hamed a prononcé un mandat de dépôt dans l’après-midi de ce dimanche contre ces militants associatifs et activistes de la révolution du sourire », annonce le CNLD précisant que les militants sont poursuivis pour « incitation à attroupement et atteinte à la sécurité de l’État ».

Lire la suite

Société

Le barreau d’Alger menace de boycotter les procédures de poursuites contre les manifestants

Le Conseil de l’Ordre des avocats d’Alger a menacé hier, hier mercredi, de “boycotter toutes les procédures de poursuites » contre manifestants pacifiques « qui mènent vers des procès fictifs”.

Avatar

Publié

le

Crédit photo:DR. Les avocats ont marché ce jeudi 11 juillet pour réclamer la libération de la justice et de tous les détenus d'opinion

Dans un communiqué, signé par le bâtonnier Me. Abdelmadjid Sellini, le barreau d’Alger a dénoncé, « avec regret, des violations de la procédure et de la loi, qui touchent aux droits et aux libertés les plus élémentaires ainsi qu’aux droit de la défense dans le traitement des dossiers » des détenus du Hirak.

Réitérant son « soutien aux revendications du mouvement populaire pour un Etat de droit et l’indépendance de la justice », le Conseil de l’Ordre des avocats d’Alger a dénoncé «les arrestations qui ont ciblé des manifestants pacifiques», indique le même communiqué.

Les avocats de la capitale ont affirmé avoir enregistré, « avec regret, de nombreuses violations de la procédure et de la loi, qui touchent aux droits et aux libertés les plus élémentaires ainsi qu’aux droit de la défense dans le traitement des dossiers devant les instances sécuritaires et judiciaires, depuis le droit légal de contacter la famille ou l’avocat jusqu’à l’abus du recours aux mandats de dépôt dans les poursuites engagées malgré le caractère pacifique des manifestations, ce qui est contradictoire avec les aspirations des citoyens à construire une justice indépendante en laquelle ils ont confiance », regrette la même source.

Et d’affirmer que celles-ci « Constituent une violation flagrante des droits et libertés consacrés par la Constitution et les conventions internationales». Le barreau d’Alger s’est déclaré «surpris et choqué par certains procédés répressifs utilisés lors des manifestations pacifiques» avant de rejeter «énergiquement ces pratiques» qui, d’après lui, «risquent de rendre plus complexe la situation ».

Lire la suite

Société

L’UGTA réclame une baisse de l’impôt sur les salaires

L’Union générale des travailleurs algériens (UGTA) a réclamé, mercredi, depuis Skikda une baisse de l’impôt sur le revenu global des travailleurs (IRG) et l’instauration d’une taxe sur la fortune, rapporte l’agence officielle.

Avatar

Publié

le

Crédit photo l DR. Salim Labatcha, Secrétaire général de l'Union Générale des travailleurs algériens(UGTA)

 

Au cours d’un regroupement régional avec les cadres syndicaux de 17 wilayas de l’Est du pays, le secrétaire général de la centrale syndicale, Salim Labatcha a affirmé que la nouvelle orientation de l’UGTA issue de son congrès de renouvellement, tenu en juillet passé, œuvre pour l’équité face aux impôts.

Selon lui, il est « inadmissible » qu’un simple travailleur verse plus de 30 % de son revenu à l’impôt, estimant « injuste de bâtir l’impôt sur les salaires des travailleurs ».

La charge de l’impôt doit être répartie équitablement par l’établissement notamment d’impôts sur la fortune, a-t-il estimé ajoutant que cette revendication a été exprimée en permanence par des parlementaires lors de l’examen des projets de lois de finances, mais a été toujours rejetée.

Le même responsable a estimé, par ailleurs, qu’en cas de baisse de l’impôt sur les salaires, il faut qu’il n’y ait pas dans le même temps des augmentations des prix des produits alimentaires.

Sur le plan politique, le secrétaire général de l’UGTA a appelé à aller vers des élections présidentielles qui permettront au peuple de choisir ses responsables en toute transparence assurant que l’UGTA n’appellera pas dans cette nouvelle ère les travailleurs à voter pour quiconque des candidats comme par le passé.

Lire la suite

Tendances