Connect with us

Politique

Nouvelles mesures impopulaires de la LFC 2020 : augmentation des prix du carburant et fortes taxes sur les véhicules

Melissa NAIT ALI

Published

on

Le gouvernement semble avoir décidé à fouiner dans les poches, déjà vide, des classes moyennes inférieure. Quelques jours seulement après l’annonce, en grande pompe, de l’augmentation du SNMG et la suppression de l’IRG pour les salaires de moine de 30 000 DA, le projet de loi de finances complémentaire (LFC 2020) vient refroidir tout le monde.

En quête d’argent pour compenser la baisse très sensible des revenus du pétrole, le pouvoir d’Abdelmadjid Tebboune recourent à l’imposition de fortes taxes. En effet, le texte envoyé à l’APN pour examen et adoption contient des surprises de taille qui risque de décevoir de larges catégories de la société.

En effet, le projet adopté, dimanche dernier en conseil des ministres, prévoit une forte hausse des prix du carburant. Selon ce texte, la taxe sur les produits pétroliers (TPP) sera majorée à hauteur de +3 DA/L pour les trois catégories d’essence (Sans plomb, super et normal) et +5 DA/L pour le Gasoil.

 De ce fait, le prix de l’essence devra passer de 42 Da actuellement à 45 DA/litre et le gasoil passer à plus de 25 DA/litre. « Cette augmentation des tarifs de la TPP générerait des recettes budgétaires supplémentaires, au titre de la période juin-décembre 2020, estimées à 41,5 milliards DA en matière de TPP. S’agissant des recettes budgétaires additionnelles en matière de TVA, elles sont estimées à 7,9 Milliards DA », explique le texte.

Vers une hausse des tarifs des transports ?

En guise de justificatif de cette énième augmentation des prix du carburant, le gouvernement avance l’argument de la hausse de la consommation de ces produits. Il avance aussi une comparaison des prix avec ceux pratiqués à l’étranger et la chute des prix du pétrole.

« Compte tenu du prix bas et réglementés des carburants, leur consommation n’a pas cessé de s’accroître d’une année sur l’autre, induisant ainsi une surconsommation énergétique en expansion alors qu’une part non négligeable de la consommation additionnelle est importée en devises. La consommation des carburants (essences et gasoil) en 2019 est chiffrée à 14,41 millions de tonnes », précise le texte.

Pourtant en 2018, l’ancien premier ministre, Ahmed Ouyahia, avait affirmé que la consommation annuelle de carburant s’élève à 15 millions de tonnes. Où est donc la hausse de la consommation ? 

Cette nouvelle augmentation pèsera sans doute sur le pouvoir d’achat des Algériens. Les transports des voyageurs et des marchandises devront coûter encore plus chère. Qui paiera les frais ? C’est toujours le citoyen.

L’autre mesure qui risque de susciter encore de fortes critiques est cette proposition d’imposer une énième forte taxe sur les véhicules neufs. En effet, la LFC 2020 propose de fortes taxes sur les véhicules de tourisme neufs importés ou fabriqués en Algérie. Ces taxes varient de 100.000 DA pour une voiture de tourisme dont la cylindréen’excède pas 800 cm3 (0.8 L) à 2.000.000 DA pour un véhicule de tourisme dont la cylindrée est supérieure à 2500 cm3 (2.5 L). De 2010 à aujourd’hui, les différents gouvernements ont imposé de plusieurs taxes sur les véhicules neufs importés.

Advertisement
1 Comment

1 Comment

  1. Avatar

    Caton l'ancien

    14 mai 2020 at 17:25

    Bande de couillons crasseux, incapables, abrutis, idiots,… baissez vos salaires de moitié au moins, ceux des béni oui oui des deux chambres idem, fermez définitivement le ministère des faux moudjahidine, réduisez le budget du ministère de la défense de moitié, arrêtez d’acheter de la quincaillerie inutile et … arrêtez de voler bande de crève-la-faim !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Politique

Benbouzid se réunit avec des gestionnaires des hôpitaux publics d’Alger

Avatar

Published

on

By

© DR |

Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abderrahmane Benbouzid, a donné vendredi des instructions fermes à l’ensemble des gestionnaires des hôpitaux publics de la wilaya d’Alger concernés par la prise en charge des cas affectées par le coronavirus (Covid19).

La réunion avec ces gestionnaires vise à “redynamiser le dispositif mis en place et anticiper sur les capacités de prise en charge des cas de Covid-19”, a-t-il indiqué lors de cette réunion à laquelle ont pris part les gestionnaires des Centres hospitaliers universitaires Mustapha Bacha, Beni-Messous, Bab-El-Oued, Hussein Dey et Douéra, et les directeurs d’établissements publics hospitaliers de Zéralda, Birtraria, Kouba, Ain Taya, Rouiba, El-Harrach et Bologhine, ainsi que les directeurs des Etablissements hospitaliers spécialisés d’El Kettar, du CPMC (Centre Pierre et Marie-Curie), de Ben Aknoun et de Salim Zemirli.

Parmi les principales directives qui ont été données aux gestionnaires, figurent notamment le renforcement du dispositif sur le terrain afin d’augmenter les capacités de prise en charge et anticiper sur la saturation des services dédiés au Covid-19, l’augmentation des capacités des lits d’hospitalisation et des lits de réanimation au niveau des structures en les renforçant en équipements et personnels et l’ouverture éventuelle d’autres services et d’autres établissements dans ce cadre. Il s’agit aussi de renforcer les équipes médicales et paramédicales qui, selon le ministre, “sont souvent épuisées”.

Le ministre a exhorté également les gestionnaires des hôpitaux publics de la wilaya d’Alger à l’effet de mobiliser l’ensemble du personnel médical et paramédical, toutes spécialités confondues, pour renforcer les équipes de praticiens au niveau des services dédiés à la prise en charge des malades du Covid 19, en associant les praticiens volontaires du secteur para-public et libéral, ainsi que les professionnels de santé retraités qui se proposent pour intégrer le dispositif de lutte.

Il a appelé, en outre, à “veiller à l’application des instructions concernant le soutien psychologique du personnel et l’organisation de rotations continues de repos des effectifs pour éviter l’épuisement du personnel soignant“.

M. Benbouzid a souligné aussi la nécessité de solliciter éventuellement le secteur privé pour le renforcement en lits d’hospitalisation, équipements et personnels, tout en veillant à la continuité de l’activité des services essentiels et la prise en charge des citoyens pour les autres pathologies. Le ministre a, enfin, rendu un hommage appuyé aux différentes équipes de la santé qui “ne ménagent aucun effort sur le terrain”.




Continue Reading

Politique

Suspension de la circulation automobile : Alger accorde un délai aux citoyens

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

© DR |

Suite à la décision du gouvernement, jeudi soir, de suspendre la circulation automobile de et vers 29 wilayas, la wilaya d’Alger a accordé une autorisation exceptionnelle aux citoyens se trouvant loin de leurs lieux de résidence, indique un communiqué des services de la wilaya.

Ainsi, les personnes résidentes à Alger et qui se trouvent actuellement bloquées dans d’autres wilayas aussi bien que les citoyens bloqués à Alger ont jusqu’à aujourd’hui 20h pour rejoindre leurs lieux de résidence.

Selon le même document, les transporteurs de marchandises ainsi que les fournisseurs des marchés ne sont pas concernés par les restrictions de circulations.

Les taxis sont autorisés à poursuivre leur activité, précise la même source.

Pour rappel, le gouvernement a décidé, jeudi soir, l’interdiction pour une semaine, à compter de ce vendredi, de la circulation routière, y compris des véhicules particuliers, de et vers les 29 wilayas suivantes : Boumerdes, Souk Ahras, Tissemsilt, Djelfa, Mascara, Oum El Bouaghi, Batna, Bouira, Relizane, Biskra, Khenchela, M’sila, Chlef, Sidi Bel Abbes, Médéa, Blida, Bordj Bou Arreridj, Tipaza, Ouargla, Bechar, Alger, Constantine, Oran, Sétif, Annaba, Bejaia, Adrar, Laghouat et El Oued.

Continue Reading

Politique

Ouargla : confinement partiel dans l’ensemble des communes de la wilaya

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

© DR |

Un confinement partiel de 17 heures au lendemain 5 heures a été imposé dans toutes les communes de la wilaya de Ouargla pour une période de 15 jours, indique ce jeudi un communiqué du ministère de l’Intérieur.

Cette mesure qui entrera en vigueur à compter de samedi 11 juillet impliquera un arrêt total de l’ensemble des activités commerciales, économiques et sociales, précise le communiqué du ministère.

Le transport des voyageurs et la circulation des véhicules seront également suspendus pendant la période de confinement sanitaire, ajoute la même source.

C’est la troisième wilaya qui décrète un confinement partiel dans ses communes, après la wilaya de Sétif qui a confiné, le 07 juillet, 18 de ses communes et la wilaya d’El Tarf qui a imposé, ce jeudi, un confinement partiel à deux de ses communes les plus touchées par la pandémie de coronavirus.

Continue Reading

Tendances

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR