Suivez-nous

Monde

ONU: le conseil de sécurité tiendra un sommet autour du climat

Feriel Bouaziz

Publié

le

Le Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations unies (ONU), tiendra mardi 23 février un sommet en présence de ses dirigeants, pour discuter du changement climatique et son implication sur la paix dans le monde.

À l’initiative du premier ministre britannique, Boris Johnson, ce rendez-vous intervient quelques jours après le retour officiel des Etats-unis dans l’accord de Paris de 2015 ou le président Joe Biden s’est engagé à faire de la lutte contre le changement climatique “une haute priorité“.

Hormis Boris Johnson, dont le pays tiendra durant le mois en cours un Conseil de sécurité, des interventions de dirigeants sont également attendues, notamment de l’ONU sous l’égide d’Antonio Guterres, en sus, de l’émissaire pour le climat des Etats-Unis, John Kerry, des présidents français Emmanuel Macron et tunisien Kais Saied, du ministre chinois des Affaires étrangères et des Premiers ministres d’Irlande, du Vietnam, du Kenya, d’Estonie et de Norvège, selon des diplomates.

Selon un ambassadeur sous couvert d’anonymat, la réunion sera portée sur “les aspects sécuritaires liés au changement climatique“. “Certains des membres non permanents du Conseil, comme le Kenya ou le Niger, ressentent très vivement l’impact du changement climatique sur la situation sécuritaire“, ajoute-t-il.

D’autres sont hésitants, à l’idée que “le Conseil de sécurité se transforme en un nouvel organe qui va se préoccuper de financement, d’adaptation, de négociations“, poursuit-il.

Néanmoins, avec la décision de l’administration Biden de réintégrer l’accord de Paris, cela devrait changer la dynamique du Conseil, selon des avis de diplomates.

Notons que, l’an dernier, l’Allemagne, qui siégeait au Conseil de sécurité, avait engagé un projet de résolution prévoyant de créer un poste d’émissaire de l’ONU afin de mieux structurer les efforts onusiens en matière de prévention et d’analyse des risques. Un projet qui n’a hélas pas vu le jour pour cause d’une “menace” de veto de la part des Etats-Unis, de la Russie, et de la Chine, selon l’APS.

Lire la suite
Publicité
Commentaires
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR