Connect with us

Monde

l’ONU et la Suisse plaident pour une meilleure protection des journalistes

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

La cheffe des droits de l’homme de l’ONU, Michelle Bachelet, et la Présidente suisse, Simonetta Sommaruga, ont plaidé, mardi, à Genève, pour une meilleure protection des journalistes qui font l’objet d’attaques et de menaces croissantes notamment durant la pandémie de Covid-19, a indiqué l’Organisation des nations unies (ONU).

“La Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Michelle Bachelet, et la Présidente de la Confédération suisse, Simonetta Sommaruga, ont participé le 1er septembre à un événement sur la liberté de la presse et la liberté d’expression organisé au Palais des Nations, à Genève, en présence de plusieurs journalistes. Les deux hautes responsables ont déploré les attaques dont sont victimes les professionnels des médias”, indique un compte rendu de l’organisation des nations unies diffusé sur son site-web.

« Les journalistes du monde entier sont confrontés à la censure, à la surveillance, à la répression, à l’intimidation et aux agressions physiques », a déclaré Mme Bachelet lors de sa participation à l’événement.

Pour Michelle Bachelet, “la censure, la répression, les menaces et les attaques contre les journalistes, et l’impunité dont jouissent leurs auteurs ont pris de l’ampleur avec le coronavirus”.

« Dans plusieurs pays, la politisation croissante de la pandémie et les efforts pour blâmer ses effets sur les opposants politiques ont conduit à des menaces, des arrestations et des campagnes de dénigrement contre les journalistes qui assurent des informations factuelles sur la propagation de la Covid-19 et les mesures adéquates pour l’empêcher », a constaté La Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Michelle Bachelet. Pour elle, certains gouvernements exploitent la crise de santé publique mondiale pour réprimer « de façon plus importante et injustifiable » les critiques et la dissidence.

Mme Bachelet a indiqué, dans ce sens, que les crimes commis contre les journalistes, y compris les cas de meurtres, font souvent l’objet d’enquêtes et de poursuites inadéquates. « 90% des homicides de journalistes restent impunis ».

La cheffe d’Etat suisse a, pour sa part, mis en garde contre les entreprises visant à réduire au silence les journalistes qui relaient des informations sur la crise du coronavirus. “Une démocratie se mesure à la façon dont elle traite ses journalistes, ses dessinateurs, ses reporters, ses photographes de presse”, a-t-elle noté. « Or aujourd’hui, de plus en plus, la peur empoisonne le travail des journalistes dans le monde », a-t-elle constaté.

« Comment se protéger d’un virus sans information fiable, sans savoir où se trouvent les foyers de l’épidémie ? », a demandé Mme Sommaruga. 

Et d’ajouter:  « Le meilleur remède contre la désinformation sont les informations vérifiées qui proviennent de sources fiables »

Pour la présidence Suisse, « quand les journalistes sont en danger, c’est toute une société qui finit par trembler pour sa liberté (…) Quand les journalistes sont jetés en prison, c’est une aspiration à la démocratie qu’on étouffe ».

“La sécurité des journalistes, et leur capacité à mener des enquêtes et à diffuser des informations sans censure ni menaces, est un élément clé pour la réalisation du Programme de développement durable”, a rappelé Mme Bachelet avant d’ajouter que « les ODD (objectifs de développement durable) exigent explicitement le respect du droit à la liberté d’information et d’autres droits humains fondamentaux ».

« La démocratie est exigeante, mais nous ne connaissons rien de mieux pour organiser une société tout en respectant les droits fondamentaux de chacun », a souligné Mme Sommaruga. « La démocratie, c’est comme la vie, not a place to relax ! (ce n’est pas un lieu où on se repose) », a-t-elle ajouté.

Monde

Décès de l’émir du Koweït cheikh Sabah al-Ahmad al-Sabah

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

L’émir du Koweït, cheikh Sabah al-Ahmad al-Sabah, est décédé ce mardi à l’âge de 91 ans après une longue hospitalisation aux Etats-Unis.

L’annonce du décès a été faite par le ministre chargé des affaires royales à travers la télévision nationale.

“C’est avec une grande tristesse et un grand chagrin que nous pleurons (…) la mort de cheikh Sabah al-Ahmad al-Jaber al-Sabah, émir du Koweït”, a déclaré cheikh Ali Jarrah al-Sabah.

A la tête du Koweït depuis 2006, l’émir a été hospitalisé aux Etats-Unis depuis juin dernier. Le monarque, qui devait “subir des examens médicaux” a finalement subi une opération chirurgicale.

C’est son frère le cheikh Nawaf Al-Ahmad Al-Jaber Al-Sabah qui lui succède à la tête de l’émirat.

Continue Reading

Monde

Les dernières évolutions de la pandémie de coronavirus

Avatar

Published

on

Le développement des tests rapides pour détecter le Covid-19 a déclenché une ruée mondiale: Donald Trump en a annoncé la distribution de 150 millions aux Etats-Unis et l’OMS en a promis 120 millions aux pays pauvres, mais à condition de trouver les fonds.

Alors que la pandémie a fait plus d’un million de morts dans le monde, de nombreux experts en santé publique militent depuis des mois pour l’utilisation de ces tests dits antigéniques, peu coûteux, comparables aux tests de grossesse et dont le résultat s’obtient en 15 minutes, contre plusieurs jours pour un test classique.

S’ils sont généralement moins précis, ces tests rapides peuvent amplement suffire, en particulier pendant un pic de contagiosité, au moment où il est crucial d’isoler les cas positifs. Ils permettraient ainsi de multiplier le volumes de tests afin de mieux détecter la propagation du coronavirus.

En pleine campagne pour sa réélection, Donald Trump a annoncé lundi que 150 millions de ces tests rapides seront distribués aux Etats-Unis, dont 50 millions “serviront à protéger les communautés les plus vulnérables”. Les enseignants, les maisons de retraite et les universités historiquement noires ou amérindiennes seront prioritaires, a-t-il promis.

Ces tests sont fabriqués par le laboratoire Abbott, qui a reçu une autorisation de commercialisation en urgence fin août et qui est pour l’instant le seul à les proposer aux Etats-Unis.

Simultanément, l’Organisation mondiale de la santé –avec qui l’administration de Donald Trump a rompu– et ses partenaires ont promis 120 millions de tests pour les pays les plus démunis, à condition toutefois de trouver l’argent pour les acquérir.

“Nous avons un accord, nous avons un début de financement et maintenant nous avons besoin du montant total pour pouvoir acheter ces tests”, a déclaré le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, au cours d’une conférence de presse virtuelle.

D’un coût unitaire de 5 dollars, avec un prix qui devrait baisser à mesure que la production augmente, il faudrait cependant 600 millions de dollars à l’organisation onusienne pour financer sa promesse, alors que le Fonds mondial a d’ores et en a d’ores et déjà promis 50 millions.

Une question centrale pour les pays les plus pauvres: selon l’OMS, là où les pays riches réalisent en moyenne 292 tests par 100.000 habitants, les pays à revenu faible et intermédiaire n’en font que 61 et les pays à faible revenu, 14.


L’Europe se referme, l’Amérique latine rouvre

Ces annonces interviennent alors que la pandémie continue de progresser un peu partout dans le monde, en particulier en Europe où le virus circule toujours à un rythme élevé.

Derniers pays en date concernés, la République Tchèque et la Slovaquie ont annoncé lundi leur intention de déclarer l’état d’urgence pour faire face à la forte recrudescence de cas de contaminations.

“La situation est extrêmement grave, et je pense que nous devons adopter des décisions très radicales et très audacieuses”, a déclaré le chef du gouvernement slovaque, Igor Matovic, à l’issue d’une réunion d’une cellule de crise dans son pays.

A l’ouest du continent, la France et l’Espagne multiplient les restrictions pour tenter de ralentir cette nouvelle vague de contaminations. Madrid a instauré de nouvelles zones de restrictions, tandis qu’Aix-en-Provence et Marseille, dans le sud de la France, ont vu leurs bars et restaurants fermer leurs portes dimanche soir.

Même ambiance de l’autre côté de l’Atlantique. Alors que New York, déjà durement touchée durant le printemps, voit le nombre de contaminations repartir à la hausse, au Canada, Montréal et Québec passent en “alerte” rouge pour 28 jours avec la fermeture de plusieurs secteurs de l’économie durant la période.

A l’inverse, en Amérique latine, durement touchée par le Covid-19, les restrictions se lèvent peu à peu: les vols internationaux vont reprendre en Colombie et au Pérou, et la quasi-totalité des 7 millions d’habitants de Santiago du Chili ont retrouvé lundi leur liberté de circulation après des mois de confinement.

Même chose en Australie, avec la fin de deux mois de couvre-feu nocturne à Melbourne à la faveur d’une baisse marquée du nombre de nouvelles contaminations.

La pandémie a fait au moins 1.002.036 morts dans le monde depuis fin décembre, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles lundi à 11h00 GMT.

Les Etats-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts (205.024) que de cas enregistrés (7.147.070), devant le Brésil (142.058 morts).

Continue Reading

Monde

Coronavirus: plus d’un million de décès dans le monde

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

Le nombre de décès liés à la pandémie de coronavirus a dépassé dimanche la barre d’un million, selon un bilan établi par l’AFP.
Plus de 32,9 millions de cas ont été officiellement diagnostiqués depuis le début de l’épidémie, dont au moins 22,5 millions sont aujourd’hui considérés comme guéris, selon la même source.

6 millions de cas en Inde

L’Inde a dépassé lundi la barre des 6 millions de cas. Le pays recense entre 80.000 et 90.000 nouvelles infections chaque jour. Il compte près de 100,000 cas de décès.

Le Bénin renforce les mesures sanitaires

Le gouvernement béninois a décidé de renforcer les mesures barrières contre la pandémie de COVID-19 à l’occasion de la rentrée scolaire pour l’année 2020-2021, a affirmé ce dimanche à Cotonou Salimane Karimou, ministre des Enseignements maternel et primaire.

Il précise qu’il s’agit, entre autres, l’obligation du port du masque pour tous les usagers (apprenants, enseignants, divers personnels de soutien), le lavage des mains et le respect de la distance de sécurité sanitaire d’au moins un mètre entre les personnes.

Australie: Le couvre-feu à Melbourne prend fin

Insaturé depuis deux mois pour endiguer la propagation du coronavirus, le couvre-feu pris fin lundi à Melbourne en Australie. Ceci intervient après la baisse du nombre de cas. En effet, seulement 5 nouveaux cas ont été enregistrés ces dernières 24h soit le nombre le plus bas depuis juin dernier.

Plus de 35,000 décès en Afrique

Le nombre de cas confirmés de COVID-19 sur le continent africain s’est élevé samedi à 1.444.318 avec un bilan supérieur à 35.000 décès, a indiqué le Centre africain de contrôle et de prévention des maladies (CDC Afrique).

Avec AFP et APS

Continue Reading

Tendances

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR