Suivez-nous

Politique

Nouveau discours de Gaid Salah (texte intégral)

En visite, ce mardi 19 novembre, à la quatrième Région militaire à Ouargla, le général de corps d’armée, Ahmed Gaid Salah, a prononcé un nouveau discours dans lequel il a évoqué la situation politique et l’élection présidentielle du 12 décembre prochain.

Kenza Ait Bachir

Publié

le

« Cette rencontre s’inscrit dans le cadre de l’importance majeure que nous accordons à tout ce qui a trait à la promotion des capacités opérationnelles et de combat de nos Forces Armées, notamment après la célébration, il y a quelques jours, par l’Algérie de sa plus grande fête nationale en l’occurrence le 1er Novembre 1954 dans son 65e anniversaire. Une date phare et éternelle devant laquelle le peuple algérien marque chaque année à sa veille un moment de recueillement et de respect pour cette glorieuse Révolution.

Je tiens à affirmer, une fois encore, en cette honorable occasion, que nous enregistrons avec une grande admiration et fierté, cet élan populaire qui s’est propagé à travers tous le pays, lorsque toutes les franges de notre peuple, toutes catégories confondues, hommes, femmes, jeunes, étudiants et vieux, sont sorties dans une des plus belles images de la cohésion, la solidarité et l’adhésion du peuple autour de son Armée, scandant, d’une seule et même voix, des slogans patriotiques exprimant dans leur ensemble la volonté de se diriger massivement aux urnes le 12 décembre prochain, afin de faire réussir les présidentielles et contribuer par conséquent à édifier un avenir prometteur. Tel est le peuple algérien et telle est l’Algérie.

Partant, notre attitude envers notre peuple est toujours basée sur l’action et le travail et non pas uniquement par les paroles. En effet, nous estimons, au sein de l’Armée Nationale Populaire, que les paroles sincères sont celles qui se concrétisent réellement sur le terrain, celles que les citoyens perçoivent leur sincérité et ressentent leur fidélité et dévouement. D’ailleurs, nous n’avons aucune ambition politique et nos objectifs ne sont autres que nationalistes, des objectifs pour le bien de l’Algérie et de son peuple. Ce peuple auquel nous sommes fiers d’appartenir, fiers également de connaitre de manière approfondie et globale ses orientations de principe ; ces orientations populaires envers lesquelles nous avons de tout temps et continuons à avoir des positions constantes et œuvrons en même temps à être une source de sécurité et de protection pour notre peuple.

Le peuple algérien a pu réaliser, grâce à sa prise de conscience, son accoutumée ingéniosité et son sens patriotique illustre, à travers les marches populaires fidèles à leur patrie et appuyant son armée et son commandement nationaliste moudjahid, les intentions de ces parties haineuses que la cohésion du peuple avec son armée dérange tant. Ces ennemis ont compris que l’authentique ligne de conduite fidèle à la glorieuse Révolution de Novembre, est la ligne de conduite qui récolte victoire après victoire. La vérité s’élève au-dessus de tous et rien ne peut s’élever au-dessus d’elle, et le dernier mot reviendra toujours aux hommes libres et dévoués qui ont su préserver le serment des vaillants Chouhada et qui se tiennent en rempart face à ceux qui ont causé cette crise, parmi la bande et ses inféodés qui ont perdu tout lien avec le peuple algérien et toute relation avec son histoire et ses principes patriotiques authentiques. Ceux-là mêmes qui ont eu la réponse adéquate et appropriée de la part du peuple algérien à travers tous les recoins du pays, ce peuple qui a démontré, qui démontre encore et démontrera à l’avenir, que c’est un peuple fidèle, de par sa nature et sa spontanéité, envers ceux qui le protègent et qui sont proches de lui, à chaque fois que les épreuves deviennent plus rudes. Béni soit ce peuple noble qui défend avec force l’Armée Nationale Populaire, car la cohésion entre le peuple et l’Armée est une cohésion indissociable et intimement soudée. C’est là que réside le triomphe pour l’Algérie et la déperdition imminente de ses ennemis.

En effet, nous sommes fiers de cette adhésion et de cette cohésion sincère. Nous confirmons également ce que nous avons dis auparavant, lors d’occasions précédentes, à propos de ce peuple dévoué jaloux pour son pays, que nous avons si bien connu durant la glorieuse Révolution de Libération et durant la lutte contre le terrorisme, j’ai dis que tout ceci s’est concrétisé sur terrain à travers ces marches populaires spontanées soutenant l’Armée Nationale Populaire et la tenue des présidentielles. Cette adhésion qui signifie indubitablement que notre peuple a constaté concrètement que son Armée est restée attachée effectivement et sur le terrain, voire en son for intérieur, au principe de rester toujours au sein du peuple algérien, grâce à son Commandement moudjahid imprégné des valeurs de fidélité envers cette chère patrie, et des principes d’attachement dévoué aux constantes fondamentales de l’identité nationale et œuvrant fidèlement à préparer le terrain afin que règnent ces valeurs et ces principes et deviennent effectivement le socle sur lequel sera bâti l’Etat algérien dans son authentique creuset novembriste comme l’ont voulu les vaillants Chouhada et pour lequel les braves Moudjahidine ont combattu

Partant de cela, je fais appel de cette tribune à toutes les franges du peuple algérien à travers tout le pays, à se tenir la main dans la main et mettre l’Algérie et son intérêt suprême au-dessus de toute considération et de participer à ce rendez-vous qui sera avec l’aide d’Allah une véritable fête nationale par excellence et une porte ouverte sur le bonheur et la prospérité pour l’Algérie et son peuple, ouvrant grand la voie face au parachèvement de l’édification de l’Etat national algérien moderne

Enfin, je tiens encore une fois à souligner notre fierté du rôle vital de l’Armée Nationale Populaire, considérant que c’est une Armée que la glorieuse Révolution de Libération a façonnée, et qui a pu durant cette étape particulière que traverse notre pays, accompagner le peuple algérien dans ses marches pacifiques, ce qui a permis de protéger les institutions de l’Etat et sauvegarder leur dignité et leur continuité, fortes de leur peuple et protégées par leur Armée, outre la réalisation de la plupart des revendications populaires.

En effet, l’Armée Nationale Populaire, étant le pilier de l’Etat, a pris conscience tôt de la gravité de l’abject complot qui se tramait en silence contre l’Algérie et son peuple, un complot qui visait à ébranler les fondements de l’Etat national. Ainsi, elle a assumé sa responsabilité historique et a réussi avec sagesse et perspicacité à sauver le pays du danger qui le guettait et vaincre les ennemis de la patrie. Elle sera aux aguets contre quiconque tente de porter atteinte aux fondements de la nation et à l’intégrité territoriale et l’unité populaire. Tout ceci sera possible grâce à la fédération des efforts entre le peuple et son Armée, car le peuple est l’Armée et l’Armée est le peuple. Nous avons pu ensemble, malgré les difficultés rencontrées, faire tomber les têtes de la bande et les corrompus, notamment après que la justice a récupéré ses prérogatives et sa liberté. Nous nous engageons aujourd’hui comme nous l’avons fait hier, devant Allah et la patrie, à ce que cet effort et ce parcours se poursuivent jusqu’à ce que nous amenions le pays à bon port et que nous tous ensemble, peuple et Armée, sommes capables de tracer la voie prometteuse de l’Algérie, qui répond aux espérances et aspirations de ses enfants et la hisse à la place qu’elle mérite parmi les nations. L’histoire est impitoyable et quiconque trahit le pays et l’Algérie précisément, il trahit Allah. Et qui trahit Allah, il se fait tort à lui-même ».

Politique

Election présidentielle : Abdelmadjid Tebboune, un président déjà affaibli

La présidentielle de jeudi dernier n’a rien réglé. Elle n’a fait qu’accentuer le fossé séparant le mouvement populaire qui réclame un réel changement des tenants du pouvoir réel, plus que jamais isolés.

Melissa NAIT ALI

Publié

le

© INTERLIGNES | 43e vendredi du Hirak qui a coïncidé avec l'élection de Abdelmadjid Tebboune
© INTERLIGNES | 43e vendredi du Hirak qui a coïncidé avec l'élection de Abdelmadjid Tebboune

Plus de 60% des électeurs, selon des chiffres officiels communiqués aujourd’hui par l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE), ont boudé les urnes. Une victoire pour le Hirak qui prouve, ainsi, qu’il est majoritaire, mais dont la volonté n’a pas été respectée par les artisans de cette élection.

En effet, le président déclaré élu, Abdelmadjid Tebboune, a obtenu moins de 10% des voix du corps électoral, soit 4,9 millions sur les 8,5 millions d’électeurs qui se sont exprimées. Un handicap de taille pour le nouveau président qui fera, et pendant longtemps, d’une grave crise de légitimité. C’est un président affaibli qui sera investi dans les prochains jours à la tête de l’Etat.

Ce dernier aura ainsi beaucoup de mal à convaincre la majorité des algériens qui ont rejeté, massivement, cette élection et qui sont sortis, aujourd’hui, aussi massivement pour lui dire « qu’il ne les représente pas ». Du jamais vu dans l’histoire de l’Algérie. Même les supporters du candidat n’ont pas exprimé, jusqu’à présent, leur joie après « cette victoire ». 

Des milliers de personnes ont envahi les rues d’Alger, au moment même où le président de l’ANIE annonçait les résultats préliminaires du scrutin de jeudi, ainsi que ceux de plusieurs autres villes du pays, pour dénoncer « cette mascarade ».

Ils étaient, effectivement, des milliers de personnes à brandir, à nouveau, le carton rouge face au régime en place, qui n’a finalement rien changé à sa stratégie de « fabrication » des présidents. Dans la Capitale, la manifestation a drainé des foules immenses qui se sont ébranlées de différents quartiers d’Alger en direction d’Alger-centre, lieu de convergence de tous les manifestants.

Ils reprennent les mêmes slogans opposés à « l’Etat militaire » et réclament le départ de tous les symboles du système, dont Abdelmadjid Tebboune qui était ministre et premier ministre du président déchu, Abdelaziz Bouteflika. Les protestataires ont également rendu hommage à la Kabylie qui a carrément empêché la tenue de cette élection. « Y a leqbayel, bravo 3likoum wa el djazair teftakhar bikoum (bravo les kabyles, l’Algérie est fière de vous) », lancent les manifestants.

Idem qu’à Alger, la mobilisation était tout aussi record à Annaba, à Constantine, à Jijel, à Tizi Ouzou, à Bouira et à Bejaia. Toujours avec la même détermination, les protestataires affirment dans ces villes ne pas céder au fait accompli du pouvoir en place qui se réjouit de la tenue de son élection, malgré le rejet populaire.

Contrairement aux villes citées où tout s’est déroulé dans le calme et le pacifisme absolu, dans l’Ouest du pays et selon des témoins, les forces de l’ordre ont violemment réprimé les marches organisées à Oran, à Sidi Belabbès et à Aïn Témouchent. Dans ces villes, selon ces témoins, plusieurs arrestations ont été opérées parmi les manifestants pour empêcher le déroulement des marches hebdomadaires habituelles du Hirak.

A Tlemcen, les manifestants ont réussi à tenir leur marche dans l’après-midi et ont dénoncé l’organisation de cette élection. En tout cas, la tension politique risque de s’accentuer encore davantage dans les jours à venir. Le nouveau président devra négocier avec la majorité et tenter d’absorber sa colère. L’acte II du Hirak a commencé

Lire la suite

Politique

Hirak : La police réprime la manifestation à Oran

La police a réprimé violemment la marche prévue pour le 43e vendredi du Hirak à Oran. Les arrestations se comptent en centaines selon la Ligue Algérienne des Droites de L’homme (LADDH).

Bouzid ICHALALENE

Publié

le

Répression des étudiants
© INTERLIGNES | Répression lors de la manifestation des étudiants à Alger (archives)

Juste après l’annonce des résultats du vote qualifié par les manifestants de « mascarade », les manifestants sont sortis dans les rues d’Oran pour manifester dans le calme comme à leur habitude.
Mais, à leur surprise, la police s’est lancée dans une véritable chasse à l’homme.

Les policiers déployés en centaines, pas loin de la place ou se rassemblent les manifestants d’habitudes, interpellent violemment les manifestants. Selon plusieurs témoignages, il y’a eu plusieurs dizaines de blessés.

Le vice président de la Ligue Algérienne des Droits de L’homme (LADDH), Said Salhi, a dénoncé l’arrestation « de près de 400 manifestants. La LADDH dénonce et rappelle au respect du droits et des libertés publiques ».

Pour rappel, il n y’a jamais eu de de violence lors des manifestations du Hirak à Oran, mais les manifestations nocturnes étaient réprimées violemment par la police.

Lire la suite

Politique

Présidentielle : Macron « prend note » de l’élection de Tebboune et appelle au « dialogue » avec le peuple

Achour Nait Tahar

Publié

le

C’est la première réaction, venant de l’étranger, à l’élection d’Abdelmadjid Tebboune à la tête de l’Etat. Le président français Emmanuel Macron a réagi, peu de temps après l’annonce des résultats du vote, soulignant qu’il a « pris note » ce vendredi de l’élection d’Abdelmadjid Tebboune à la tête de l’Algérie et a appelé les autorités à engager un « dialogue » avec le peuple algérien, rapporte l’AFP.

« J’ai pris note de l’annonce officielle que Monsieur Tebboune a remporté l’élection présidentielle algérienne dès le premier tour », a dit le président français lors d’une conférence de presse à Bruxelles, qui insiste sur « le dialogue qui doit s’ouvrir entre les autorités et la population », a ajouté la même source.

Le président français a rappelé que « comme vous le savez, que je suis très attentif à la situation en Algérie et aux aspirations que le peuple algérien exprime avec beaucoup de responsabilité, de civisme et dignité depuis plusieurs mois. Et je n’ai pas de la ou je suis et en ma capacité à commenter ou à donner des bons ou des mauvais points ou faire des pronostics. Je souhaite simplement que ces aspirations par le peuple algérien trouvent une réponse dans le dialogue qui doit s’ouvrir entre les autorités et la population ».

Et d’ajouter : » Il appartient aux Algériens de trouver les voies et les moyens dans le cadre d’un véritable dialogue démocratique. Et avec respect mutuel je leur dis en ce moment crucial dans leur histoire que la France se tient à leurs cotés » .

Lire la suite

Tendances