Connect with us

Politique

Oran: la chambre d’accusation confirme les décisions contre Boudour, Chouicha et leurs co-accusés

Published

on

© DR |Said Boudour Jamila Loukil et Kaddour Chouicha

La chambre d’accusation près la Cour d’Oran a confirmé, ce mardi 18 mai, toutes les décisions prises par le juge d’instruction près le tribunal d’Oran dans le cadre de l’affaire qui implique Said Boudour, Jamila Loukil et Kaddour Chouicha entre autres accusés, a-t-on appris auprès de maitre Ahmed Mebrak, membre du collectif de la défense.

La chambre d’accusation a confirmé la mesure du controle judiciaire contre le journaliste Said Boudour et les deux activistes Noureddine Bendella et Karim ilyes, rejetant ainsi l’appel des avocats qui réclamaient la liberté provisoire et l’appel du procureur qui réclamait la mesure du mandat de dépôt.

La chambre d’accusation a également confirmé la liberté provisoire pour la journaliste Jamila Loukil et son époux, le président du bureau d’Oran de la Ligue Algérienne pour la Défense des Droits de l’Homme (LADDH), et les manifestants Imad Eddine Bellalem, Djahed Zakaria, Ibrahim Yahiaoui et Mohamed Khelif, rejetant ainsi l’appel du procureur qui demandait l’application de la mesure du mandat de dépôt contre eux.

La chambre d’accusation a également confirmé la décision de la mise sous mandat de dépôt contre les activistes Tahar Boutache, Yasser Rouibeh et Mustapha Guira, rejetant les appels introduits par le collectif de la défense. Ces trois derniers sont en grève de la faim depuis plus de deux semaines.

Dans ce dossier, nous informe maitre Ahmed Mebrek, les accusés sont poursuivis pour deux accusations criminelles à savoir “complot contre la sécurité de l’État pour inciter les citoyens à prendre les armes contre l’autorité de l’État ou à porter atteinte à l’intégrité du territoire national” et “enrôlement dans une organisation terroriste ou subversive active à l’étranger ou en Algérie“.

D’après la même source, les activistes sont également poursuivis pour des inculpations correctionnelles “qui diffèrent d’un prévenu à l’autre”, dont “publications d’information pouvant porter atteinte à l’intérêt national”.

Audience sans le collectif de la défense

Pour rappel, les avocats se sont retirés, ce mardi 18 mai, de l’audience de la chambre d’accusation en guise de protestation contre la non-détention, par les avocats, du dossier de leurs prévenus.

“Les avocats des prévenus n’ont pas eu une copie du dossier contrairement à ce qui est stipulé dans l’article 182 du code de procédure pénale. Nous avons demandé le renvoi de l’audience mais le juge a refusé alors nous nous sommes retirés”, nous a indiqué maitre Abdellah Heboul, membre du collectif de la défense.











Continue Reading
Advertisement
Comments
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR