Suivez-nous

Economie

L’Union Européenne “souhaite approfondir les relations avec l’Algérie en vue d’un partenariat renforcé”

Yasmine Marouf-Araibi

Publié

le

© DR

L’Union Européenne a exprimé lundi, à l’issue de la 12e session du Conseil d’association entre les deux parties, son “souhait d’approfondir les relations avec l’Algérie en vue d’un partenariat renforcé”. Un souhait “partagé” avec le pays qui a été représenté par le ministère des Affaires Etrangères, Sabri Boukadoum.

“La réunion a permis aux membres du Conseil d’association UE-Algérie de renouveler leur
engagement à approfondir leur partenariat afin d’en atteindre tout le potentiel. Les parties ont
échangé sur la manière de renforcer la stabilité dans la région et ont passé en revue des dossiers
importants dans leurs relations tels que la gouvernance et les droits de l’homme, la coopération
économique et les échanges commerciaux, l’environnement, l’énergie et la migration”,
a indiqué un communiqué de la délégation algérienne de l’Union Européenne.

Josep Borrell, le Haut Représentant pour les Affaires Etrangères et la Politique de Sécurité de l’Union, a souligné que l’Algérie « est un partenaire très important pour l’Europe, de par sa proximité et sa taille, de par son rôle dans la région et sur le continent africain mais également et surtout de par les liens étroits qui nous unissent depuis longtemps ». Il a également exprimé le souhait de l’UE d’« approfondir les relations afin d’atteindre leur plein potentiel pour que nous ressortons avec un partenariat vraiment renforcé », a rapporté la même source.

Dans ce sens, l’UE a souligné qu’il est important que les échanges commerciaux se fassent dans le respect de l’Accord d’association, “cadre qui offre la prévisibilité et la stabilité nécessaire”. C’est pourquoi, “la Commission européenne a transmis récemment une proposition visant à résoudre le différend en la matière et l’UE espère trouver très prochainement un accord dans le cadre de l’article 100 de l’Accord d’association”.

Sur ce ce sujet, le chef de la diplomatie algérienne, Sabri Boukadoum a indiqué “que toutes les mesures de la révision de l’Accord d’association entre l’Algérie et l’Union européenne se font toujours sur la base de l’équilibre”.

“En tant que négociateurs Algériens nous sommes assez conscients des manquements en matière de l’application de l’accord d’association notamment dans son aspect commercial. L’essentiel qu’il y a une volonté de dialogue de part et d’autre et il est évident que quand il y a déséquilibre nous intervenons pour le corriger”, a-t-il déclaré à l’APS, ajoutant “que le message de l’Algérie est bien reçu par la partie européenne”.

“L’Algérie et l’Union européenne vont continuer dans la mise en œuvre de l’accord d’association” qui “ne concerne pas que l’aspect commercial mais d’autres aspects globaux”, a-t-il assuré.

Reprise économique post- Covid-19

Lors de la session, l’Union Européenne a souligné l’importance de la coopération internationale dans la lutte contre la pandémie du Covid-19. Le communiqué de la délégation algérienne fait état d’un montant de 75 millions d’euros débloqué par l’Union européenne pour “diminuer l’impact économique de la crise en contribuant au développement de secteurs porteurs et à l’emploi”.

L’UE a rappelé que “la reprise économique post- Covid-19 doit reposer sur des bases durables”, a indiqué la même source, ajoutant que la délégation européenne a montré “sa volonté” à “renforcer la coopération à travers, entre autres, des échanges de savoir-faire en matière d’adaptation aux changements climatiques et d’intégration de la problématique environnementale dans les politiques sectorielles pertinentes”.

En outre, d’autres dossiers ont été passés en revue, indique la délégation algérienne notamment le dossier de l’émigration qui fait “des priorités conjointes UEAlgérie”.

“L’UE s’est dite prête à faire sa part pour s’attaquer aux causes profondes de la
migration irrégulière dans les pays d’origine”
, indique le communiqué.

“La réunion a permis également de renouveler la détermination de l’UE et de l’Algérie à coopérer pour protéger la sécurité de leurs citoyens et cela dans des domaines tels que la lutte contre la radicalisation, la prévention de l’extrémisme”, conclut la même source.

La 12e session du Conseil d’association Union européenne-Algérie s’est tenue lundi par
visioconférence. Elle a été co-présidée par le ministre algérien des Affaires Etrangères Sabri Boukadoum et le Haut Représentant pour les Affaires Etrangères et la Politique de Sécurité de l’Union, Josep Borell.

Lire la suite
Publicité
Commentaires
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR