Mokrane Ait Larbi estime que les partis de l’allégeance « doivent inévitablement être dissous »

L'avocat et militant politique, Mokrane Ait Larbi

© INTERLIGNES | L'avocat et militant politique, Mokrane Ait Larbi

Grand Angle (300x600)

L’avocat Mokrane Ait Larbi, s’exprimant sur sa pae Facebook, aujourd’hui 03 Aout, a estimé que les « les partis de l’allégeance représentent la contre-révolution et doivent inévitablement être dissous ».

 

Pour l’avocat, « Il existe sans doute au sein des partis de l’allégeance des militants et des cadres intègres qui œuvrent pour la démocratie et les libertés, mais les états-majors de ces partis ont soutenu le clan de la corruption pour servir leurs intérêts privés. Ces faits sont établis par les poursuites judiciaires engagées contre les chefs de ces partis et qui pourraient éclabousser d’autres responsables ».

Après le rejet de la condition des préalables discutés entre le panel de personnalités, qui insistent sur le dialogue avec le Chef de l’État Abdelkader Bensalah, Ait Larbi estime que « les revendications populaires ne pourront pas être satisfaites sans la dissolution de ces partis et permettre à leurs militants intègres de créer de nouveaux partis qui contribueront à l’édifice de la nouvelle Algérie » tout en rappelant que « des partis issus du pouvoir ont été dissous sous la pression populaire dans plusieurs pays tels que la Tunisie, l’Égypte, et l’Irak après la chute du régime de Ben Ali, Moubarek et Saddam. En Europe de l’Est, des partis sont tombés après l’effondrement du communisme et la chute du Mur de Berlin ».

Articles 7 et de la constitution

Après 24 vendredi de contestation « en Algérie, les partis de l’allégeance véhiculent aujourd’hui la contre-révolution et menacent même l’avenir de la démocratie en entravant les revendications de la révolution pacifique ».

Pour l’avocat, « Il devient nécessaire à mon avis de les (partis d’allégeance Ndlr) dissoudre par décret ou par décision de justice, et de récupérer leurs biens qui sont des biens de l’État afin de mettre tous les partis sur un pied d’égalité, donner un sens à la compétition partisane et permettre enfin au peuple, les conditions réunies, de choisir ses représentants en toute souveraineté, loin de la fraude et l’argent sale ».

Ainsi, la satisfaction de la demande du peuple concernant l’application des articles 7 et 8 de la constitution interviendra. « Après la dissolution de ces partis, on peut mettre en œuvre les articles 7 et 8 de la Constitution, consacrant ainsi la souveraineté réelle du peuple, seul maître de son destin » conclut Mokrane Ait Larbi.

Adsence Milieu article