Connect with us

Accueil

«Main tendue» de Tebboune: un nouveau round de consultations politiques lancé

Published

on

«La main tendue» de Abdelmadjid Tebboune à la classe politique, selon une dépêche de l’agence officielle publiée le 3 mai dernier, se précise. Ce lundi 9 mai, le président de la République a reçu en audiences séparées, deux chefs de partis, a indiqué l’APS.

En effet, Tebboune a reçu le président de Jil Jadid, Sofiane Djilali et le président du Mouvement El-Binaâ, Abdelkader Bengrina.

Les deux audiences se sont déroulées au palais d’El Mouradia en présence du directeur de cabinet à la Présidence de la République, Abdelaziz Khellaf.

Aucun détail n’a été donné sur le contenu et la teneur des débats entre Tebboune et ses hôtes. Mais, dans une déclaration au site arabophone « sabqpress », Djalili Sofiane a précisé que ces audiences s’inscrivaient en droite ligne de « renforcer le front interne ».

« Le président veut poursuivre le débat et la concertation avec la classe politique, en écoutant toutes les propositions », a affirmé le président de Jil Jadid. Le tout « dans le cadre du respect des institutions », a-t-il précisé. Sofiane ajoute enfin qu’il n’a pas abordé avec Tebboune un éventuel remaniement du gouvernement.

Tout porte à croire que le chef de l’Etat se lance de nouveau dans une série de rencontres de et de consultations avec la classe politique, comme il l’a fait en débit 2020, au lendemain de son arrivée au pouvoir. À l’époque, le référendum sur la révision de la Constitution et le renouvellement des assemblées élues à travers des élections législatives et locales anticipées que Tebboune s’apprêtait à organiser, justifiaient ces rencontres.

À présent, aucun agenda n’est annoncé par le pouvoir en place. D’ailleurs, la dépêche publiée le 3 mai dernier par l’APS qualifiant le chef de l’Etat de «président rassembleur», a laissé perplexes nombreux acteurs politiques. Surtout qu’il était dit que «sa main est tendue en permanence à tous, sauf à ceux qui ont franchi les lignes rouges et qui ont largué les amarres avec leur patrie».

Un message qui n’était pas facile à décoder, d’autant plus qu’au sein de l’opposition, l’on s’attend toujours à des « gestes » de la part du pouvoir, de Tebboune en particulier. Des gestes surtout en direction des détenus d’opinion et politiques.

Zoubida Assoul l’a clairement exprimé, dans une réaction sur sa page facebook.  «La main tendue telle qu’annoncée par le chef de l’État doit trouver sa traduction effective à travers la libération de tous les détenus politiques et d’opinion, l’ouverture des champs politique, associatif, syndical et médiatique consacrés par la Loi fondamentale du pays », a estimé l’avocate et présidente de l’Union pour le changement et le progrès (UCP).

Actuellement, de nombreux militants du Hirak se trouvent en prison, juste pour avoir exprimé des positions opposées à la ligne tracée par le pouvoir, selon leurs avocats.

Que vise alors le Président Tebboune à travers cette énième série de consultations politiques ? Y a-t-il un événement dans l’agenda en cours de préparation qui nécessiterait un « consensus politique » pour qu’il soit accepté par les Algériennes et les Algériens ? Autant de questions qui restent posées et dont les réponses ne seront connues qu’une fois ce 3e round d’audiences au palais d’El Mouradia aura été clôturé.

Continue Reading
Advertisement
Comments
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR