Connect with us

Economie

L’informel et la contrefaçon constituent une entrave pour concurrence saine

Avatar

Published

on

Le marché informel qui occupe une place centrale dans la société algérienne proposant souvent des produits contrefaits, constitue la principale entrave au développement de la compétitivité des entreprises nationales et à l’instauration d’une concurrence “saine” sur le marché algérien, ont estimé lundi à Alger des opérateurs économiques cité par l’agence officielle.

 

Le problème de normalisation, le manque d’organismes de contrôle et de la conformité, ainsi que la méconnaissance de toutes les règles de la concurrence par certaines entreprises, constituent aussi d’autres obstacles au développement des parts de marché des entreprises algériennes, ont confié à l’APS des représentants de l’Association des producteurs algériens de boissons (APAB) et du groupe Condor, en marge d’une journée d’étude sur le Programme de conformité aux règles de la concurrence.

Le président de l’APAB, Ali Hamani, a indiqué qu’il était difficile pour les firmes nationales de “faire la différence entre les pratiques commerciales et les pratiques anti-concurrentielles” en l’absence de tradition de concurrence sur le marché locale.

“Certains opérateurs ont affiché une inquiétude vis-à-vis de la mise en œuvre des règles de la concurrence dans l’exercice de leur activité, en étant concurrencés par le marché informel, pendant que d’autres possèdent déjà un programme de conformité basé sur un code de conduite et un comité d’éthique”, a-t-il expliqué.

De son côté, le représentant du groupe de Condor, Benzerouk Abdelwahab a soulevé le problème de la contrefaçon: “Nous sommes victime de la contrefaçon et on a une vingtaine d’affaires au niveau des tribunaux liées à cette pratique”.

Il a, en outre, souligné l’absence de la culture de la concurrence qui est un défi à relever impérativement par l’entreprise algérienne.

Pour M. Benzerouk “il faut se protéger contre la concurrence déloyale et non la concurrence loyale qui est encadrée par des dispositifs légaux”.

Pour sa part, le représentant du groupe Saidal, Youcef Ouakili a recommandé l’ancrage d’une concurrence saine et une meilleure régulation du marché, appelant à une lutte efficace contre le monopole.

Economie

Sonatrach: un manque à gagner de 10 mds USD à cause de la pandémie

Achour Nait Tahar

Published

on

© DR | Sonatrach

La compagnie nationale des hydrocarbures a enregistré des pertes importantes, estimée à 10 milliards de dollars à la fin du mois de septembre 2020 par rapport à la même période en 2019 à cause de la pandémie de coronavirus, avec une baisse de 41% de son chiffre d’affaires à l’exportation, indique un bilan du ministère de l’Energie.

Selon l’APS, Ce montant a été dévoilé dans un bilan rendu public lundi par le ministère à l’occasion d’une réunion entre le ministre de l’Energie et les directeurs des wilayas de son secteur.

Le même bilan fait état des pertes de 18,7 mds de DA due à la baisse de la consommation en raison de la réduction de l’activité économique et l’augmentation des créances de la SADEG, durant la même période.

L’entreprise Naftal a été également touchée par la COVID-19 avec un manque à gagner estimé à 41 mds de DA durant la même période de comparaison.

De même, la filiale de Sonatrach spécialisée dans le transport aérien, Tassili Airlines, a enregistré un manque à gagner de 1,5 mds DA.

Les entreprises du secteur énergétique ont été confrontées au  ralentissement de l’activité économique mondiale et à la réduction des effectifs dans le cadre des mesures prises pour lutter contre la propagation du virus.

L’autre objectif fixé est celui de réduire, de 17%, le budget de fonctionnement des deux entreprises publiques, soit d’un montant total de 182 mds de DA, selon les chiffres avancés par le ministère.

Avec APS

Continue Reading

Economie

Contrôle drastique au niveau des espaces commerciaux

Feriel Bouaziz

Published

on

Le ministre du Commerce, Kamel Rezig a donné lundi des instructions fermes aux directeurs régionaux à l’effet de durcir la surveillance au niveau des espaces commerciaux afin d’assurer le respect des mesures préventives de l’épidémie de la Covid-19, a indiqué lundi un communiqué du ministère.

Ces directives ont été données lors d’une réunion d’évaluation en présence des directeurs de wilaya et régionaux du commerce, par visio-conférence présidée par le ministre au siège de son département ministériel, en compagnie du ministre délégué chargé du Commerce extérieur, Aïssa Bekaï.

En effet, le ministre, M. Rezig a donné “des instructions fermes aux directeurs, quant à la nécessité de durcir le contrôle des espaces et activités de commerce, notamment en matière d’application stricte du protocole sanitaire et le respect par les commerçants des mesures préventives du Coronavirus”.

De plus, les instructions ont également porté sur “la prise de toutes les mesures à l’encontre des commerçants contrevenants, et ce sous l’autorité des walis de la République, conformément aux instructions de M. le Premier ministre“, lit-t-on dans le communiqué.

Par ailleurs, la réunion à été également l’occasion d’aborder certains dossiers relatifs au secteur du Commerce, notamment l’élaboration d’un fichier national des produits de fabrication locale, conclut le communiqué.

Continue Reading

Economie

ONAB: Commercialisation progressive de 48.000 tonnes de volaille à partir de lundi

Achour Nait Tahar

Published

on

© DR | L'Office National des Aliments de Bétail (ONAB)

L’Office national des aliments de bétail (ONAB) procèdera, à partir de ce lundi, à la commercialisation progressive de près de 48.000 tonnes de poulet stocké au niveau national pour faire face à la flambée des prix, avant la fête du Mawlid Ennabaoui Echarif.

Cette opération qui sera lancée lundi se déroulera graduellement au niveau national, avec un prix fixé à 250 Da/kg, a annoncé le directeur général de de l’ONAB, Mohamed Betraoui.

« La commercialisation de ces stocks de poulet est à même de barrer la route à toute tentative de spéculation et d’augmentation des prix une semaine avant la fête du Mawlid (Mouloid), une occasion marquée habituellement par la hausse de la demande sur la viande blanche », a-t-il expliqué.

Cette décision a été prise après la hausse sensible enregistrée récemment dans les prix de la volaille qui ont atteint  360 Da/kg, a-t-il ajouté.

Quelque 49 points de vente agréés ont été mis en place au niveau de 23 wilayas dont Alger, Blida, Oran, Annaba, Constantine, Tlemcen, Mostaganem et Sidi Bel Abbès.

D’autres points de vente ont été mis en place à travers les wilayas de Grand Sud dont Adrar, Illizi, Ghardaïa et El Menia, a fait savoir le même responsable.

Les points de vente à Alger se trouvent à Chéraga, Ain Benian, Hussein Dey et Reghaia (3 points de vente), a précisé M. Betraoui.

Avec APS

Continue Reading

Tendances

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR