Connect with us

Politique

L’installation de la commission chargée de réviser le système des subventions sociales « reportée » !

Published

on

© DR | Baisse du pouvoir d'achat
© DR | Baisse du pouvoir d'achat

Alors que les partis politiques et les syndicats « hésitent » pour prendre part, à l’installation de « la commission chargée de réviser le système des subventions sociales », la présidence de la république, et à la surprise de toutes les parties, annonce la veille l’annulation de la rencontre et son « décalage » à une date « ultérieure ».

En effet, les avis des partis politiques et les syndicats se divergent sur la participation ou pas à cette rencontre « très importante ». Pour Jil Jadid, « un représentant a été désigné pour prendre part à cette rencontre pour défendre les positions du parti » nous a confié Habib Brahmia, chargé de commination du parti confirmant ainsi la décision de Jil Jadid pour prendre part à cette rencontre.

Pour le parti des travailleurs ( PT ), « il s’agit d’une question fondamentale pour la survie de l’immense majorité du peuple », raison pour laquelle, « le Parti des travailleurs a décidé d’y aller pour exprimer sa position, connue de tous, à savoir le maintien des subventions de l’État aux produits et services de large consommation et des transferts sociaux, car ils font partie des principaux fondements de l’État social, produit de la révolution de novembre 1954 et du sacrifice de 1.5 million de martyrs » précise un communiqué du parti de Louiza Hanoune..

Mais certains partis et syndicats refusent de participer pour le moment à cette initiative, car pour certains syndicats qui préfèrent rester dans l’anonymat, « les conditions de la réussite d’une telle commission ne sont pas réunies » nous déclare un syndicaliste qui déjà reçu l’invitation. Un cadre d’un parti politique nous a déclaré avant l’annulation de l’événement que son parti « n’allait pas participer, car le gouvernement doit d’abord commencer par apaiser le climat politique avant d’étudier ces questions techniques » estime notre source qui précise que « les travaux de cette commission peuvent avoir un impact très négatif dans le contexte politique actuel ».

Mais ce qui est étonnant, c’est l’exclusion du Rassemblement pour la Culture et la Démocratie (RCD) de cette rencontre. En effet, des sources au sein du parti confirment que « le RCD n’a reçu aucune invitation de la présidence de la république pour prendre part à cette rencontre ». Décision étonnante, car elle intervient au moment où le président de la république Abdelmadjid Tebboune a annoncé depuis la Turquie la tenue d’une « rencontre inclusive avec les partis politiques ».

Pour le moment, rien n’a filtré du côté de la présidence sur les raisons de l’annulations de cette rencontre. Est-ce à cause de la visite du président en Turquie ? Ce dernier devrait rejoindre Alger ce soir.

Le 23 avril dernier, lors de sa traditionnelle rencontre avec des représentants de médias nationaux, Tebboune a annoncé la constitution vers fin mai d’une commission nationale chargée de la révision des subventions publiques de façon à les orienter aux véritables bénéficiaires. Il avait annoncé que la commission allait regrouper «des représentants de l’APN, du Conseil de la nation, des syndicats, des partis politiques ainsi que toutes les forces vives du pays qui émettront leurs avis sur cette question de manière organisée», avait-il expliqué.

Continue Reading
Advertisement
Comments