Connect with us

En continu

Meriem Saidani : « On continue le combat des moudjahidates et de toutes les icones de l’Histoire de l’Algérie »

Dans ce premier épisode de Women Of Algeria, nous donnons la parole à Meriem Saidani, militante chevronnée et membre fondatrice du parti politique « Jil Jadid ».

Meliza BEGHDAD

Published

on

« Il faut avoir le courage de dire la vérité aux gens lorsqu’ils sont encore en poste ! »

Membre du bureau politique du parti, et secrétaire exécutive aux relations extérieures, elle est surtout connue pour avoir conspué Said Bouteflika, venu soutenir l’écrivain Rachid Boudjedra, lors d’un rassemblement devant le siège de l’ARAV en 2017 à Alger. Plusieurs médias nationaux et internationaux ont salué son courage et lui ont rendu hommage.

Cependant, le parcours de cette jeune militante n’a pas commencé lors de ce fameux évènement, qui a provoqué un buzz médiatique très vif durant plusieurs jours.

Ses premières expériences militantes remontent à ses années fac, lorsqu’elle étudiait les sciences politiques à Alger. Elle a commencé par militer pour la sauvegarde et la préservation du parc national d’El Kala, puis par s’opposer en 2008 à l’amendement de la constitution. Depuis, elle participe activement aux mouvements de protestation contre les 4e et 5e mandats de l’ancien président Bouteflika, et à la révolution populaire « Hirak » enclenchée février 2019.

Dans cette vidéo, elle revient sur sa participation à la création du parti politique Jil Jadid, et sur le rôle qu’elle y joue actuellement.

La représentation des femmes dans la scène politique

Dans cette vidéo, Meriem Saidani déplore la faible représentation des femmes dans les partis politiques, dans les syndicats, et dans les mouvements associatifs, malgré le niveau de technicité, et de culture politique qu’elles ont acquis au fil des années. « Les 2/3 des étudiants sont des femmes, mais cela ne se traduit pas sur la scène politique à cause de contraintes sociétales de certaines femmes politiques peu exemplaires ».

Pour elle, il faut que les femmes investissent massivement la scène politique pour ne pas laisser le champ vide à ces femmes négatives qui véhiculent la haine et le mépris.

Le 22 février, le point d’orgue de sa carrière politique 

« J’ai milité toute ma vie pour vivre un instant comme l’explosion du 22 février 2019 », a-t-elle lancé. Pour cette militante, la révolte du 22 a été l’instant le plus euphorique politiquement qu’elle a pu vivre au cours de sa vie.

Membre du collectif « Mouwatana », Meriem Saïdani est également sortie le dimanche 24 février. Elle a été interpellée avec 14 autres manifestantes, avant d’être relâchées au milieu de la nuit. Elle revient en détails sur cette arrestation, et rend hommage à ces femmes arrêtées en même temps qu’elle, en les appelants affectueusement « la clique du 24 ».

Le flambeau des Moudjahidates a été repris par les Algériennes

En réponse à la question de la femme algérienne qui l’inspire, Meriem Saidani a répondu sans la moindre hésitation « Djamila Bouhired », et a enchainé en affirmant que si elle est devenue militante, et qu’elle s’est engagée en politique, c’est parce que dans l’histoire de l’Algérie, il y a eu plein de femmes qui l’ont inspiré et qui lui donnent force. Elle se réjouit d’ailleurs que la moudjahida Djamila Bouhired soit encore de ce monde pour voir de ses propres yeux ce que cette génération peut faire, et comment les Algériens et les Algériennes ont repris le flambeau.

Dans cette série d’interviews, on vous présentera les parcours de femmes qui ont un univers bienveillant, qui sont passionnées, qui osent et qui avancent.

Pour ne rater aucun épisode, et pour suivre les coulissent, suivez la page Facebook dédiée à l’émission : Women Of Algeria www.facebook.com/WomenOfAlgeria/ et le compte Twitter @WomenOfAlgeria 

Advertisement
Comments
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR