Connect with us

Politique

Nouvelles mesures pour la sortie du confinement

Bouzid ICHALALENE

Published

on

© DR | Un membre du Service de sécurité incendie et d'assistance à personnes

Un certain nombre de mesures complémentaires a été engagé par le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, au titre de la deuxième phase de la feuille de route de sortie progressive et flexible du confinement et de reprise de certaines activités commerciales, économiques et sociales, mesures contenues dans une instruction adressée aux membres du gouvernement et aux autorités concernées.

“Après consultation de Monsieur le Président de la République, j’ai décidé d’engager un certain nombre de mesures complémentaires, au titre de la deuxième phase de la feuille de route de sortie progressive et flexible du confinement, et ce, à travers le communiqué de presse du samedi 13 juin 2020”, a indiqué M. Djerad dans l’instruction n 02 du 13 juin 2020. 

“Ces mesures ont été retenues en se basant sur les évolutions et propositions de levée du confinement du comité scientifique et de l’autorité sanitaire ainsi que les évaluations émanant des commissions de wilaya chargées de coordonner l’action sectorielle de prévention et de lutte contre la pandémie du Covid-19 et en tenant compte également des dispositions prévues par la réglementation en vigueur, notamment le décret exécutif n 20-69 du 21 mars 2020 relatif aux mesures de prévention et de lutte contre la propagation du Coronavirus (Covid-19) et l’ensemble des textes subséquents”, précise l’instruction. 

“Elles seront mises en vigueur à compter du 14 juin 2020, pour une période de 15 jours, durant laquelle la situation épidémiologique à l’échelle nationale et de chaque wilaya sera suivie et évaluée, parallèlement à l’observation du respect des règles sanitaires et à l’intensification des efforts de prévention et de lutte contre la propagation de l’épidémie”, note la même source.

Ainsi, concernant la mesure du confinement partiel à domicile, il a été décidé la levée totale du confinement à domicile pour les dix-neuf (19) wilayas suivantes: Tamanrasset, Tindouf, Illizi, Saida, Ghardaïa, Naâma, El Bayadh, Tiaret, Guelma, Skikda, Jijel, Mostaganem, Tébessa, Tlemcen, Ain Temouchent, El Tarf, Tizi-Ouzou, Ain Defla, et Mila.

Il a été également décidé l’adaptation des horaires de confinement à domicile de 20h00 au lendemain 05h00 du matin pour vingt neuf (29) wilayas. 

Il s’agit des wilayas de Boumerdes, Souk Ahras, Tissemsilt, Djelfa, Mascara, Oum El Bouaghi, Batna, Bouira, Relizane, Biskra, Khenchela, M’sila, Chlef, Sidi Bel Abbes, Médéa, Blida, Bordj Bou Arreridj, Tipaza, Ouargla, Bechar, Alger, Constantine, Oran, Sétif, Annaba, Bejaia, Adrar, Laghouat, et El Oued.

Pour ce qui est du congé exceptionnel rémunéré dans le secteur économique, il a été décidé “la levée de la mesure de mise en congé exceptionnel rémunéré des 50% des effectifs du secteur économique public et privé, pour les entreprises qui peuvent assurer le transport de leur personnel et satisfaire les conditions de protection sanitaire propres à leur activité, tout en maintenant cette mesure au profit des femmes enceintes et celles ayant des enfants à charge âgés de moins de 14 ans”.

Quant au congé exceptionnel rémunéré dans les institutions et administrations publiques, il a été décidé “la levée de la mesure de mise en congé exceptionnel rémunéré des 50 % des effectifs des institutions et administrations publiques, tout en maintenant cette mesure au profit des femmes enceintes et celles ayant des enfants à charge âgés de moins de 14 ans”.

Les administrations doivent également veiller à “l’apurement des reliquats de congé de leurs effectifs et à l’ouverture de la période des départs en congé au titre de l’année en cours”.

Il a été décidé, en outre, la reprise, à travers l’ensemble des wilayas du pays, des activités de transport urbain et interurbain de voyageurs par bus et par Tramway, sous réserve du respect des règles de prévention suivantes :

– interdire strictement l’accès des voyageurs sans le port du masque de protection,

– la désinfection régulière des sièges,

– prévoir l’ouverture des fenêtres et autres dispositifs d’aération naturelle,

– limiter le nombre de voyageurs à 50% des capacités du moyen de transport,

– prévoir un produit désinfectant à bord,

– soumettre quotidiennement le moyen de transport à une opération de nettoyage et de désinfection,

– organiser les impératifs de la distanciation physique au niveau des gares et stations,

– prévoir l’accès et la descente au moyen de transport par des portes différentes. Pour ceux n’ayant qu’une seule porte, gérer le flux de manière à éviter le croisement des clients.

Les mesures portent, aussi, sur la reprise, à travers l’ensemble des wilayas du pays du transport urbain par taxis individuel, sous réserve du respect des règles de prévention suivantes :

– l’obligation du port de masque de protection pour le chauffeur et pour le client,

– prévoir l’ouverture des fenêtres durant le trajet,

– prévoir un produit désinfectant à bord,

– limitation du nombre de clients à deux au maximum,

– les clients doivent se placer sur la banquette arrière du taxi,

– soumettre le taxi à une opération régulière de nettoyage et de désinfection,

– le nettoyage systématique des accoudoirs, des poignées de porte et des reposes tête avec un produit désinfectant.

Il a été décidé, d’autre part, la reprise, à travers l’ensemble des wilayas du pays, des activités de commerce et de service suivantes :

– les salons de coiffure femme,

– la vente d’effets vestimentaires et de chaussures,

– les auto-écoles,

– la location de véhicules.

La particularité de l’activité des salons de coiffures nécessite “d’organiser cette activité par voie de rendez-vous, de respecter strictement l’obligation du port du masque y compris par le client, la limitation de l’accès au local à deux clients au maximum ainsi que le nettoyage et la désinfection fréquents du local et des instruments et effets utilisés”.

Concernant les espaces de vente de chaussures et d’effets vestimentaires, l’instruction du Premier ministre stipule que “toutes les mesures sanitaires doivent être observées, notamment : la mise à disposition des gels hydro alcoolique, l’interdiction de l’essayage pour les effets vestimentaires et l’utilisation de sacs en plastiques à usage unique pour l’essayage de chaussures”.

Par ailleurs, il a été décidé la reprise, à travers les dix-neuf (19) wilayas concernées par la levée totale du confinement à domicile, des activités suivantes :

– les débits de boisson en terrasse et/ou à emporter,

– les restaurants et pizzeria en terrasse et/ou à emporter.

La reprise des activités commerciales et de service demeure soumise au dispositif préventif d’accompagnement, devant être mis en place par les différents opérateurs et commerçants concernés, comprenant notamment :

– l’obligation du port du masque,

– l’affichage des mesures barrières et de prévention sur les lieux,

– l’organisation des accès et des files d’attente à l’extérieur et à l’intérieur des locaux de façon à respecter l’espacement et la distanciation physique, tout en limitant le nombre de personnes présentes en un même lieu,

– la mise en place à l’intérieur des locaux, d’un sens unique de circulation, de marquage lisible au sol et de barrières, pour éviter les croisements des clients,

– l’installation de paillasses de désinfection aux entrées,

– la mise à la disposition des usagers et des clients de solution hydro-alcoolique,

– le nettoyage et la désinfection quotidienne des locaux,

– la désinfection des pièces de monnaie et des billets de banques,

– prévoir des bacs dédiés à recueillir les masques, gants, mouchoirs ou autres effets usagés.

“Il importe de rappeler que tous les clients doivent se doter d’un masque de protection et que les responsables et gérants des établissements seront tenus responsables du non-respect de cette obligation. La reprise de ces activités demeure tributaire de la capacité des commerçants, des opérateurs et des usagers et de leur détermination à respecter et faire respecter toutes les consignes sanitaires”, souligne l’instruction du Premier ministre.

Les membres du gouvernement ainsi que les walis sont instruits à l’effet de “s’impliquer fortement dans la mise en œuvre de ces mesures auxquelles ils doivent réunir toutes les conditions pour garantir la réussite de cette feuille de route de sortie progressive du confinement”.

Outre les mesures de prévention sus-indiquées, “les walis sont chargés après concertation avec les secteurs concernés, d’établir des régimes spécifiques afin d’encadrer la reprise de certaines activités de commerce et de service jugées à haut risque sanitaire et de veiller au strict respect de ces règles”.

“A ce titre, je tiens à vous rappeler que le pays traverse une étape cruciale de la gestion de la crise sanitaire liée à la pandémie du coronavirus (Covid-19) et entame le passage à cette seconde phase de sortie du confinement avec des mesures progressives, qui nécessitent la mobilisation de l’ensemble des efforts afin d’atteindre l’objectif général de la stratégie mise en place, à savoir freiner la progression du Covid-19 et éviter ainsi le dépassement de la capacité de notre système de santé”, relève encore l’instruction.

“Il s’agit des nouveaux défis à relever, afin d’éviter un rebond qui mettrait de nouveau en péril la santé des citoyens qui demeure la première préoccupation des pouvoirs publics, car la situation sanitaire dans certaines wilayas commande prudence, vigilance et suivi quotidien des indicateurs d’évaluation de la situation sanitaire et reste largement dépendante du degré de respect des consignes sanitaires qui accompagnent l’application des mesures de dé-confinement”, a-t-il précisé.

“C’est pourquoi et en accompagnement à toutes les mesures de prévention mises en œuvre, notre système de veille et de surveillance sanitaire a été renforcé par la mise en place de la cellule opérationnelle chargée d’investigation et de suivi des enquêtes épidémiologiques pour laquelle j’ai demandé le renforcement en moyens humains et logistiques nécessaires”, 

a-t-il ajouté.

Le Premier ministre a réitéré, enfin, ses “appels à l’esprit de responsabilité individuelle et collective de tous pour le maintien d’une vigilance accrue et la mobilisation nationale pour garantir la réussite de ce plan de sortie du confinement et dépasser cette crise sanitaire et ses conséquences économiques et sociales”, affirmant attacher “la plus haute importance à l’application rigoureuse de la présente instruction”.

Politique

Pour son travail sur la situation sanitaire : Amar Belhimer menace Liberté

Melissa NAIT ALI

Published

on

© DR | ministre de la Communication Ammar Belhimer

Une réaction disproportionnée! Le ministère de la communication s’en prend à nouveau à un journal. Cette fois-ci en raison du traitement de la crise sanitaire engendrée par la propagation de la Covid-19.

En effet, le département d’Amar Belhimer n’a pas digéré la Une du quotidien Liberté qui qualifié « d’échec total » la gestion de la situation sanitaire du pays.

Dans un long communiqué, diffusé intégralement par l’agence APS, le ministère qui cite nommément le journal met en garde « contre ce qu’il appelle la désinformation et le discours alarmiste de certains médias ».

« Le Président de la République, premier engagé et en première ligne dans la lutte contre la propagation et la prégnance du Coronavirus dans le pays a, lui-même, et sur la base de rapports documentés et consolidés, critiqué sévèrement la gestion gouvernementale du risque épidémiologique dans le pays. La critique présidentielle, tout comme la critique spécialisée ou citoyenne, fondée sur des faits tangibles et prouvés, est même un devoir citoyen », écrit le ministère dans ce communiqué.

Et d’ajouter : « Sauf quand elle est un prétexte facile pour certains journaux, et au premier chef pour le quotidien privé Liberté, pour jouer les Cassandre ». Pour le ministère, ce quotidien francophone « a joué aux Prophètes de mauvais augures en sur-dramatisant une situation épidémiologique déjà grave en soi dans un pays en guerre contre un ennemi invisible qui provoque partout dans le monde des dégâts incommensurables, comme en témoignent ailleurs des statistiques nettement plus dramatiques par rapport à la situation réelle en Algérie ».

« Dans son édition de ce samedi, le journal Liberté s’est distingué du reste de la presse nationale en consacrant sa ‘’Une’’ et trois pages en appui à la recrudescence des cas de la Covid-19 dans de nombreuses wilayas. Démarche choisie pour mieux adopter un ton alarmiste et catastrophiste de nature à faire peur à l’opinion publique et à la démoraliser outre mesure », estiment les rédacteurs de ce communiqué.

Le ministère se dit aussi choqué par le titre choisi par la rédaction de Liberté « échec total ». « Pis encore, le journal tire lui-même un bilan d’échec total et sans appel, alors même que les spécialistes, qui sont les mieux placés car les plus crédibles, n’ont pas encore tiré le bilan définitif de la stratégie nationale de lutte contre le Coronavirus », lit-on dans ce communiqué. Comme à son habitude quand il s’agit de tirer sur la presse, le département d’Amar Belhimer invoque « leur souci de faire de l’audience à tout prix » comme s’il s’agissait d’un crime ou d’un délit.

Poursuivant son réquisitoire contre le journal, le ministère cite aussi « l’éditorialiste du journal, directeur de publication par intérim, qui utilise des vocables, des concepts et des mots propres à décrire un film d’épouvante ! ».

« Des mots tels que ‘’catastrophe’’, «chaotique », « hécatombe », sont utilisés pour mieux dénigrer, à l’extrême limite de la diffamation, la gestion gouvernementale de l’évolution du risque pandémique. Et le journal, qui publie des chiffres de décès sans les attribuer à des sources sanitaires dignes de foi et crédibles, bafoue allégrement les règles de l’éthique professionnelle.

Cette dernière oblige à publier des faits avérés, sourcés, donc fiables, et sur la base de ces mêmes faits réels, expliquer, éclairer et par conséquent critiquer sans dénigrer et sans diffamer », ajoute le même communiqué.

Il invite le journal « à respecter scrupuleusement ce qui représente l’essence même du métier de journaliste : à savoir que informer ne signifie pas déformer, et critiquer ne veut pas dire diffamer ». Encore moins assombrir davantage une situation épidémiologique déjà grave et démoraliser encore plus une opinion publique déjà éreintée par des mois de restrictions et de privations”.

Le communiqué du ministère de la communication est conclu avec une menace « d’appliquer la loi contre le journal ».




Continue Reading

Politique

Benbouzid se réunit avec des gestionnaires des hôpitaux publics d’Alger

Avatar

Published

on

By

© DR |

Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abderrahmane Benbouzid, a donné vendredi des instructions fermes à l’ensemble des gestionnaires des hôpitaux publics de la wilaya d’Alger concernés par la prise en charge des cas affectées par le coronavirus (Covid19).

La réunion avec ces gestionnaires vise à “redynamiser le dispositif mis en place et anticiper sur les capacités de prise en charge des cas de Covid-19”, a-t-il indiqué lors de cette réunion à laquelle ont pris part les gestionnaires des Centres hospitaliers universitaires Mustapha Bacha, Beni-Messous, Bab-El-Oued, Hussein Dey et Douéra, et les directeurs d’établissements publics hospitaliers de Zéralda, Birtraria, Kouba, Ain Taya, Rouiba, El-Harrach et Bologhine, ainsi que les directeurs des Etablissements hospitaliers spécialisés d’El Kettar, du CPMC (Centre Pierre et Marie-Curie), de Ben Aknoun et de Salim Zemirli.

Parmi les principales directives qui ont été données aux gestionnaires, figurent notamment le renforcement du dispositif sur le terrain afin d’augmenter les capacités de prise en charge et anticiper sur la saturation des services dédiés au Covid-19, l’augmentation des capacités des lits d’hospitalisation et des lits de réanimation au niveau des structures en les renforçant en équipements et personnels et l’ouverture éventuelle d’autres services et d’autres établissements dans ce cadre. Il s’agit aussi de renforcer les équipes médicales et paramédicales qui, selon le ministre, “sont souvent épuisées”.

Le ministre a exhorté également les gestionnaires des hôpitaux publics de la wilaya d’Alger à l’effet de mobiliser l’ensemble du personnel médical et paramédical, toutes spécialités confondues, pour renforcer les équipes de praticiens au niveau des services dédiés à la prise en charge des malades du Covid 19, en associant les praticiens volontaires du secteur para-public et libéral, ainsi que les professionnels de santé retraités qui se proposent pour intégrer le dispositif de lutte.

Il a appelé, en outre, à “veiller à l’application des instructions concernant le soutien psychologique du personnel et l’organisation de rotations continues de repos des effectifs pour éviter l’épuisement du personnel soignant“.

M. Benbouzid a souligné aussi la nécessité de solliciter éventuellement le secteur privé pour le renforcement en lits d’hospitalisation, équipements et personnels, tout en veillant à la continuité de l’activité des services essentiels et la prise en charge des citoyens pour les autres pathologies. Le ministre a, enfin, rendu un hommage appuyé aux différentes équipes de la santé qui “ne ménagent aucun effort sur le terrain”.




Continue Reading

Politique

Suspension de la circulation automobile : Alger accorde un délai aux citoyens

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

© DR |

Suite à la décision du gouvernement, jeudi soir, de suspendre la circulation automobile de et vers 29 wilayas, la wilaya d’Alger a accordé une autorisation exceptionnelle aux citoyens se trouvant loin de leurs lieux de résidence, indique un communiqué des services de la wilaya.

Ainsi, les personnes résidentes à Alger et qui se trouvent actuellement bloquées dans d’autres wilayas aussi bien que les citoyens bloqués à Alger ont jusqu’à aujourd’hui 20h pour rejoindre leurs lieux de résidence.

Selon le même document, les transporteurs de marchandises ainsi que les fournisseurs des marchés ne sont pas concernés par les restrictions de circulations.

Les taxis sont autorisés à poursuivre leur activité, précise la même source.

Pour rappel, le gouvernement a décidé, jeudi soir, l’interdiction pour une semaine, à compter de ce vendredi, de la circulation routière, y compris des véhicules particuliers, de et vers les 29 wilayas suivantes : Boumerdes, Souk Ahras, Tissemsilt, Djelfa, Mascara, Oum El Bouaghi, Batna, Bouira, Relizane, Biskra, Khenchela, M’sila, Chlef, Sidi Bel Abbes, Médéa, Blida, Bordj Bou Arreridj, Tipaza, Ouargla, Bechar, Alger, Constantine, Oran, Sétif, Annaba, Bejaia, Adrar, Laghouat et El Oued.

Continue Reading

Tendances

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR