Connect with us

Opinion

Qui est vraiment “l’allumeuse” Naima SALHI?

La pratique politique, en Algérie, s’appauvrit, chaque jour davantage, par le fait des sorties de quelques hommes et femmes versés dans le discours spectacle, trempés, à la fois, dans des formules grotesques et aventureuses.

Dihia A.

Published

on

qui est vraiment « l’allumeuse » Naima SALHI?

Les propos de la députée Naima Salhi, qui charge la culture Amazighe, s’inscrivent dans cette représentation burlesque, mais déplorable et extrêmement menaçante de la cohésion nationale. Elle emprunte au style Amar Saidani et Ould Abbès, l’ancien et l’actuel chef du FLN, beaucoup de leur extravagance.

Députée sulfureuse

Plus que les « deux dinosaures », la députée fait dans la provocation et le narcissisme. Mais le personnage est bien dans son rôle. Naima Salhi est chef d’un parti, le PEP, parti de l’équité et de la proclamation, créé il y a à peine six ans. Invisible sur l’échiquier national, avec seulement un siège gagné lors des législatives de mai 2017. Il est revenu à cette députée sulfureuse.

Islamiste assumée

Pour remplir sa mission, Naima Salhi a choisi de jouer sur le terrain de la provoc’ en prêchant sur les deux champs qui captent le plus d’intérêts : la religion et l’identité. Islamiste assumée, nourrie jusqu’à la moelle de l’intégrisme, Naima Salhi s’est naturellement investie dans des études en sciences islamiques. Elle abhorre la mixité y compris sur les bancs de l’école. La séparation entre garçons et filles participe, selon elle, à la « bonne éducation» que se doit de donner l’école algérienne.

Jupes courtes

Pas très loin du discours salafiste, elle est même allée jusqu’à établir le lien entre les enlèvements d’enfants et la mixité, à la façon des barbus qui expliquent les tremblements de terre comme un châtiment divin contre les jupes courtes. Partisane zélée de la polygamie, son nom est associé à cette déclaration où elle préfère voir son mari avec une seconde épouse qu’avec une maîtresse. Et cette autre qui veut qu’elle soit une femme extrêmement soumise à son mari.

Contrat est tacite

Le combat de Naima Salhi est à contre-courant de celui des féministes qui aspirent à la réforme du code de la famille. C’est toutes ces déclarations prétentieuses et volontairement pompeuses qui font de cette cinquantenaire, mère de cinq enfants, le parfait personnage qui intéresse les plateaux des télévisions privées algériennes. Le contrat est tacite, chacun trouve son compte : les télés ont de quoi nourrir la soif du sensationnel de leur audimat, et Salhi de quoi se faire un nom. « J’ai une popularité, el hamdoulah» déclarait-elle, d’ailleurs dans une émission d’un face à face télévisuel. Son comportement, trahit, par des symptômes de paranoïa et de surestime de soi, investit même les réseaux sociaux.

L’occasion idoine

Sur sa dernière vidéo fielleuse, elle déverse sa haine contre Tamazight et jure, comme représailles, d’interdire désormais à sa fille de prononcer le moindre mot en kabyle, croyant trouver l’occasion idoine pour appliquer la loi du Talion. En effet,  Naima Salhi n’a jamais caché sa haine pour la culture et la langue Amazighes. Encore plus pour tout ce qui est kabyle. En diabolisant le MAK, le mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie, on se souvient qu’elle a traité son leader, Ferhat M’henni, de « terroriste », suggérant sa liquidation.

Meurtre de Kamel Daoud

Un verdict qui n’a rien à envier à celui d’un certain Hamadache appelant au meurtre de Kamel Daoud. La réaction de Naima Salhi est en parfaite adéquation avec l’esprit de son parti qui plaide pour la peine de mort. Elle le dit publiquement quand on lui demande de détailler le programme de son parti. Un parti qui, pour s’attirer les feux de la rampe, trouve en sa présidente une allumeuse qui joue bougrement son rôle. Il y a certainement motif à rire, mais il faut aussi sérieusement s’en inquiéter.

Opinion

Journée internationale des travailleurs : l’opposition dénonce une volonté de détourner le fleuve du 22 février 2019

Melissa NAIT ALI

Published

on

© DR | les partis de l'opposition dénoncent la répression qui vise les activistes du hirak


Des partis d’opposition montent au créneau pour dénoncer une entreprise de « détournement du fleuve de la révolution du 22 février 2019 », par le pouvoir en place. Dans des communiqués rendu public, aujourd’hui, à l’occasion de la journée internationale des travailleurs, le RCD, le FFS et le PST condamne, notamment, cette volonté du pouvoir en place de profiter de la crise sanitaire actuelle pour anéantir le reste des acquis démocratiques.

«Chez nous, l’absolutisme de la 3issaba qui régente le pays depuis plus de 20 ans a détruit les organisations traditionnelles par la caporalisation et a empêché l’émergence de syndicats authentiques par la répression et la corruption », souligne le rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) dans un communiqué.


Rendant hommage aux nombreux militants syndicaux et aux travailleurs qui luttent pour leurs droits à se constituer librement en syndicats pour défendre leurs intérêts matériels et moraux, le RCD précise que « la révolution du 22 février n’est pas une simple demande de démocratisation formelle ». « Elle est une exigence de liberté et de démocratie avec son contenu économique et social. Seul un pouvoir issu d’élections démocratiques peut satisfaire les revendications socio-politiques du peuple algérien », estime le RCD.

« Le système veut se pérenniser »

De son côté le FFS déplore le fait que « dans ce contexte sanitaire marqué par le confinement des Algériens, le système, dans l’objectif de se pérenniser, profite pour renforcer son autoritarisme et faire taire toute voix discordante ».« Et cela au moment où la révolution d’un peuple qui aspire à la liberté, la souveraineté, la démocratie et la construction de l’Etat de droit, est en marche », lit-on dans le communiqué de ce parti.

Le FFS rappelle, dans ce sens, l’adoption du projet de loi modifiant et complétant le code pénal de par un parlement illégitime et impopulaire, la censure et les tentatives de musellements de plusieurs médias, le harcèlement policier et judiciaire par la convocation et l’arrestation de militants politiques, d’activistes de la révolution populaire et de journalistes indépendants.


« Il s’agit là d’une preuve que la propagande du régime sur un éventuel changement et une ‘’Algérie nouvelle’’ n’est qu’une chimère », explique le FFS. Sur le même ton, le parti socialiste des travailleurs (PST) dit tout simplement « non au confinement de nos libertés démocratiques et de nos acquis sociaux ! ».

«C’est dans un contexte de crise sanitaire mondiale aiguë que les millions de travailleuses et de travailleurs s’apprêtent à commémorer la journée mondiale de la lutte des travailleurs. C’est pour la première fois dans l’histoire moderne que nous n’allons pas exprimer massivement, notre colère dans la rue, contre le système capitaliste qui continue à nous exploiter, à provoquer des guerres interminables et à polluer notre écosystème », lit-on dans le communiqué

Continue Reading

Opinion

Le Premier ministre russe annonce avoir le coronavirus

Avatar

Published

on

By

© DR | Le Premier ministre russe Mikhail Michoustine

Le Premier ministre russe Mikhaïl Michoustine a annoncé jeudi avoir été testé positif au nouveau coronavirus et se placer en isolement, lors d’une vidéo-conférence diffusée à la télévision.

“Je viens d’apprendre que les tests du coronavirus que j’ai réalisés sont positifs”, a-t-il déclaré lors d’une vidéo-conférence avec le président russe Vladimir Poutine diffusée à la télévision, ajoutant qu’il se plaçait en isolement et suggérant que son adjoint, le vice-Premier ministre Andreï Belooussov, le remplace durant cette période.

“Le gouvernement continuera à travailler de façon habituelle. Je prévois d’être en contact au téléphone avec mes collègues et par vidéo-conférence avec vous”, a ajouté Mikhaïl Michoustine.

En réponse, Vladimir Poutine a souhaité un bon rétablissement à son Premier ministre, ajoutant qu’il tenait à le “remercier pour le travail accompli jusqu’à présent” et que “ce qui vous arrive peut arriver à n’importe qui”.

“J’espère que vous restez capable de travailler et que vous participerez activement” aux décisions du gouvernement, a ajouté le président russe assurant que “sans votre opinion et votre participation, les décisions ne seront pas prises”.

Dans la foulée de cette conversation, un décret officialisant la nomination au poste de Premier ministre par intérim d’Andreï Belooussov a été publié sur le site du Kremlin.

Continue Reading

Monde

L’escalade de tensions entre Washington et Téhéran fait rebondir les prix du pétrole : Une “stratégie” de Trump?

Avatar

Published

on

Les cours du pétrole grimpaient très fortement jeudi, l’escalade des tensions entre l’Iran et les Etats-Unis éclipsant l’assèchement de la demande lié au coronavirus et la saturation des installations de stockage.

Vers 14H45 GMT (16H45 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin gagnait 12,91% par rapport à la clôture de la veille, à 23,00 dollars, au lendemain d’un plus bas en plus de 20 ans sous les 16 dollars.

Le baril de WTI coté à New York pour la même échéance grimpait dans le même temps de 30,48%, à 17,98 dollars, peu après être monté jusqu’à 18,15 dollars.

Il avait déjà bondi de 19% mercredi après que le président américain Donald Trump a prévenu dans un tweet avoir donné ordre de “détruire” toute embarcation iranienne qui s’approcherait de façon dangereuse de navires américains dans le Golfe.

Les cours ont poursuivi sur leur lancée jeudi alors que le chef des Gardiens de la Révolution, armée idéologique de la République islamique d’Iran, alimentait cette guerre des mots en promettant une “réponse décisive” aux Etats-Unis si les menaces du locataire de la Maison Blanche étaient mises à exécution.

L’Iran avait par ailleurs annoncé mercredi le lancement d’un premier satellite militaire, aussitôt dénoncé par les Etats-Unis qui accusent Téhéran de développer des programmes de tirs de “missiles” masqués.

Mais à ces niveaux de prix très faibles, “la variation en pourcentage peut être trompeuse”, nuance Craig Erlam, analyste de Oanda.

Une “stratégie” de Trump?

Le Golfe est une artère majeure pour l’exportation du brut vers les marchés mondiaux, et tout regain de tension a immanquablement un impact haussier.

Pour soutenir les cours, une des options consiste par conséquent “à alimenter les tensions géopolitiques au Moyen-Orient, ce qui fait craindre pour l’approvisionnement en brut”, a estimé Ipek Ozkardeskaya, de Swissquote Bank.

“C’est ce que fait Donald Trump en ce moment”, a-t-elle ajouté. Les investisseurs analysent ce tweet “comme une menace sur la production et les exportations” de cette région du globe riche en pétrole, confirme Bjornar Tonhaugen, de Rystad Energy.

“Il est très probable que le tweet s’inscrive dans la stratégie” de l’administration américaine “pour influencer les prix du pétrole”, avait indiqué plus tôt dans la journée une note de Phillip Futures, rappelant que les producteurs américains de schiste de pétrole sont durement impactés par la chute des cours.

Perspectives moroses

Malgré ces poussées de fièvre, les cours de l’or noir n’en demeurent pas moins à leurs niveaux les plus bas depuis des années, la demande de pétrole ayant été décimée par le plongeon de l’activité économique dû au confinement et restrictions de déplacements pour combattre la pandémie de Covid-19.

Les analystes de Rystad Energy ont d’ailleurs actualisé jeudi leurs prévisions de la demande annuelle en pétrole et prévoient dorénavant une baisse de 10,4% pour 2020.

Ils ajoutent que les mois d’avril et mai seront les plus touchés, avec des baisses respectives de 26,7% et 19,5%, des creux largement supérieurs aux coupes actées pour le moment par les principaux pays producteurs de brut.

Un autre problème de taille inquiète le marché, celui de la constitution de stocks très importants de pétrole brut.

A titre d’illustration, le rapport hebdomadaire de l’Agence américaine d’information sur l’Energie (EIA) a fait état mercredi d’une hausse de 15 millions de barils des réserves américaines de brut.

A Cushing dans l’Oklahoma en particulier, où sont stockés les barils servant de référence au WTI, les réserves approchent de leur maximum.

Les réserves américaines d’essence et de produits raffinés ont aussi augmenté, tandis que la consommation hebdomadaire a dégringolé de plus de 25% sur un an au moment où la population est confinée.

Continue Reading

Tendances

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR