Connect with us

Politique

Mouwatana : « La solution à la crise passe par une renonciation au 5ème mandat »

Le mouvement Mouwatana appelle explicitement le président Bouteflika à renoncer au 5ème mandat. Empêchée de tenir sa conférence nationale à la mutuelle des matériaux de construction de Zeralda, à Alger, l’instance de coordination du mouvement a été contrainte de se réunir au siège du parti Jil Jadid.

Melissa NAIT ALI

Published

on

Le mouvement Mouwatana appelle explicitement le président Bouteflika à renoncer au 5ème mandat. Empêchée de tenir sa conférence nationale à la mutuelle des matériaux de construction de Zeralda, à Alger, l’instance de coordination du mouvement a été contrainte de se réunir au siège du parti Jil Jadid.

A l’issue de cette rencontre, tenue ce matin, les animateurs de Mouwatana ont adopté une résolution politique qui définit « les voies de sortie de crise ». Ce document, lu lors d’une conférence de presse, brosse d’abord un tableau sombre de la situation du pays avant d’énumérer la série de recommandations devant permettre un changement politique dans le pays.

Et la première des recommandations porte sur une invitation claire au président Bouteflika de renoncer au 5ème mandat. « L’Algérie vit une crise politique majeure. Le régime politique imposé aux Algériens est à bout de souffle et la rupture entre gouvernants et citoyens est définitivement consommée », soutient le mouvement.

Précisant que « seul le peuple est dans un état d’esprit de refus de la mascarade du 5ème mandat », le mouvement estime que pour « sortir le pays de cette impasse historique et l’engager sur la voie de l’édification de l’État de droit », il faut aller « vers élection présidentielle ouverte, avec des garanties politiques négociées, permettant l’émergence d’une personnalité proposant la refonte des institutions d’État ».

« Sous l’égide du Président élu, mise en place d’un gouvernement d’union nationale pour gérer le quotidien et préparer les conditions idoines pour une véritable relance socio-économique », indique-t-on.

« Un processus constituant »

Le mouvement suggère également de mettre en place « un processus constituant avec l’ensemble des partenaires politiques et de la société civile pour aboutir à une Constitution répondant aux attentes du pays ».

 « Une Constitution modèle sera proposée par Mouwatana », annoncent les animateurs de ce mouvement, ajoutant que cette constitution «devrait valider un régime semi-présidentiel plus équilibré et être approuvée par le peuple lors d’un referendum ».

 « Les lois touchant aux libertés publiques, aux médias, aux partis politiques, aux élections etc… devront être amendées en fonction des nouvelles données. Les nouvelles institutions devront être élues sous l’égide d’une commission électorale indépendante de l’exécutif et ayant la haute main sur l’ensemble du processus », ajoute-t-on dans ce document, soulignant que « la fin du mandat présidentiel laissera place à une véritable compétition politique concernant cette fois-ci les programmes et les visions politiques ».

Outre la diffusion de cette résolution, le mouvement se dit prêt à entamer sa structuration à travers le territoire national et de préparer ses assises qui devraient intervenir dans une année. 

 

 

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Politique

Le ministre américain de la Défense jeudi à Alger

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

Le ministre américain de la Défense Mark Esper se rendra jeudi à Alger dans le cadre d’une visite qu’il effectuera au Maghreb. Le responsable entend renforcer la coopération des Etats-Unis avec la Tunisie, l’Algérie et le Maroc dans la lutte anti-terroriste, indique une dépêche de l’AFP.

Le chef du Pentagon se rendra d’abord en Tunisie. En effet, il est y attendu mercredi pour des entretiens bilatéraux avec le président Kaïs Saïed et le ministre tunisien de la défense Ibrahim Bartagi, selon l’AFP.

Une fois sa visite achevée, Mark Esper se rendra en Algérie où il sera accueilli par Abdelmadjid Tebboune, Président de la République, Chef Suprême des Forces Armées, Ministre de la Défense Nationale. A travers cette visite, Mark Esper entend « approfondir la coopération avec l’Algérie sur des questions clés de sécurité régionale, comme la menace posée par les groupes extrémistes », d’après ce qu’a indiqué un haut responsable militaire américain à l’AFP.

Après sa visite en Algérie, le responsable américain achèvera sa tournée au Maghreb en se rendant au Maroc.

Notons, par ailleurs, que la visite de Mark Esper intervient quelques jours seulement après celle du Général d’Armée Stephen J.Townsend, commandant de l’Africom. Ce dernier a été reçu le 23 septembre par Abdelmadjid Tebboune et le Général de Corps d’Armée, Said Chanegriha, chef d’état-major de l’Armée nationale populaire (ANP). Sa visite s’inscrivait également dans le cadre de “la lutte anti-terroriste”.

Notons également que Mark Esper sera le premier ministre américain de la défense à se rendre en Algérie depuis près de quinze ans. La dernière visite remonte à février 2006 et a été effectuée par Donald Rumsfeld.



Continue Reading

Politique

Tebboune ordonne la reprise des compétitions sportives

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

© DR | Le président de la République Abdelmadjid Tebboune

Abdelmadjid Tebboune a ordonné lundi “le lancement immédiat de l’organisation des sports scolaire et universitaire, compétitions comprises, à tous les niveaux”, indique un communiqué de la Présidence de la République.

L”instruction a été donnée à l’issue d’une réunion dédiée au secteur des sports et à laquelle ont pris part plusieurs responsables.

“Le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune a présidé, aujourd’hui, une séance de travail à laquelle ont pris part le Premier ministre, le ministre de la Jeunesse et des sports, la Secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Jeunesse et des Sports, chargée du sport d’élite et le président du Comité olympique algérien (COA)”, indique le communiqué de la Présidence repris par l’APS.

Lors de cette séance de travail, ont été évoqués “les préparatifs de la participation de l’Algérie aux Jeux olympiques (JO) prévus en juillet 2021 au Japon, les préparatifs en cours pour la tenue des Jeux méditerranéens de 2022 (JM) à Oran et d’autres question liées à l’organisation du sport en général et des sports d’élite et olympiques, en particulier”, selon ledit document.

Au terme de la réunion, le Président de la République a ordonné “le lancement immédiat de l’organisation des sports scolaire et universitaire, compétitions comprises, à tous les niveaux.

Pour rappel, toutes les manifestations sportives ont été suspendues en mars dernier en raison de la propagation du coronavirus.

Continue Reading

Politique

Constitution: Makri appelle à faire barrage “au courant laïc”

Melissa NAIT ALI

Published

on

Le mouvement de la société pour la paix (MSP) se prépare à participer à la prochaine présidentielle avec son propre candidat.


Le président du MSP, Abderrazak Makri clarifie l’arrière-pensée de l’opposition de son parti au projet de la révision constitutionnelle. Il ne s’agit pas d’un souci de démocratie et de l’édification d’un État de droit, comme le réclament les Algériens depuis le 22 février 2019.

La position du parti islamiste est purement idéologique. Il l’a confirmé clairement lors d’une conférence de presse animée, aujourd’hui au siège de son parti. L’unique inconvénient relevé dans le texte adopté par le Parlement avant sa soumission à référendum, le 1er novembre, est qu’il ne reflète pas “l’orientation badissia-novembria”.

Le document, affirme-t-il, “traduirait une orientation laïque de ses rédacteurs ». « Il faut voter ‘’non’’ pour rejeter le courant laïc », appelle-t-on en s’adressant à ses partisans et ses militants.
Celui qui soutient directement la laïcité en Turquie pense aussi que « ce texte contient une orientation laïque, c’est pourquoi il faut aller aux urnes pour le faire tomber ».

C’est ainsi qu’il justifie d’ailleurs le choix de voter « non » au lieu de lieu de boycotter le référendum. « Il y a un courant dont toutes les idées sont dans ce projet, mais il appelle au boycott du référendum. Il y a aussi des lobbys qui se retrouvent dans cette constitution. Pour nous, puisque il y a une possibilité de passer par les urnes, nous allons l’exploiter pour faire tomber ce texte », soutient-t-il.

Poursuivant le leader de ce parti islamiste regrette le rejet de ses propositions par la commission d’Ahmed Laraba, tout en énonçant des critiques d’un certain nombre de disposition liées à la « nature du régime », à « l’indépendance de la justice » et au « respect de la majorité parlementaire ».

Parmi les propositions du parti rejetées, il cite celles portant sur la ” consécration de la charia comme une des sources de la loi » et «la prohibition du français dans les administrations et institution Abderrazakpubliques ».« Le français est l’ennemi de la langue arabe“, soutient-il.

Abderrezak Makri axe sa diatribe sur certains articles en lien avec toujours l’idéologie, tout en s’offusquant du fait que « la déclaration du 1er novembre 1954 ne soit pas intégrée dans la listes des articles intangibles».

« Il y a des articles nocifs. Concernant l’identité, l’article 65 qui stipule que ‘’l’Etat veille à la neutralité des institutions éducatives et à la préservation de leur vocation pédagogique et scientifique en vue de les protéger de toute influence politique ou idéologique’’ veut instaurer une école laïque », estime-t-il, affirmant que son parti est « pour la protection de l’école de l’influence des partis, mais pas du rejet des références à l’islam et l’arabité».

Continue Reading

Tendances

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR