Suivez-nous

En continu

« M. Bouteflika, n’avez-vous pas entendu parler de la jeunesse qui vous fuit? »

Lynda Nait Ali

Publié

le

Le réveil en Algérie devient, jour après jour, infernale. Le ressentez-vous, citoyen ? Vous aussi, vous trouvez que chaque jour qui nous sépare du fameux jour est difficile à vivre, voire insupportable. Je ressens ce poids sur mes épaules comme une menace de mort collective. Le jour, dont je rêvais devient un enfer que je redoute et qui me chasse, qui arrive vers moi comme une comète ayant déjà une destination et une trajectoire impossible à dévier.

Le réveil en Algérie devient, jour après jour, infernal. Le ressentez-vous, citoyen ? Vous aussi, vous trouvez que chaque jour qui nous sépare du fameux jour est difficile à vivre, voire insupportable. Je ressens ce poids sur mes épaules comme une menace de mort collective. Le jour, dont je rêvais devient un enfer que je redoute et qui me chasse, qui arrive vers moi comme une comète ayant déjà une destination et une trajectoire impossible à dévier.

Je ne parle pas du jugement dernier que subira l’humanité, mais seulement du 18 avril 2019. Jour des élections, dit-on. Jour du changement, du renouveau, d’un possible espoir, dit-on, aussi.  Oui, on ose alors, une dictature. Non pardon ! Je voulais dire plutôt une candidature à un 5ème mandat, à cinq autres années, après une vingtaine d’autres qui se sont déjà écoulées.

Mensonge ! Mr Bouteflika, que voulez-vous nous apporter de plus, après ce que vous croyez avoir déjà apporté auparavant ? N’avez-vous pas entendu parler de la jeunesse qui vous fuit, comme une « peste », vous et vos collaborateurs zélés ? N’avez-vous pas entendu parler des morts que les vagues de la mer rejettent. N’avez-vous pas entendu le cri de cette jeunesse perdue, qui préfère mourir dans la mer que sur cette terre que vous empestez ?

Vous n’avez pas encore compris que durant toutes ces années vous n’avez fait que tuer cette pauvre Algérie que vous gouvernez sans partage? Non, Mr Bouteflika, vous avez tort ! votre politique a failli, votre santé aussi. Rentrez chez vous pour mourir en paix.

Rentrez chez vous, qu’importe où, au Caire, à Oujda, en France ou à Tlemcen. Qu’importe. Partez seulement ! Rompez avec votre égoïsme, Mr, abandonnez le pouvoir que vous tenez si mal. Abandonnez votre vanité, l’amour du trône et de l’argent. Cédez le passage à d’autres, à un autre qui pourrait, souhaitons-le, mieux guider la barque qui risque de couler. Laissez cette Algérie, qui n’ira que mieux sans vous.

Vingt années d’amertume, de mésaventure, d’angoisse, de stagnation. Je porte la honte de vos erreurs. Le citoyen, que je suis, est devenu la risée du monde. Mon pays est devenu une pièce de théâtre, une raillerie, une tragédie, un mélodrame, oui on en rit et on en pleure. Une fatalité qui nous menace, nous emprisonne et nous achève.

«El IZA et Karama »

Stop ! non à un cinquième mandat. On n’en veut pas. Nos rues sentent le déni, le désespoir et l’amertume. Nos vies ressemblent à celles de ceux déjà enterrés. L’esclavage et la peur nous guettent. La mort rode partout Mr « le président ». Celle que vous repoussez dans les hôpitaux de France, nous guette dans la rue, nous suit même dans nos lits, dans nos maisons.

Votre insécurité Mr, tue partout, dans les écoles sous la menace du fanatisme, dans les rues, dans les mosquées au nom d’un extrémisme que vous avez applaudi au nom d’une réconciliation nationale nourrie depuis des années, et même dans nos foyers ; des jeunes, des familles, à Alger, à Skikda, partout, périssent sous un gaz que votre Algérie d’«El IZA et Karama » n’a pas pu encore sécuriser. Votre Algérie, celle dont vous nous parlez dans des conférences de presses, ou dans les journaux télévisés est virtuelle, inexistante, incohérente et mensongère.

Mr, je vous parle de cette Algérie où je vis. Je vous parle de cette Algérie ou vivent des citoyens déshonorés. Je vous parle de cette Algérie des oligarchiques. Mr, je refuse de vous appeler Président. Vous ne présidez plus personne même plus vous-même, vos doigts, vos yeux, n’en parlant pas de vos jambes, rien en vous, ne vous obéis, comment souhaitez-vous au juste qu’une nation vous suive ? Comment souhaitez-vous guider un peuple vers la réussite alors que votre propre être est en dysfonctionnement ?

Rendez les armes, tous ! Rentrez chez vous ! Avouez-le, vous n’avez rien réussi de promettant. Il n’y a qu’un échec criard. Et au nom du peuple, rendez les armes ; il n’y a plus d’inconscient parmi nous, même les fous, les malentendants, les non-voyants ont fini par voir claire dans votre jeu. Vos fourberies et vos manigances n’ont laissé personne d’inconscient. De grâce, Mr Bouteflika laissez cette Algérie prospérer.

 

En continu

Liste des détenus d’opinion arrêté(e)s durant le Hirak (CNLD)

Le Comité National pour la Libération des Détenus (CNLD) a rendu public aujourd’hui 26 septembre la liste des détenus arrêté durant le mouvement populaire. Le comité précise que cette liste n’est pas complète et sera mise à jours dès que les avocats leurs signalent un nouveau cas.

Bouzid ICHALALENE

Publié

le

Arrestation de manifestants qui portent le drapeau Amazigh à Alger.
© Interlignes MEDIA | Arrestation de manifestants qui portent le drapeau Amazigh à Alger.

1/ Arretés le vendredi 21 juin 2019:

Kamel BELEKEHAL;
Akli OKBI;
Ali IDIR;
Mohamed BOUDJEMIL;
Hamza KAROUNE;
Bilal BACHA;
Djaber AIBECHE;
Messaoud Leftissi;
Khaled OUDIHAT;
Hamza MEHARZI;
Tahar SAFI ;
Mouloud CHATRI ;
Samir idir GERROUDJ ;
Nacer TIMSI ;
Amine OULD TALEB ;
Abderrahmane BOUDRAA ;
Khaled OUIDIR;
Makhlouf BIBI;

2/ Arrétés le vendredi 28 juin 2019:

Mohamed AGOUAZI;
Hafid BARACHE;
Bakir BETLICHE;
Aala DEROUICHE;
Arezki AZOUG;
Samira MESSOUCI ;
Amokrane CHALLAL ;
Elhadi KICHOU ;
Mustapha Hocine AOUISSI ;
Amar ACHERFOUCHE ;
Arezki CHAMI ;
Hilal YAHIAOUI ;
Abdelbasset KHEBANI ;
Mohand Ameziane BELHOUL ;
Nabil BOUNOUH ;
Kamel BOUALOUACHE ;
Ghimouz AKRAM ;
Abdelkader Toufik BACHA ;
Kheiredine BENZINE ;
Fazil DECHICHA ;

3/Arrétés le vendredi 13 Septembre 2019:
Rachid HIRET;
Sammy ABBAS;
Boualem OUAHABI;
Mohamed SMALLAH;
Menad TISSEMLAL ;
Menaouar OUAÂZANE ;
Rachid SADAOUI ;
Sadek LOUAIL ;
Mohamed DAADI ;
Nabil BOUALAKMAH ;
Réda BOUARISSA ;
Bilal ZIANI ;
Mohamed Amine CHELALI;
Ahcene HAMZA;
Kheireddine MEDJANI;
Bachir ARHAB;
Kader RASSELMA;
Hakim MIHOUBI;
Sid Ahmed BOUHRAOUA;
Rabah MAHROUCHE;
Wafi TIGRINE;
Laamouri BELAIDI;
Toufik DJILALI;
Mohamed GADI;
Hamidou GARIDI ;
Fatehi DIYAOUI;
Mohamed BOUHERAOUA ;

4/ Arrétés le mardi 17 septembre 2019:
Nour Houda DAHMANI;
Salah MAATI;

5/ Arrêté le mercredi 19 septembre à Constantine actuellement à la prison de Tidia (Constantine). Son procès fixé pour mercredi 2 Octobre : Semmani Amazigh.

Sadeddine Youcef islam ;
Zineddine Bouguetaya.
Lakhdar BOURAGÂA, arrété le samedi 29 juin 2019;
Samir BELARBI arrété le lundi 16 septembre 2019;
Fodil BOUMALA arrété le jeudi 19 septembre 2019;
Khaled ChOUITER, arrété le lundi 24 juin 2019;
Hamza DJAOUDI, arrété le jeudi 22 aout 2019;
5/ Détenus libérés :
*Salim Ihaddaden et Ait yahia Ali smail (Chlef, arrétés le vendredi 21 juin et libérés le 28 juillet 2019;
*Nadir Fetissi (Annaba , le jeudi 8 aout 2019) ;
*Hakim Aissi (Mostaganem; arrété le vendredi 5 juillet et libéré le mercredi 09 septembre 2019)
*Benhabib Madjid et Sayah Aissam (Tlemcen, le mardi 24 septembre 2019) ;
*Karim TABBOU arrété le mercredi 11 septembre 2019 et libéré (provisoire) le mercredi 25 septembre.

Lire la suite

En continu

L’ancien président Français Jacques Chirac est mort

L’ancien président de la République Jacques Chirac est mort jeudi matin à l’âge de 86 ans, a annoncé son gendre Frédéric Salat-Baroux à l’AFP.

Avatar

Publié

le

Le président Jacques Chirac le 22 février 2005
© Dr | Le président Jacques Chirac le 22 février 2005

« Le président Jacques Chirac s’est éteint ce matin au milieu des siens. Paisiblement », a déclaré M. Salat-Baroux, époux de Claude Chirac.

Lire la suite

Accueil

Boudjemaa Talaï devant la Cour suprême ce lundi

Avatar

Publié

le

L’ancien ministre des transports et des travaux publics, Boudjemaa Talaï, comparait ce lundi, devant le juge enquêteur près la Cour suprême pour être entendu sur des affaires liées à la corruption.

 

Boudjmaa Talaï qui est cité dans des affaires de malversation enregistrées dans le secteur des travaux publics, doit répondre aux chefs d’accusation d’octroi d’indus avantages dans les marchés et contrats publics, de dilapidation de deniers publics, d’abus de fonction et conflit d’intérêt et corruption dans l’octroi des marchés publics.

Pour rappel,  le ministère de la Justice avait demandé, en juin dernier, la levée de son immunité parlementaire.

Lire la suite

Tendances