Suivez-nous

Monde

Mort de George Floyd: ouverture du procès du policier, Derek Chauvin

Feriel Bouaziz

Publié

le

Le procès du policier responsable de la mort de George Floyd qui a provoqué des émeutes sans précédent aux Etats-Unis et à mis à découvert les ségrégations raciales en Amérique, s’ouvrira demain 8 mars à Minneapolis.

Le policier, Derek Chauvin, accusé d’avoir tué, George Floyd en le plaquant et l’immobilisant au sol se tiendra demain. Au programme, Audiences retransmises en direct, stars du prétoire, et sécurité renforcée.

Notons que les policiers impliqués dans ce crime ont été congédiés juste après les faits. N’empêche qu’il aura fallu attendre quelques jours pour que l’accusé principal, Derek Chauvin soit inculpé pour “meurtre”, et ses trois collègues de “complicité”.

La mort de George Floyd a provoqué une avalanche de manifestations et émeutes de grande ampleur aux Etats-Unis ainsi que dans le monde. Plusieurs milliers de personnes sont sortis réclamer justice au cri de “Black Lives Matter”.

Par ailleurs, l’ancien agent, qui a été remis en liberté sous caution à l’automne, devait être jugé avec ses collègues Alexander Kueng, Thomas Lane, et Tou Thao. Pour éviter une salle d’audience bondée en pleine pandémie de coronavirus, un juge a renvoyé leur procès à l’été.

Pour ce faire, la justice du Minnesota se consacrera exclusivement aux lourdes accusations qui pèse sur Derek Chauvin, 44 ans dont 19 au sein de la police de Minneapolis.

Selon une déclaration à l’AFP d’Ashley Heiberger, ancien policier reconverti dans le conseil et la formation, c’est peu commun qu'”policier soit inculpé pour usage abusif de la force aux Etats-Unis, alors pour meurtre…”.

Du coté des condamnations de policiers pour meurtre, elle se compte sur les doigts d’une main, les jurés ayant, selon lui, “une tendance à leur donner le bénéfice du doute“.

Seulement, “cette fois, les faits sont tellement troublants qu’aucun membre de la profession ne s’est élevé en soutien de l’accusé, ce qui est rarissime“, atteste M. Heiberger.

À l’occasion de ce procès “hors-norme”, les autorités ont mobilisé des milliers de policiers et soldats de la Garde nationale. Quant aux abords du tribunal, ils ont pris des airs de camp retranché, avec barbelés et barrières en béton.

Ainsi à la fin du procès, les jurés devraient se retirer pour délibérer fin avril.

Pour rappel, le 25 mai dans cette grande ville du nord des Etats-Unis, le policier américain, Derek Chauvin avait maintenu un genou sur le cou de George Floyd, plaqué au sol et menotté, pendant près de neuf minutes. Le quadragénaire noir a eu beau le supplier, puis tomber dans l’inconscience, jamais il n’a relâché sa pression.

La scène de ce dramatique incident a été filmé par une passante et retransmise en direct sur internet.

Lire la suite
Publicité
Commentaires