Connect with us

Economie

L’expert financier international Raif Mokretar Karroubi: “Les gens ne sont pas conscients de la gravité de la situation”

Avatar

Published

on

De passage sur les ondes de la Radio chaine III, l’expert financier international Raif Mokhtar Karroubi, a dressé un constat “alarmant” sur la situation économique, notamment avec la conjoncture politique actuelle que vit le pays estimant que “les gens ne sont pas conscients de la gravité de la situation”.

 

L’expert financier a indiqué que le constat est fait depuis des décennies et tout le monde connait les priorités et les mesures à prendre, mais personne n’a le courage de les mettre en œuvre. “Si on ne prend pas de mesures, d’autres le feront à notre place et avec leurs conditions”, avertit l’expert.

Soulignant que la situation économique de l’Algérie est des plus épineuses, l’expert estime que “les gens ne sont pas conscients de la gravité de la situation”, ajoutant que “cela signifie gel des salaires, blocage de la demande, licenciements… et implique des choses que nous avons déjà vécues et qu’on ne souhaite pas revivre».

Allant plus loin dans sa lecture, M. Karroubi met l’accent sur les priorités qui doivent être celles de la “suppression de la loi du 51/49 , du droit de préemption de l’Etat, de l’augmentation de l’assiette fiscale et l’amélioration de son recouvrement par la réforme, de la mise en place d’un mécanisme de gestion du taux de change, de la relance de l’agriculture et du tourisme, d’aller petit à petit  vers la convertibilité, d’avoir une meilleure gouvernance du système bancaire”.

Interrogé sur la problématique de la surliquidité des banques, censées être fatalement responsables de la fuite et leur dilapidation par des financements suspects, l’expert explique en citant, exemple à l’appui, “comment les banques financent des projets parfois illicites sans vraiment le savoir avant de conclure, “c’est comme ça que Daech exporte du pétrole et que certains pays exportent la drogue, à cause de la fongibilité de l’argent”.

L’invité de la Radio fera vite de préciser toutefois que cela ne veut pas dire le dédouanement des banques qui restent «responsables pour détecter certaines surfacturations et sous-facturations, des transferts et doubles transferts illicites».

Economie

Sonatrach: un manque à gagner de 10 mds USD à cause de la pandémie

Achour Nait Tahar

Published

on

© DR | Sonatrach

La compagnie nationale des hydrocarbures a enregistré des pertes importantes, estimée à 10 milliards de dollars à la fin du mois de septembre 2020 par rapport à la même période en 2019 à cause de la pandémie de coronavirus, avec une baisse de 41% de son chiffre d’affaires à l’exportation, indique un bilan du ministère de l’Energie.

Selon l’APS, Ce montant a été dévoilé dans un bilan rendu public lundi par le ministère à l’occasion d’une réunion entre le ministre de l’Energie et les directeurs des wilayas de son secteur.

Le même bilan fait état des pertes de 18,7 mds de DA due à la baisse de la consommation en raison de la réduction de l’activité économique et l’augmentation des créances de la SADEG, durant la même période.

L’entreprise Naftal a été également touchée par la COVID-19 avec un manque à gagner estimé à 41 mds de DA durant la même période de comparaison.

De même, la filiale de Sonatrach spécialisée dans le transport aérien, Tassili Airlines, a enregistré un manque à gagner de 1,5 mds DA.

Les entreprises du secteur énergétique ont été confrontées au  ralentissement de l’activité économique mondiale et à la réduction des effectifs dans le cadre des mesures prises pour lutter contre la propagation du virus.

L’autre objectif fixé est celui de réduire, de 17%, le budget de fonctionnement des deux entreprises publiques, soit d’un montant total de 182 mds de DA, selon les chiffres avancés par le ministère.

Avec APS

Continue Reading

Economie

Contrôle drastique au niveau des espaces commerciaux

Feriel Bouaziz

Published

on

Le ministre du Commerce, Kamel Rezig a donné lundi des instructions fermes aux directeurs régionaux à l’effet de durcir la surveillance au niveau des espaces commerciaux afin d’assurer le respect des mesures préventives de l’épidémie de la Covid-19, a indiqué lundi un communiqué du ministère.

Ces directives ont été données lors d’une réunion d’évaluation en présence des directeurs de wilaya et régionaux du commerce, par visio-conférence présidée par le ministre au siège de son département ministériel, en compagnie du ministre délégué chargé du Commerce extérieur, Aïssa Bekaï.

En effet, le ministre, M. Rezig a donné “des instructions fermes aux directeurs, quant à la nécessité de durcir le contrôle des espaces et activités de commerce, notamment en matière d’application stricte du protocole sanitaire et le respect par les commerçants des mesures préventives du Coronavirus”.

De plus, les instructions ont également porté sur “la prise de toutes les mesures à l’encontre des commerçants contrevenants, et ce sous l’autorité des walis de la République, conformément aux instructions de M. le Premier ministre“, lit-t-on dans le communiqué.

Par ailleurs, la réunion à été également l’occasion d’aborder certains dossiers relatifs au secteur du Commerce, notamment l’élaboration d’un fichier national des produits de fabrication locale, conclut le communiqué.

Continue Reading

Economie

ONAB: Commercialisation progressive de 48.000 tonnes de volaille à partir de lundi

Achour Nait Tahar

Published

on

© DR | L'Office National des Aliments de Bétail (ONAB)

L’Office national des aliments de bétail (ONAB) procèdera, à partir de ce lundi, à la commercialisation progressive de près de 48.000 tonnes de poulet stocké au niveau national pour faire face à la flambée des prix, avant la fête du Mawlid Ennabaoui Echarif.

Cette opération qui sera lancée lundi se déroulera graduellement au niveau national, avec un prix fixé à 250 Da/kg, a annoncé le directeur général de de l’ONAB, Mohamed Betraoui.

« La commercialisation de ces stocks de poulet est à même de barrer la route à toute tentative de spéculation et d’augmentation des prix une semaine avant la fête du Mawlid (Mouloid), une occasion marquée habituellement par la hausse de la demande sur la viande blanche », a-t-il expliqué.

Cette décision a été prise après la hausse sensible enregistrée récemment dans les prix de la volaille qui ont atteint  360 Da/kg, a-t-il ajouté.

Quelque 49 points de vente agréés ont été mis en place au niveau de 23 wilayas dont Alger, Blida, Oran, Annaba, Constantine, Tlemcen, Mostaganem et Sidi Bel Abbès.

D’autres points de vente ont été mis en place à travers les wilayas de Grand Sud dont Adrar, Illizi, Ghardaïa et El Menia, a fait savoir le même responsable.

Les points de vente à Alger se trouvent à Chéraga, Ain Benian, Hussein Dey et Reghaia (3 points de vente), a précisé M. Betraoui.

Avec APS

Continue Reading

Tendances

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR