Connect with us

Politique

Libye : Erdogan se sert de l’Algérie pour s’attaquer à la France

Bouzid ICHALALENE

Published

on

© DR | Abdelmadjid Tebboune et Reccip Tayyip Erdogan
© DR | Abdelmadjid Tebboune et Reccip Tayyip Erdogan

L’Algérie s’est dit “surprise de la déclaration faite par le Président turc, Recep Tayyip Erdogan dans laquelle il attribue au Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune des propos sortis de leur contexte sur une question liée à l’histoire de l’Algérie”, a indiqué samedi un communiqué du ministère des Affaires étrangères. 

Alors qu’Erdogan était en tournée africaine, il a déclaré aux journalistes, qui l’accompagnaient dans l’avion, avoir demandé au président Abdelmadjid Tebboune de lui remettre des archives qui documentent « les massacres commis par l’occupation française en Algérie » que les différents présidents français « refusent de reconnaître ».

Selon les médias turcs, Erdogan a promis d’accorder une large diffusion à ces documents pour que « le président Macron se rappelle que son pays a tué cinq millions d’algériens ». Il ajoute avoir même entendu cela du président Tebboune lors de sa visite en Algérie, le dimanche 26 janvier 2020. « Si vous nous envoyer ce genre de documents, nous serons extrêmement heureux », a-t-il dit

«non-respect de la parole donnée» 

La diplomatie Algérienne n’a pas tardé pour répliquer à ces propos en disant être “surprise”, car “l’Algérie affirme que les questions complexes liées à la mémoire nationale, qui revêt un caractère sacré pour le peuple algérien, sont des questions extrêmement sensibles” a indiqué un communiqué des affaires étrangères. Le département de Boukadoum estime que “de tels propos ne concourent pas aux efforts consentis par l’Algérie et la France pour leur règlement”.

Ces déclarations sont un rendement de compte entre le président Turc qui tente de s’attaquer à son homologue français Emmanuel Macron? La semaine dernière, le président français a accusé Erdogan lors d’une conférence de presse de «non-respect de la parole donnée» pour l’envoi de navires turcs transportant des mercenaires syriens en Libye.

Quelques heures plus tard, le porte-parole du ministère turc des Affaires étrangères, Hami Aksoy, a déclaré que “le principal responsable des problèmes en Libye depuis le début de la crise en 2011 c’est la France”.

Ces déclarations sont faites après la conférence de Berlin sur la Libye, dont fait part tous ces pays, dans le but de trouver une “solution politique” à la crise Libyenne, dont le principal accord, était “le cessez-le-feu”.

Politique

Tebboune préside jeudi une séance de travail consacrée à l’examen de l’évolution de la situation sanitaire

Achour Nait Tahar

Published

on

© DR | Le président de la République Abdelmadjid Tebboune
© DR | Abdelmadjid Tebboune, président de la république

Le président de la république, Abdelmadjid Tebboune présidera, demain jeudi une séance de travail consacrée à l’étude l’évolution de la situation sanitaire du pays à la lumière de la hausse de nombre d’infections au covid-19, indique un communiqué de la présidence de la république.

“Le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, présidera, demain jeudi 9 juillet 2020, une séance de travail consacrée à l’examen de l’évolution de la situation sanitaire dans le pays, à la lumière de l’augmentation du nombre de cas confirmés de la Covid-19 dans certaines wilayas, en raison du non respect des gestes barrières et des pratiques bureaucratiques quant à la gestion de cette pandémie, d’où l’impératif de prendre des mesures pratiques et urgentes face à cette situation”, lit-on dans le communiqué.

Seront présent à cette réunion, le Premier ministre, les chefs des organes de sécurité, les membres du Comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie du Coronavirus (Covid-19) et les Walis d’Alger, d’Oran, de Biskra, de Sétif et d’Ouargla, conclut la même source.

Continue Reading

Politique

Il a dénoncé la situation sanitaire à Biskra : Farès Charefeddine Choukri libéré, son procès renvoyé au 12 juillet

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

© DR |

Le sociologue et écrivain, Farès Charefeddine Choukri, ayant dénoncé la situation sanitaire à l’hôpital Hakim Saadane à la wilaya de Biskra, a été libéré ce vendredi avec renvoi de son procès au 12 juillet, annonce le comité national pour la libération des détenus (CNLD).

Il y a quelques jours, Farès Charefeddine Choukri a dénoncé, à travers une longue vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, le manque d’oxygène, le manque d’eau et aussi le traitement réservé au patients atteints du coronavirus à l’hôpital Hakim Saadane à Biskra.

Il a été arrêté lundi et présenté ce mercredi devant le procureur du tribunal de Biskra, selon le comité national pour la libération des détenus (CNLD). Il est poursuivi pour “incitation à attroupement”.

Continue Reading

Politique

Affaire Tahkout : Le procureur requiert 15 ans de prison ferme contre Sellal et Ouyahia et 16 ans contre Tahkout

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

© DR | les deux anciens chefs du gouvernement, Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal

Le Procureur de la République près le tribunal de Sidi M’hamed a requis, ce mercredi, 15 ans de prison ferme à l’encontre des deux anciens Premiers ministres Sellal et Ouyahia et 16 ans contre Mahieddine Tahkout dans le cadre d’une affaire de corruption, rapporte l’agence de presse APS.

Le représentant du ministère public a également requis des amendes de 8 millions de DA pour chacun des accusés avec confiscation de leurs biens, ajoute la même source.

10 ans de prison ferme et 2 millions de DA d’amende ont été requis contre les trois ex-ministres, Abdelghani Zaalane, Youcef Yousfi et Amar Ghoul.

20 ans de prison ferme et 2 millions de DA d’amende ont été requis contre l’ancien ministre de l’Industrie, Abdesslam Bouchouareb avec confiscation des biens. En fuite à l’étranger, un mandat d’arrêt a également été émis à son encontre.

Bilel Tahkout, fils de Mahieddine Thakout, risque, quant à lui, jusqu’à 10 ans de prison ferme et 8 millions de DA d’amende avec confiscation des produits du crime.

Le frère de Mahieddine Tahkout, Hamid risque 8 ans de prison ferme et une amende de 5 millions de DA, tandis que son autre frère, Nacer, risque et trois ans de prison ferme.

Rachid Tahkout rsique, quant à lui, jusqu’à 12 ans de prison ferme assortis d’une amende de 8 millions de DA avec confiscation des produits du crime.

En détention depuis juin 2019, Mahieddine Tahkout est poursuivi, dans cette affaire, pour obtention de privilèges de la part de cadres de l’Office national des œuvres universitaires (ONOU) et du ministère des Transports dans l’affaire des œuvres universitaires, selon l’agence de presse officielle.

Il aussi accusé d’avoir obtenu des privilèges de la part des cadres du ministère de l’Industrie et de l’Agence nationale de développement de l’investissement (ANDI) dans l’affaire de la société CIMA-MOTORS, selon la même source.

Continue Reading

Tendances

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR