Connect with us

Politique

L’ONG américaine CPJ appelle au déblocage des médias censurés en Algérie

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

© DR | L'ONG américaine CPJ dénonce le blocage des médias en Algérie

Le comité pour la protection des journalistes (CPJ) a réagi ce mercredi aux blocages des trois sites d’information algériens à savoir, notre journal INTERLIGNES ainsi que RadioM et Maghreb Emergent appelant les autorités algériennes à débloquer “immédiatement” ces trois médias.

«Lorsque les autorités algériennes censurent arbitrairement les médias d’information simplement parce qu’ils n’aiment pas être examinés, ils montrent exactement pourquoi les lois qui assimilent le reporting à un acte criminel sont plus que susceptibles à être contournées et constituent une grave menace pour la liberté de la presse», a dénoncé le coordinateur du programme du CPJ au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, Sherif Mansour.

Et d’ajouter : «Nous appelons l’administration d’Abdelmadjid Tebboune à débloquer immédiatement les sites d’information Interlignes, Maghreb Emergent et Radiom et à mettre en œuvre une réforme juridique afin que les journalistes ne soient plus incriminés pour leur travail»

L’ONG américaine a également réagi à l’amendement du code pénal visant à incriminer la diffusion des fausses informations sur les réseaux sociaux, présenté aujourd’hui par Belkacem Zeghmati devant l’APN, en le qualifiant de projet de loi “qui ne fait pas de distinction entre les reportages et les réseaux sociaux”

En outre, le comité pour la protection des journalistes dit avoir contacté le ministre algérien de la Communication, Amar Belhimer, via E-mail quant aux raisons de ces blocages, mais l’organisation n’a reçu aucune réponse de sa part.

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Politique

ANEP : Larbi Ouanoughi limogé

Melissa NAIT ALI

Published

on

© DR | Larbi Ouanoughi, démis de ses fonctions de PDG de l'ANEP


Encore un changement à la tête de l’Agence nationale de l’édition et de la publication (ANEP). Son président directeur général (PDG), Larbi Ouanoughi a été limogé. Il est aussitôt remplacé par Adel Kansous, journaliste à la station de Constantine de la télévision publique, ENTV.

L’information, surpris, a été annoncée, aujourd’hui, par le ministère de la Communication dans un communiqué, repris par l’agence APS. Le nouveau de l’Agence, annonce la même source, a été installé officiellement dans ses nouvelles fonctions.

Toutefois, le ministère de la communication ne donne aucune explication concernant ce changement. Pour rappel, Larbi Ouanoughi a été installé à la tête de l’ANEP, il y a seulement quelques mois. Rien n’indiquait qu’il allait être débarqué de la sorte.

Tout récemment, il avait fourni, dans une interview accordée à El Watan et El Khabar, des détails sur la manne publicitaire servie à des titres de la presse proches du pouvoir. Il avait aussi révélé la manne dont avait bénéficié le journal régional appartenant au fils de Gaïd Salah.

Larbi Ouanoughi avait affiché alors une volonté de mettre en œuvre une nouvelle politique de la gestion de cette agence. Que s’est-il passé ?

Continue Reading

Politique

Le député démissionnaire Khaled Tazaghart condamné à un an de prison ferme

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

Le député démissionnaire Khaled Tazaghart a été condamné ce dimanche à un an de prison ferme avec mandat de dépôt, indique le comité national pour la libération des détenus (CNLD).

Poursuivi pour “incitation à attroupement”, “publications pouvant porter trouble à l’ordre public”, “violation des mesures du confinement sanitaire”, le procureur près le tribunal d’Akbou (Béjaia) avait requis un an de prison ferme et 100,000 DA d’amende.

Le prévenu a été arrêté samedi 26 septembre à 13h alors qu’il revenait de la marche de Kherrata qui s’est tenue le même jour. Il a par la suite été transféré au commissariat central de Béjaia où il a été placé en garde à vue.



Continue Reading

Politique

Bordj Bou Arreridj: Brahim Laalami condamné en appel à de la prison ferme et un million de DA d’amende

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

Le détenu Chems-Eddine Laalami dit Brahim a été condamné, en appel, ce dimanche par le tribunal de Bordj Bou Arreridj à 18 mois de prison ferme dans une affaire et à un an de prison ferme dans une autre, annonce le comité national pour la libération des détenus (CNLD).

Poursuivi dans six affaires au total pour “outrage à corps constitué”, “atteinte à un agent en plein exercice de ses fonctions”, “outrage à corps constitué par les moyens et des réseaux sociaux” et “diffamation”, entre autres, Brahim Laalami a également été condamné à une amende de 1 million de DA.

Pour rappel, Brahim Laalami a été condamné en première instance à 18 mois de prison ferme et une amende d’un million de DA d’amende.

Continue Reading

Tendances

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR