Connect with us

En continu

Mokrane Ait Larbi: Les poursuites judiciaires ont pour objectif “de tenter de diviser le peuple” et “faire diversion”

Avatar

Published

on

Mokrane Ait Larbi, directeur de campagne du candidat à la candidature, Ali Ghediri, vient d'annoncer son retrait de l'équipe de compagne de Ali Ghediri.

Les poursuites judiciaires enclenchés par la justice contre les hommes d’affaires sont-elles pondérées? l’avocat et militant des droits de l’homme, Mokrane Ait Larbi affirme, ce jeudi 25 avril, que ces poursuites “sélectives” opérées ces derniers jours” ont pour objectif de “tenter de diviser le peuple”et de faire “diversion”.

 

“L’objectif des poursuites sélectives opérées ces derniers jours est de tenter de diviser le peuple en créant un élan de solidarité d’une part, et de rejet de l’autre, comme en témoigne ce qui s’est passé devant le tribunal d’Alger le 22 avril”, explique Me Ait Larbi. Ces poursuites peuvent, selon lui, “être utilisées pour faire diversion et détourner les regards des véritables revendications de la révolution populaire”.

Le militant estime que “si ces arrestations avaient commencé par les chefs de la bande criminelle, tout le monde aurait applaudi. Mes ces nouvelles manœuvres de l’ombre font le jeu d’intentions inavouées de se maintenir au pouvoir”.

Et d’ajouter: “Il est de notre devoir non seulement de veiller à l’unité de la révolution pacifique et à sa cohérence, mais de poursuivre la mobilisation jusqu’à la satisfaction de toutes les revendications, en premier lieu le départ du système, afin de nous consacrer à la construction de la nouvelle Algérie. La révolution doit connaître les siens et ses détracteurs, et reconnaître ceux qui jouent sur les deux fronts dans l’attente de se rallier au vainqueur”.

Par ailleurs, l’avocat indique que “derrière chaque homme d’affaires corrompu se cache une dizaine de responsables au sommet de l’Etat, soulignant que “si une réelle volonté de lutter contre la corruption existe, elle doit commencer par les membres de la mafia politico-financière qui a tenu toute l’Algérie sous son contrôle, y compris la présidence de la République”.

“Par la suite, il faut s’attaquer aux chefs de gouvernement, à des ministres, des militaires, corrompus,… avant d’arriver à certains hommes d’affaires, en commençant par ceux qui ont financé cette mafia avec l’argent du peuple”, a-t-il soutenu.

Continue Reading
Comments
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR