Connect with us

Monde

L’exercice annuel de l’armée américaine « African Lion » délocalisé du Maroc

Published

on

Sigle d'African Lion 2022
© DR | Sigle d'African Lion 2022

Lors d’une conférence de presse en ligne qui s’est déroulée hier 26 Juillet 2022, le général Stephen Townsend, commandant de l’armée américaine en Afrique a annoncé que l’exercice African Lion, ou bien « certains éléments des exercices seront déplacés dans d’autres lieux du continent ».

Le général Stephen Townsend qui occupe ce poste depuis trois ans a annoncé que « le Congrès a adopté la loi sur la Défense pour l’année fiscale 2022 qui exige que nous nous penchions sur une diversification des exercices militaires » tout en précisant « qu’il s’agit d’essayer de déplacer les exercices, en tout cas certains éléments des exercices dans d’autres lieux du continent ».

L’exercice qui se déroule au Maroc depuis 18 ans sera donc délocalisé vers d’autres pays africains « parce que nous croyons au contrôle civil de l’armée, nous respectons les leaders de notre gouvernement qui nous ont dit qu’il fallait le faire. Nous participons maintenant à cet effort. » a déclaré le général.  La même source précise notamment que l’armée américaine est en train de chercher d’autres pays susceptibles de pouvoir accueillir cet exercice qui exige de grands moyens. « Nous essayons de trouver d’autres endroits où nous pourrons effectuer cet exercice African Lion, en tout cas un volet de l’exercice. Le Maroc a accueilli 18 exercices African Lion et nous savons que le Maroc a une immense capacité à organiser ces exercices. Sa capacité militaire est très élevée et il dispose également des infrastructures et des modalités de formations nécessaires à ces exercices » a déclaré le général Stephen Townsend.

Le commandant de l’armée américaine en Afrique lance indirectement un appel aux pays africains qui souhaitent accueillir cet exercice. « Nous allons explorer les manières de diversifier davantage l’exercice African Lion et j’aimerai beaucoup qu’il y ait davantage de pays africain qui se portent volontaires pour coorganiser certaines activités de l’exercice ou l’ensemble de l’exercice ».

« nous serons très heureux de diversifier cet exercice »

Le commandant qui annonce son départ de ce poste le mois d’août, a clairement précisé que cet exercice ne pourra pas être organisé dans des pays qui n’ont pas beaucoup de moyens militaires. « Cela va être très dur pour la première année de cette diversification. Donc voici la situation, on nous a demandé de diversifier mais le Maroc a été un partenaire d’excellence pour ces exercices » tout en précisant que « des évaluations vont être faites et des enquêtes vont être envoyées à cet effet et nous serons très heureux de diversifier cet exercice ».

Cette déclaration peut être interprétée comme un clin d’œil pour l’Égypte et l’Algérie qui sont les deux armées les mieux classées en Afrique afin d’accueillir cet exercice car ils disposent d’importants moyens humains et logistiques.

le sénateur Jim Inhof, important soutien au peuple Sahraoui qui plaide l’indépendance du Sahara Occidental a écrit sur son compte twitter le 22 Juillet passé que « parce que le Maroc n’a montré aucune volonté de résoudre la question du Sahara Occidental, les États-Unis devraient évaluer des emplacements alternatifs pour y accueillir nos exercices militaires annuels. Je suis heureux que nos candidats pour diriger l’AFRICOM et l’USSOCOM United States Special Operations Command NDLR ) aient accepté de soutenir cette évaluation.” s’est exprimé le sénateur Jim Inhof sur son compte Twitter, se réjouissant du résultat favorable de cette demande », faisant alors l’annonce avant le général Stephen Townsend qui a confirmé hier.  

Continue Reading
Advertisement
Comments
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR