Suivez-nous

Société

Manifestation nocturne. Les voix contestataires mélangées aux sons du mortier font vibrer la Capitale

Ils sont pris dans un élan exaltant de solidarité et un enthousiasme hors pair pour célébrer le 1er novembre qui sera également une grande journée de manifestation contre le pouvoir. Des milliers de protestataires venus des quartes coins du pays ont improvisé, ce jeudi soir, une manifestation nocturne dans la Capitale qui sonne comme un avant-goût d’une manifestation grandiose pour le 37e vendredi.

Avatar

Publié

le

Crédit photo: INTERLIGNES Media

Leurs voix contestataires mélangées aux chants du mortier ont fait vibré ce soir la Capitale. Même si les Algériens ont constamment affiché une détermination inébranlable ayant fait un carton plein dans le maintien de la mobilisation, ce vendredi est assez spécial pour eux et un test semble être de mise.

Les manifestants, venus des différentes régions d’Algérie, ont réitéré les slogans habituels du hirak bravant ainsi l’impressionnant dispositif policier déployé dans tous les coins de la Capitale en prévision de la marche de ce vendredi qui s’annonce d’ores et déjà grandiose.

“Cette année, il n’y aura pas d’élection”, “el istiklal (indépendance)”, “Bab El Oued Echouhada”,”Imazighen” et “Etat civil, non militaire”, clame la foule contestataire rassemblée dans l’unes des principales places d’Alger à savoir, la Grande Poste, 1er mai et la place des martyrs major de l’armée n’ont pas été épargné par les manifestants.

La police visiblement embarrassée par le nombre important des contestataires, a usé de la force pour tenter de repousser la foule qui continue d’affluer à Alger, pour prendre part à la marche prévue demain, 37e vendredi de la révolution pacifique coïncidant avec le 65e anniversaire du déclenchement de la guerre de libération de l’Algérie.

Société

DIRECT l 54e vendredi : Le Hirak poursuit sa dynamique et maintient la pression

Avatar

Publié

le

© INTERLIGNES | 53e vendredi de la révolution du sourire

Les Algériens s’apprêtent à manifester ce vendredi pour la 54e semaine consécutive contre le pouvoir. Une mobilisation sans faille et une détermination inébranlable continuent à caractériser admirablement les marches populaires où les manifestants n’ont eu de cesse de d’appeler de tous leurs voeux à l’édification d’une deuxième République sans les anciennes figures du système politique toujours en place. Une revendication qui n’est toujours pas prise en compte par ceux qui veulent, mordicus, garantir la pérennité du régime que le peuple accable de tous les maux que vit le pays.

17H25

Setif, la mobilisation a été au rendez vous. Des milliers de manifestants ont sillonné les rues de la ville scandant “dawala madania machi 3askaria” (état civil et non militaire).

16H45

Adrar, les manifestants ont battu le pavé pour ce 54e vendredi de mobilisation consécutif. Les marcheurs portant l’emblème national et des pancartes, ils scandent makach l pétrole la ghaz sakhari, goulou l fransa dirou fi paris ( il n’y a pas de pétrole, ni gaz de schiste, dite à la france de l’extraire à paris)

16H40

Alger centre les manifestants scandent en choeur “Istqilal” indépendance

16H00

Alger : La rue Asselah Hocine est noire de monde. Plusieurs milliers de manifestants défilent dans le centre-Ville réitérant leurs revendications principales à savoir un Etat civil et non militaire, une justice indépendante et une presse libre.

15H45

Les manifestations se déroulent également à Biskra, Constantine, Mila, Mostaganem. Les manifestants dans quasiment toutes les villes du pays réclament le départ de la “Issaba” et exigent la libération de tous les détenus d’opinion.

Forte mobilisation à Sétif pour ce premier vendredi de l’an II du Hirak. les manifestants réitèrent les revendications populaire. Ils réclament un Etat civil de droit et la libération de tous les détenus d’opinion.

15H30

Tizi Ouzou : La mobilisation populaire est intacte. Des milliers de manifestants continuent de réclamer “un Etat Civil et non militaire”.

© DR

15H20

Médéa : forte mobilisation citoyenne pour ce 54e vendredi de Hirak. “Les généraux bande de traitres, nous ne nous arrêterons pas”, scandent les manifestants.

15H15

La mobilisation est toujours intacte à Sidi Bel Abbès.

15H10

Saida : Les manifestants sont au Rendez-vous pour le 54e vendredi de Hirak.

15H00

Marche imposante à Oran pour ce 54e vendredi. “Makach el Corona, kayen li sarqouna (il n’ y a pas de virus Corona, il y a plutôt ceux qui nous ont volé), scandent ironiquement les milliers de manifestants qui sillonnent les principales rues du centre-ville.

14H59

A Blida, les manifestants affichent leur détermination de poursuivre le Hirak jusqu’au bout scandant “nous ne feront pas marche-arrière”.

© El Khabar

14H57

Mobilisation imposante à Oued Souf. Les manifestants scandent “Dawla madaniya, machi askariya” (Etat civil et non militaire”.

14H55

Mobilisation grandiose à Alger. Des milliers de manifestants scandent des slogans en faveur du changement dans le pays.

14H45

Un tsunami humain à Bouira en ce vendredi 28 février. La mobilisation populaire reprend de plus belle.

14H38

Pour les manifestants la “bande” au pouvoir est plus dangereuse que le virus Corona

© DR
© DR

14H36

Des milliers de manifestants venant de Bab El Oued se dirigent vers le centre de la ville pour rejoindre la foule.

14H25

Constantine, la mobilisation a été rendez vous pour ce 54e vendredi de manifestation. Des centaines de manifestants on envahi les rues de la de la ville entonnant des champs anti-pouvoir.

14H20

Alger : “Makanch el Corona, kolnalkoum khtouna” (Il n’y a pas de Corona, nous vous avons dit de nous laisser tranquille), scandent les manifestants.

Alger : des milliers de manifestants marchent à la rue Didouche Mourad pour ce 54e vendredi. La mobilisation populaire est toujours aussi forte.

14H10

Alger : les manifestants qualifient la “bande” de “Coronavirus” scandant à tue-têtes “Dawla madaniya yal Corona, machi askariya yal Corona”

14H05

Le pacifisme “Silmiya” continue à s’imposer comme décor dominant du mouvement populaire.

© DR

14H00

Bouira : les manifestants entament la marche de ce 54e vendredi de contestation populaire contre le pouvoir en place. Les marcheurs réclament encore une fois la libération de tous les détenus d’opinion.

13H55

Alger : Les slogans anti-Tebboune fusent de la bouche d’une centaine de manifestants regroupés à Didouche Mourad.

13H40

Début de la marche à Béjaia. Les manifestants, nombreux dans la rue comme chaque vendredi, réclament d’emblée “un Etat civil et non militaire”.

13H32

Alger: Les manifestants se rassemblement à la rue Victor Hugo en prévision de la marche de ce 54e vendredi de Hirak.

Début de la marche à Alger. Les manifestants scandent des slogans hostiles au pouvoir.

12H05

Alger: Selon Said Salhi, vice président de la ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme (LADDH), plusieurs personnes ont été interpellées à Didouche Mourad.

11H15

Des bouchons monstres à l’entrée d’Alger à cause des barrages filtrants de la gendarmerie.

9H30

Alger : Même dispositif que les deux dernières marches

Lire la suite

Société

Justice: 10 ans de prison ferme requis contre Kamel el Bouchi, 2 ans contre Khaled Tebboune

Avatar

Publié

le

Le procureur près le tribunal de Sidi M’hamed a requis, ce mercredi 26 février, une peine de dix ans de prison ferme contre le Kamel Chikhi dit El bouchi, dans l’affaire des assortis d’une amende d’un million de dinars, dans l’affaire “d’octroi et perception d’avantages” ainsi que “d’abus de fonction”. Quant à Khaled Tebboune, le procureur a requis deux ans de prison ferme à son encontre.

Le procès a été reporté le 5 février, pour absence des accusés dont certains sont en détention provisoire, et à cause de l’absence à la barre des personnes qui devaient témoigner.

Des peines allant de deux à dix (10) ans de prison ferme ont été requises à l’encontre d’autres personnes impliquées dans la même affaire, dont l’ancien P/APC de Benaknoun, Kamel Bouarab (10 ans de prison ferme assortis d’un million de dinars), le fils de l’ancien wali de Relizane, Djalal Eddine Lemehal (8 ans de prison ferme assortis de 500 mille dinars) et Abdelkader Ben Zahra, ancien chauffeur de l’ancien DGSN, Abdelghani Hamel (6 ans de prison ferme assortis d’une amende d’un million de dinars).

Interrogé sur l’implication de Khaled Tebboune dans l’affaire des promotions immobilières, Kamel Chikhi a nié en bloc la complicité du mis en cause, assurant à la barre que Khaled Tebboune n’a jamais intercédé en sa faveur auprès de quelque administration que ce soit.

De son côté, Khaled Tebboune a indiqué que le seul cadeau qu’il a reçu de Chikhi, qu’il dit connaitre depuis longtemps, était un flacon de parfum qu’il lui avait offert à son retour du hadj.

Lire la suite

Société

Kherata : de violents heurts entre les citoyens et la gendarmerie

Bouzid ICHALALENE

Publié

le

© DR | Violents heurtes entre les citoyens du village Snadla et la gendarmerie

Des heurts ont éclaté tôt ce matin au village Senadla, commune Draâ El-Kaïd dans la Daira de Kherata à Béjaïa entre la gendarmerie et les manifestants.

Ces derniers ont bloqué un chantier se trouvant dans la station de pompage qui achemine l’eau vers un autre barrage à Sétif.

Selon des témoins sur place, les habitants d’un quartier ont bloqué ce chantier pour des revendications sociales. “Nous avons interpellé les autorités depuis des années afin de régler certains problèmes sociaux, mais personne ne nous a écouté”, nous explique un des manifestants qui s’indigne de la réaction des autorités qui ont “appelé la gendarmerie afin de réprimer les manifestants au lieu de venir écouter leurs revendications”.

Selon un autre habitant, de violents heurts ont éclaté après l’utilisation par la gendarmerie du gaz lacrymogène pour disperser la foule, ce qui a rendu la situation encore plus tendue.

Lire la suite

Tendances