Connect with us

Politique

Manifestation à Béjaïa : la LADDH appelle « la population au calme et au respect du stricte cadre pacifique »

Farid BOUHATTA

Published

on

© DR | La marche réprimé par les forces de l'ordre à Béjaïa

Alors que des affrontements ont éclatés aujourd’hui, vendredi 19 juin, entre manifestants et forces de l’ordre lors de la manifestation au centre-ville de la wilaya de Béjaïa, la Ligue Algérienne pour la Défense des Droits de l’Homme (LADDH) appelle la population au retour au calme et au pacifisme et les autorités à la retenue. 

« Aujourd’hui 19 juin 2020, quelques manifestants ont tenté d’organiser des marches dans quelques wilayas, les forces de police ont procédé à des dizaines d’interpellations. A Bejaia, les forces de police ont eu recours à l’utilisation des bombes lacrymogènes et des balles en caoutchouc pour disperser la marche, des émeutes ont éclaté au niveau du centre-ville », précise la Laddh.

Malgré ses appels incessants à la clairvoyance et au sens des responsabilités, l’organisation affirme avoir déjà eu « l’occasion d’alerter sur les risques d’embrasement suite à la campagne de la répression qui s’est abattue sur le Hirak pacifique et ses activistes depuis le début du confinement en profitant de la trêve sanitaire décrétée par le Hirak de manière unanime, volontaire et unilatérale ». 

Elle dénonce également « une campagne honteuse qui a nourrit le sentiment d’exaspération et du mépris ». 

Et d’ajouter : « Aujourd’hui, inquiète quant à l’évolution de la situation, elle appelle la population au calme et au respect du stricte cadre pacifique. Elle appelle les autorités à la retenue et à l’arrêt de la répression et des arrestations et rappelle que c’est les arrestations des activistes qui ont fait sortir les gens dans la rue malgré les appels au calme et à la raison ».

Par ailleurs, l’association exige et appelle les autorités algériennes « à la libération de l’ensemble des activistes arrêtés aujourd’hui à l’échelle nationale et rappelle sa demande de libération de l’ensemble des détenus d’opinion et l’ouverture du champs politique et médiatique ».

Politique

Alger: Tous les étudiants arrêtés ce matin relâchés

Achour Nait Tahar

Published

on

© DR | Marche des étudiants à Alger

Les étudiants arrêtés ce matin à Alger viennent d’être relâchés après plusieurs heures de détention, a annoncé le Comité National pour la Libération des Détenus (CNLD).

Selon la même source, quatre étudiantes ont été relâchées ce soir. L’étudiant Abdennour Ait Saïd dit “Abdou”, quant à lui, a été emmené à l’hôpital pour lui faire un certificat médical avant d’être remis en liberté.

Pour rappel, les cinq étudiants ont été interpellés ce matin, alors qu’ils étaient en train de déjeuner dans un restaurant à la rue Tanger au centre d’Alger.

Continue Reading

Politique

Décès du moudjahid Ahmed Bensadoune

Feriel Bouaziz

Published

on

Le moudjahid Ahmed Bensadoune, ancien chef de zone dans la wilaya V historique lors de la Guerre de libération nationale, est décédé mardi matin à Oran à l’âge de 87 ans, rapporte l’APS en citant des proches du défunt.

Après le recouvrement de l’indépendance nationale, le défunt Ahmed Bensadoune, né à Mostaganem, s’est consacré au travail dans le secteur économique et a créé une entreprise dans le domaine industriel.

Feu Ahmed Bensadoune à également présidé, pendant 10 ans, la chambre de commerce de de l’industrie de l’Oranie (CCIO) où il occupa deux mandats successifs comme président de cette chambre durant les années 1980.

Par ailleurs, il a rejoint l’APN jusqu’à 1965 en occupant des responsabilités auprès des Chefs de la Deuxième région militaire (Oran) et la Troisième région (Béchar). Il a quitté ensuite l’ANP pour s’occuper des affaires familiales notamment la tannerie en devenant l’un des plus importants exportateurs du cuir.

Le moudjahid, décédé des suites d’une longue maladie, sera inhumé cet après-midi au cimetière d’Aïn El-Beida d’Oran après la prière de l’Asr.

Continue Reading

Campus

Cinq étudiants arrêtés à Alger

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

Cinq étudiants, figures du mouvement populaire estudiantin, ont été arrêtés ce mardi 20 octobre à Alger et transférés au commissariat du cavaignac, selon le comité national pour la libération des détenus (CNLD). 

L’alerte de l’arrestation a d’abord été donnée par leurs camarades et activistes du mouvement de protestation populaire (Hirak) avant d’être confirmée par des avocats et le CNLD. D’après eux, il s’agit d’un garçon et quatre filles. “ 

Selon plusieurs sources concordantes, les cinq étudiants arrêtés ce matin à la rue Tanger à Alger sont maintenus au commissariat du cavaignac où ils subissent des interrogatoires. 

Les raisons de leur arrestation demeurent pour l’instant inconnues. D’après le comité national pour la libération des détenus, les étudiants ont été arrêtés alors qu’ils étaient entrain de manger à la rue Tanger. 

Faut-il noter qu’à deux semaines seulement du référendum sur l’amendement constitutionnel, la répression contre les activistes du mouvement populaire s’amplifie. Plusieurs arrestations ont été enregistrées dont à Adrar où l’activiste Yasser Kadiri a été arrêté lundi.


Continue Reading

Tendances

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR