Monde

Maroc: le journaliste Omar Radi suspend sa grève de la faim

Published

on

Le journaliste marocain, Omar Radi, en détention depuis juillet dernier, a suspendu vendredi, 30 avril, la grève de la faim qu’il a entamée il y a trois semaines, a annoncé son père sur Facebook.

D’après Driss Radi, son fils a décidé de suspendre son action de protestation après la dégradation de son état de santé.

Selon la même source, le journaliste de 34 ans a souffert “d’hémorragie intestinale, il y a deux jours, à cause de la grève de la faim qui a affaibli son état de santé et accentué la maladie dont il souffre (la crohn)”.

En détention provisoire depuis neuf mois sans avoir été jugé, Omar Radi avait entamé cette grève de la faim pour réclamer sa remise en liberté provisoire. Poursuivi pour “financements étrangers”, “atteinte à la sécurité intérieure de l’État” et “viol”, le procès d’Omar Radi s’est ouvert mardi 6 avril à Cassablanca mais a immédiatement été renvoyé au 27 avril. Il a été à nouveau renvoyé au 18 mai prochain.

Le journaliste Soulaimane Raissouni, qui avait entamé une grève de la faim avec Omar Radi, poursuit lui son mouvement de protestation. En détention depuis onze mois, le rédacteur en chef du journal Akhbar Al-Yaoum est poursuivi pour “attentat à la pudeur avec violence” et “séquestration“. D’après l’AFP, ces accusations lui sont portées par un militant de la cause LGBT (lesbiennes, gays, bi, trans).

Comments

Édité par EURL INTERLIGNES MEDIA | Copyright © 2019

Exit mobile version