Connect with us

Politique

Non à la prise en otage du journaliste Khaled Drareni

Bouzid ICHALALENE

Published

on

© DR | Le journaliste Khaled Drareni
© DR | Le journaliste Khaled Drareni

                 

Le journaliste directeur de Casbah Tribune et correspondant de RSF, Khaled Drareni est en garde à vue depuis le samedi 07 mars. Cette garde à vue vient d’être prolongée pour la seconde fois de 24 heures par le procureur près le tribunal de Sidi M’hamed à Alger.

Khaled Drareni est, selon ses avocats, accusé dans le procès-verbal de la police judiciaire “d’incitation à attroupement non armé”. Il a été interpellé alors qu’il faisait son métier de journaliste : couvrir avec son téléphone mobile les manifestations à Alger centre, comme il le fait depuis le 22 février 2019.

Khaled Drareni subit depuis un an des pressions constantes pour le dissuader de couvrir les manifestations du mouvement populaire. Il a été convoqué, ou embarqué, à quatre reprises à la caserne Antar de l’ex DRS, lieu désormais connu d’interrogatoire de type police politique.

Notre collègue a choisi de rester fidèle à son engagement professionnel de journaliste témoin d’événements majeurs de son pays et de son époque. Il a régulièrement prévenu les services de sécurité qu’il continuera de couvrir le Hirak car c’est son métier et qu’il n’enfreint aucune loi.

L’acharnement des services de sécurité sur Khaled Drareni a pris une nouvelle dimension depuis vendredi dernier où il avait arrêté avant d’être remis en liberté à la suite d’un sit-in improvisé devant le commissariat du 6ème à Alger. Son arrestation, le lendemain, samedi, confirme cet acharnement à le faire taire.

Le procureur de la république n’a pas trouvé matière dans le dossier transmis par la police judiciaire pour engager des poursuites pénales. La prolongation par deux fois de sa garde à vue montre que des “éléments sérieux » d’inculpation n’ont pas été fournis par les services de sécurité et que l’enjeu demeure encore et toujours de trouver un moyen détourné pour empêcher Khaled Drareni de faire son métier de journaliste.

Les avocats de nos collègues ont exprimé aujourd’hui leur inquiétude sur la tournure prise par cette procédure judiciaire. La poursuite de la détention de Khaled Drareni prend l’allure d’une prise d’otage par les services de sécurité. Selon les avocats, elle est justifiée par le procureur par la nécessité d’avoir un rapport d’expertise sur le contenu de son téléphone mobile.

Nous savons que l’enjeu principal depuis le début dans cette affaire est d’accéder au travail journalistique de Khaled Drareni et de tenter de s’emparer de ses publications, la dernière étant celle de l’arrestation musclée de Samir Belarbi à Alger le samedi 07 mars. Khaled Drareni est en droit de refuser d’ouvrir son téléphone et de protéger ses sources. La législation est de son côté.

Nous, éditeurs, journalistes, freelances, producteurs de contenus, réunis en urgence rejetons avec force cette prise en otage de notre collègue et réclamons sa libération immédiate et inconditionnelle.

Nous affirmons avec la plus grande vigueur que la couverture des manifestations populaires fait partie, totalement et sans aucune limite, de notre activité professionnelle. Le journalisme n’est pas un crime. La protection de nos outils de travail (téléphone mobile) et de nos sources est prévue par la loi. La dérogation à cette protection obéit à des règles qui ne prévoient pas la privation de liberté du journaliste.

Nous signataires de cette déclaration interpellons les pouvoirs publics pour qu’ils respectent et fasse respecter, comme il leur arrive de le proclamer publiquement parfois, le libre exercice des métiers de la presse et à faire cesser, immédiatement, les pressions et les diktats des services de sécurité civils et militaires sur les journalistes.

Le ministre de la communication, Amar Belhimer, est mis devant ses responsabilités politiques et morales, étant formellement en charge du secteur de l’information et faisant souvent valoir son statut d’ancien journaliste. L’information professionnelle sur le Hirak est un besoin citoyen et non un enjeu sécuritaire, le seul ennemi de l’Algérie c’est l’arbitraire.

Nous signataires nous déclarons mobilisés pour la libération de Khaled Drareni, et de tous les journalistes détenus dans le cadre de l’exercice de leur métier, et pour la libération de la presse.

Les signataires

1.       Abdelghani Aichoun

2.       Abdelkader Eddrief

3.       Abdellah Debbache

4.       Abdellah Rabah

5.       Abdelmadjidadjid Benkaci

6.       Abdennour Boukhemkhem

7.       Abdennour Dzanouni

8.       Aboubaker Khaled

9.       Aboutaleb Cheboub

10.   Achira Mammeri

11.   Achour Naït Tahar

12.   Adel Boucherguine

13.   Adel Dellal

14.   Adlène Meddi

15.   Ahmed Allia

16.   Ahmed Gasmia

17.   Ahmed Lahri

18.   Aïssa Moussi

19.   Akrak Belkaïd

20.   Akram Kharief

21.   Ali Cherif Fouad

22.   Ali Djerri

23.   Ali Titouche

24.   Amar Chekar

25.   Amel Blidi

26.   Amel Bouazza

27.   Amel Mohandi

28.   Amina Azzoune

29.   Amine Idjer

30.   Amira Boudjema

31.   Anis Hamza Chelouche

32.   Arezki Ibersiene

33.   Asma Benazouz

34.   Asma Laïd

35.   Aziz Hamdi

36.   Aziza Gaci

37.   Bassaïd Aissa

38.   Baya Belkheir

39.   Benyahia Sabrina

40.   Billel Zehani

41.   Bouamra Kheira

42.   Bouchra Naamane

43.   Bouhaddadoua Zineddine

44.   Bourbia Lahcene

45.   Boussag Radhwane

46.   Bouzid Ichalalen

47.   Chahrazed Amrouche

48.   Chamseddine Bouzeghaïa

49.   Daikha Dridi

50.   Daoud Allam

51.   Djaffar Kheloufi

52.   Djahida Ramdani

53.   Djamel Alilat

54.   Djamel Saïd

55.   Djamel Saïdouni

56.   Fahd Bouarioua

57.   Faouzi Bendjama

58.   Farah Abada

59.   Farid Abdeladim

60.   Farid Alilat

61.   Farid Bouhatta

62.   Farouk Batiche

63.   Farouk Djouadi

64.   Farouk Ghedir

65.   Farouk Herkat

66.   Fatma Hamdi

67.   Fayçal Metaoui

68.   Ferhat Bouda

69.   Ferradji Nabila

70.   Ghada Hamrouche

71.   Ghania Hammadou

72.   Ghania Lassal

73.   Ghlib Imane

74.   Hacen Ouali

75.   Hadda Hazem

76.   Hadjer Guenanfa

77.   Hafid Derradji

78.   Hafida Ameyar

79.   Hafida Hamouche

80.   Hamdi Baala

81.   Hamid Goumrassa

82.   Hamid Guemache

83.   Hamou Merzouk

84.   Hamza Aggoune

85.   Hamza Atbi

86.   Hana Menasria

87.   Hasna Yacoub

88.   Hassan Moali

89.   Hayet-Eddine Khaldi

90.   Hichem Bougueffa

91.   Hocine Gasmi

92.   Hocine Larabi

93.   Houria Alioua

94.   Ihsen El Kadi

95.   Imad Boubekri

96.   Imane Aouimeur

97.   Imane Ghelib

98.   Imen Khemici

99.   Imen Merad

100.                       Ines Boukhalfa

101.                       Kahina Manseri

102.                       Kamel Daoud

103.                       Kamela Haddoum

104.                       Karim Aimeur

105.                       Karim Kebir

106.                       Karim Lhadj Mohand

107.                       Katia Debbouz

108.                       Keddouh Mohand Seghir

109.                       Kenza Khattou

110.                       Khadija Chouit

111.                       Kheireddine Batache

112.                       Khelaf Benhadda

113.                       Khelifa Litamine

114.                       Khemmali Mohamed

115.                       Lahiani Othman

116.                       Larbi Samir

117.                       Latifa Abda

118.                       Leïla Zaïmi

119.                       Lila Mokri

120.                       Linda Hamed

121.                       Lounes Guemache

122.                       Lydia Saidi

123.                       Lynda Abbou

124.                       Lynda Nacer

125.                       Madjeda Zouine

126.                       Madjid Makedhi

127.                       Madjid Zerrouky

128.                       Mahrez Rabia

129.                       Malik Slimani

130.                       Manel Triki

131.                       Massiva Zehraoui

132.                       Mehdi Alioui

133.                       Mehenni Mekhloufi

134.                       Meriem Abdou

135.                       Meriem Ahmed Ali

136.                       Meriem Dahri

137.                       Meriem Nait Lounis

138.                       Merouane Benabdeslam

139.                       Merouane Lounes

140.                       Meziane Abane

141.                       Miloud Saouli

142.                       Mina Tikniouine

143.                       Moh Kebci

144.                       Mohamed Allaoua Hadji

145.                       Mohamed Aziri

146.                       Mohamed Iouanoughene

147.                       Mohamed Lamine Maghnine

148.                       Mohamed Lamine Moussaoui

149.                       Mohamed Mouloudj

150.                       Mohamed Rabah

151.                       Mohamed Sidoummou

152.                       Mohamed Tahar Messaoudi

153.                       Mokrane Aït Ouarabi

154.                       Moncef Aït Kaci

155.                       Moumene Belghoul

156.                       Mourad Hachid

157.                       Mourad Messaoudene

158.                       Mourad Slimani

159.                       Mustapha Bastami

160.                       Mustapha Bendjama

161.                       Mustapha Benfoudil

162.                       Mustapha Hammouche

163.                       Mustapha Kessassi

164.                       Nabil Boughani

165.                       Nabila Abada

166.                       Nabila Amir

167.                       Nadia Madassi

168.                       Nadia Mehdid

169.                       Nadir Iddir

170.                       Nadjib Belhimer

171.                       Nadjib Idriss

172.                       Nadjib Stambouli

173.                       Nahla Bakralas

174.                       Narimane Mendil

175.                       Nasser Bekria

176.                       Neikhela Larbi

177.                       Nesrine Dahmoun

178.                       Nesrine Djafer

179.                       Nordine Azzouz

180.                       Omar Belhochet

181.                       Omar Kharroum

182.                       Rachid Ikhenoussene

183.                       Rahem Nedjoua

184.                       Ramdane Tamani

185.                       Redha Menassel

186.                       Redouane Bendali

187.                       Redouane Boudjema

188.                       Safia Djaout

189.                       Saïd Djaafer

190.                       Said Kaced

191.                       Saïd Mekla

192.                       Said Smati

193.                       Salah Badis

194.                       Salah Slimani

195.                       Salim Koudil

196.                       Salim Mesbah

197.                       Salim Salhi

198.                       Sami Siyoucef

199                       Samiha Hali

200.                       Samir Bendjafer

201.                       Samir Lakrib

202.                       Samir Leslous

203.                       Samir Sid

204.                       Samira Dehri

205.                       Samira Imadalou

206.                       Sara Kharfi

207.                       Sarah Allal

208.                       Sarah Boumaaza

209.                       Selma Djebbar

210.                       Sid Ahmed Semiane

211.                       Sidahmed Belluna

212.                       Sidahmed Belouchrani

213.                       Siham Ghedir

214.                       Slimani Rabea

215.                       Smail Bouflih

216.                       Sofiane Saouli

217.                       Souhila Hammadi

218.                       Tahar Boudj

219.                       Taous Akilal

220.                       Tarek Aït Sellamet

221.                       Tarik Hafid

222.                       Thinhinane Makaci

223.                       Widad Laouedj

224.                       Yacine Babouche

225.                       Yahia Arket

226.                       Yasmine Bouchene

227.                       Yasmine Marouf Araibi

228.                       Youcef Aït Tahar

229.                       Younes Saadi

230.                       Younes Saber Cherif

231.                       Zahia Manseur

232.                       Zakaria Habchi

233.                       Zineb Ben Zita

234.                       Zineb Kobbi

235.                       Zouheir Aït Mouhoub

Les Médias Signataires

Casbah Tribune

Maghreb Emergent

Radio M

Interligne Algérie

Radio-M-Post

Berbère Télévision

TSA

TariqNews

Jweb.News

Reporters

Le provincial

L’Avant-Garde Algérie

Algérie-Eco

Viny-Culture

Politique

Cabinet de lobbying américain-Ali Haddad :le parquet de Sidi M’hamed ouvre une information judiciaire

Melissa NAIT ALI

Published

on

Fertial : l’ETRHB Haddad deviendra l’actionnaire majoritaire à la fin du mois en cours
© DR | Ali Haddad, PDG de l'ETRHB et ancien président du FCE

L’homme d’affaire et ancien président du FCE, Ali Haddad, risque un nouveau procès. En détention depuis plus d’une année et condamné à 18 ans de prison, le patron du groupe ETRHB est rattrapé par l’affaire du contrat de 10 millions de dollars signé, en son nom, avec un cabinet de lobbying américain.

En effet, le parquet du tribunal Sidi M’hamed annonce officiellement l’ouverture d’une information judiciaire pour mettre au clair cette affaire qui avait suscité, rappelons-le, une réaction du chef de l’Etat, Abdelmadjid Tebboune.

« Dans le cadre de l’affaire Haddad Ali relative à la transaction de 10 millions de dollars transférés au profit d’un cabinet de lobbying, une information judiciaire a été ouverte par le parquet de Sidi M’Hamed contre le sus-indiqué ainsi que la dénommée Sabrina Ben »,annoncé le parquet dans un communiqué repris, aujourd’hui, par l’APS.

Le juge d’instruction en charge de ce dossier, ajoute le communiqué, « a décerné des commissions rogatoires ». Au début du mois d’août dernier, le parquet général près la Cour d’Alger a annoncé l’ouverture d’une enquête préliminaire « suite aux informations relayées par certains titres nationaux au sujet d’un contrat conclu par des représentants du prévenu Haddad Ali avec une société américaine d’un montant de 10 millions de dollars ».

L’enquête préliminaire ouverte conformément aux dispositions de l’article 11 du code de procédure pénale, vise, selon le parquet d’Alger, à « déterminer les circonstances de conclusion de ce marché et en définir le véritable objectif ». Pour rappel, l’information concernant ce mystérieux accord a été donnée le 29 juillet dernier, par le média indépendant américain Foreign Lobby. L’accord entre l’homme d’affaires algérien et le lobbyiste, avait ajouté la même source, a été conclu le 26 juillet dernier, et il court jusqu’au 25 juillet 2021.

Selon la même source, il est paraphé, pour le compte d’Ali Haddad, par une personne s’identifiant sous le nom de Sabrina Ben. Cette dame, résidant au 8e arrondissement de Paris, se présente comme étant «une conseillère principale de Ali Haddad». Des questions ont été posées alors sur l’objectif de cette démarche ?

Ali Haddad veut-il exercer des pressions étrangères pour obtenir sa libération ? C’est en tout cas ce que pense William Lawrence, ancien diplomate du département d’Etat spécialiste de l’Afrique du Nord et professeur à la School of International Service de l’université américaine.«Je soupçonne que parce que le nouveau régime algérien est relativement faible et parce qu’il va, à un moment donné, s’attirer les faveurs des Etats-Unis, l’objectif de Ali Haddad serait de s’attirer les faveurs des Américains les plus puissants afin que son destin soit inclus dans la conversation avec l’Algérie», avait-il expliqué dans une déclaration à Foreign Lobby Report.

Continue Reading

Politique

Tebboune installe la commission nationale chargée de la préparation de l’avant projet de révision de la loi électorale

Achour Nait Tahar

Published

on

© DR | Le président de la République Abdelmadjid Tebboune
© DR | Abdelmadjid Tebboune, président de la république

Le président de la République Abdelmadjid Tebboune a procédé samedi à l’installation de la commission nationale chargée de la préparation de l’avant projet portant révision de la loi organique ayant trait au système électoral, a annoncé la télévision nationale.

La commission, présidé par le professeur Ahmed Laraba et Walid Aggoune son rapporteur. Elle est composée entre autres des représentants du ministère de l’intérieur, des collectivités locales, ainsi que 7 enseignants de droits des universités d’Alger, Tizi-Ouzou, Oran, Tlemcen, Setif, Sidi Bel Abbès et le centre universitaire de Tipaza.

La cérémonie s’est déroulée à la présidence de la République en présence du premier ministre Abdelaziz Djerad et le directeur de cabinet de la présidence de la République.

Continue Reading

Politique

Détenus du Hirak et journalistes condamnés : des personnalités de renom lancent un appel

Melissa NAIT ALI

Published

on

© DR | Khaled Drareni, condamné à 2 ans de prison ferme

Plusieurs personnalités nationales et internationales, dont le philosophe et linguiste américain Noam Chomsky, l’historien Mohammed Harbi, le Sociologue Nacer Djabi et Pierre Audin, fils du martyr Maurice Audin, viennent de réagir à la situation en Algérie.

Ils ont signé appel à la libération des journalistes, Khaled Drareni et Abdelkrim Zeghilèche, ainsi que tous les détenus du Hirak. « La condamnation à deux ans de prison ferme de Khaled Drareni ce 15 septembre 2020, ainsi que celle d’Abdelkrim Zeghilèche à la même peine, sont l’ultime démonstration de cette justice aux ordres. Les peines écopées par ces deux journalistes, punis pour avoir exercé avec honnêteté, responsabilité et engagement leur travail d’information, sont les plus lourdes prononcées contre des journalistes depuis l’indépendance de l’Algérie », condamnent les signataires, parmi lesquels figurent également des universitaires libanais, marocains, français, syriens, égyptiens, sénégalais et espagnole.

Rappelant le combat du peuple algérien pour la conquête de ses droits légitimes mérite la solidarité agissante de toutes les femmes et de tous les hommes épris de justice et de liberté, les signataires dénoncent notamment « la politique répressive menée par le pouvoir algérien envers le Hirak pacifique et responsable, qui est un espoir de libération et d’émancipation citoyennes ».

Ce faisant, ils exigent la libération « immédiate et sans condition de tous les journalistes et de tous les détenus politiques et d’opinion ». Les signataires alertent aussi les différentes organisations internationales pour exiger de l’Etat algérien le respect de tous les traités et conventions de défense des droits humains ratifiés par l’Algérie.

« Faire respecter les droits et libertés des citoyens »

« Nous appelons solennellement le chef de l’Etat algérien à faire respecter, effectivement, les droits et libertés des citoyennes et des citoyens établis par les conventions internationales et dûment ratifiées par l’Algérie », lancent-ils.

Faisant un rappel des revendications du mouvement du populaire depuis le 22 février 2019, ces personnalités rejettent l’attitude du pouvoir face à ces revendications. « Au lieu de suivre la voie de la sagesse et le sens élevé des responsabilités montrés par les acteurs du soulèvement et de répondre à leurs aspirations légitimes, les dirigeants algériens, toujours préoccupés par leurs luttes internes de pouvoir, échafaudent des feuilles de route remplies de promesses visant la sauvegarde de leurs propres intérêts », soulignent-ils.

Afin de répondre aux aspirations populaires exprimées depuis février 2019, ajoutent-ils, « la voie est dans l’ouverture des scènes politiques et médiatiques, débarrassées de la surveillance des services de sécurité ». « Elle est dans l’engagement, par le dialogue et la négociation avec les acteurs du Hirak, d’une véritable transition démocratique, pouvant assurer un Etat de droit, garant des libertés individuelles et collectives », indiquent-ils.

Continue Reading

Tendances

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR