Connect with us

Monde

Liban: six morts dans une manifestation contre l’enquête sur l’explosion du port de Beyrouth

Published

on

©
Des blessés sont évacués après des heurts mortels lors d'une manifestation à Beyrouth, au Liban, le 14 octobre 2021 - AFP

Au moins six décès et une trentaine de blessés ont été enregistrés ce jeudi à la capitale libanaise Beyrouth après qu’une manifestation appelant au changement du juge chargé de l’enquête sur l’explosion du port de Beyrouth ait dégénéré.

Selon l’agence de presse AFP, la manifestation a été organisée par le Hezbollah et le mouvement Al Amal. Les deux avaient appelé à la manifestation pour exiger le remplacement du juge Tareq Bitar, a rapporté l’AFP, ajoutant que le juge avait exprimé sa détermination à interroger deux ex-ministres du mouvement Al Amal dans le cadre de l’enquête sur l’explosion au port de Beyrouth.

Le ministère libanais de l’Intérieur a fait état de six décès. Parmi les victimes figurent un homme tué par une balle à la tête, un deuxième atteint à la poitrine et une femme de 24 ans tuée par une balle perdue alors qu’elle se trouvait chez elle, selon des sources médicales à l’AFP. Selon la Croix-Rouge libanaise, 30 personnes ont été blessées

Dans un communiqué commun, les deux mouvements chiites Al Amat et Hezbollah ont accusé des « francs-tireurs postés sur les toits des immeubles » du secteur d’avoir tiré sur les manifestants. Une hypothèse soutenue par le gouvernement puisque, selon lui, « des victimes ont été atteintes à la tête », rapporte la même source.

La manifestation s’est produite juste après que la Cour de cassation a rejeté des plaintes d’anciens ministres à l’encontre de M. Bitar, lui permettant de reprendre ses investigations. Mardi, M. Bitar avait émis un mandat d’arrêt contre le député et ex-ministre des Finances Ali Hassan Khalil, membre du mouvement chiite Amal, allié du Hezbollah. Mais il a été aussitôt contraint de suspendre son enquête après de nouvelles plaintes déposées par M. Khalil et un autre député et ex-ministre d’Amal, Ghazi Zaayter, qu’il souhaitait interroger.

Avec AFP

Continue Reading
Advertisement
Comments