Connect with us

En continu

Ministère du travail: Gel des poursuites à l’encontre des jeunes de l’Ansej

Avatar

Published

on

Comme à leur habitude, à l’approche de rendez-vous électoraux, les autorités sortent de leurs besaces quelques entourloupettes essayant, tant bien que mal, de relâcher l’atmosphère “tendue” qui existe entre le pouvoir et les Algériens. Ce dimanche 26 mai, le ministre du Travail, Tidjani Hassan Haddam, a annoncé sur son compte Twitter une décision prise par le Premier ministre Noureddine Bedoui en faveur des jeunes souscripteurs au dispositif de l’Ansej.

 

Le gouvernement a donc décidé de surseoir à toutes les poursuites judiciaires engagées à l’encontre des jeunes n’ayant pas remboursé leur prêt. Il en sera de même pour les procédures de saisie de leur matériel. La décision ne concerne cependant pas ceux qui ont vendu le matériel obtenu dans le cadre du dispositif.

Amnésie ou défaut d’innovation? rappelons que le 14 février dernier, l’ex ministre du travail Mourad Zemali, annonçait à partir de Tizi Ouzou aux jeunes bénéficiaires des crédits Ansej, l’autre dispositif d’aide à l’emploi : «Aucune poursuite judiciaire ne sera engagée contre eux. Le fonds de garantie a été spécialement créé pour ce genre de situation afin de prendre en charge le remboursement du crédit contracté auprès de la banque (…) Cette mesure ne concerne pas ceux qui ont fait appel aux dispositifs d’aide à la création d’emploi et qui ont ensuite détourné les financements obtenus vers d’autre activités. ». 

La décision a visiblement changé avec la venue du nouveau gouvernement. De l’effacement au gel des poursuites judiciaires. L’actuel ministre doit donner un bon argumentaire aux concernés sinon cette décision donnera l’impression que les autorités usent de ces mesures populistes pour duper les Algériens qui, d’ailleurs, ont d’ores et déjà, compris le jeu.

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR