Connect with us

Politique

Macron sur les caricatures: « Je comprends qu’on puisse être choqué, mais ça ne justifie pas la violence »

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

Le Président français Emmanuel Macron a accordé samedi une entrevue à la chaine Al Jazeera. A travers l’entretien, le Chef de l’Etat est revenu sur les déclarations prononcées lors de l’hommage national à Samuel Paty. Se voulant apaisant, le président a dit comprendre que des musulmans puissent être « choqués » par les caricatures mais que rien ne justifie les violences ajoutant que certaines de ses déclarations ont été sorties de leur contexte.

“Je comprends et respecte qu’on puisse être choqué par ces caricatures, mais je n’accepterai jamais qu’on puisse justifier une violence physique pour ces caricatures et je défendrai toujours dans mon pays la liberté de dire, d’écrire, de penser, de dessiner. Ça ne veut pas dire que je soutiens à titre personnel tout ce qu’on dit, pense, dessine, mais ça veut dire que ces libertés, ces droits de l’homme qui ont été pensés, voulus, créés en France, je considère que c’est notre vocation de les protéger et de protéger aussi la souveraineté du peuple français qui le veut”, a-t-il déclaré lors de l’entrevue qui dure près d’une heure et qui a été diffusée hier soir.

“Moi, je comprends les sentiments que cela éveille, je les respecte, mais je veux que vous compreniez le rôle qui est le mien. Mon rôle est d’apaiser les choses”, a-t-il ajouté.

Concernant la position de son gouvernement quant à ces caricatures, Emmanuel Macron dit qu’“il y a une différence qui est importante que tous les musulmans qui ont pu être choqués doivent comprendre. La question n’est pas de savoir si la France, et la représentant, le Président de la République française, fait ses caricatures ou les soutient en tant que telles – ce n’est pas le sujet parce que cette presse est libre, ce ne sont pas des journaux officiels, ce n’est pas le Gouvernement français qui a fait ces caricatures”.

Il dénonce dans ce sens la “manipulation” de ses propos par des médias et « parfois de dirigeants politiques et religieux ».

« Les réactions du monde musulman ont été dues à beaucoup de mensonges, et au fait que les gens ont cru comprendre que moi, j’étais favorable à ces caricatures », a-t-il regretté.

“il y a eu dans les traductions qui ont été faites par beaucoup de médias dans le monde arabe, que j’ai vues sur les réseaux sociaux, un mensonge. On m’a fait dire : “Je soutiens les caricatures humiliant le prophète”. Je n’ai jamais dit ça”, a-t-il déclaré.

Dans cet entretien Emmanuel Macron évoque également la campagne de boycott initiée dans le monde arabo-musulman contre les produits français notamment par le Président turc Recept Tayipp Erdogan.

Elle est indigne et je la condamne. Mais elle est faite par certains groupes privés parce qu’ils n’ont pas compris et qu’ils se sont reposés sur les mensonges, sur les caricatures, parfois par d’autres dirigeants. C’est inadmissible. “, a dit le chef de l’Etat français.

Pour rappel, lors de l’hommage national à l’enseignant décapité pour avoir montré des caricatures représentants le prophète Mohammed, Samuel Paty, Emmanuel Macron a déclare :”nous ne renoncerons pas aux caricatures, aux dessins, même si d’autres reculent.”. Ces déclarations ont suscité une vague de colère engendrant des campagnes de boycott et des tensions diplomatiques entre la France et la Turquie.

Continue Reading
Comments
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR