Connect with us

Politique

Levée de l’immunité parlementaire: Mohcine Belabbas refuse de se présenter devant la commission des affaires juridiques de l’APN

Melissa NAIT ALI

Published

on

© DR | Le président du RCD, Mohcine Belabass


La procédure de levée de l’immunité parlementaire du président du RCD, Mohcine Belabbas, est comme attendu accélérée. La Commission des affaires juridique de l’APN, destinataire jeudi dernier de la requête du ministère de la justice, a convoqué officiellement l’homme politique à se présenter, mercredi 30 septembre à l’Assemblée.


La décision a été confirmée aujourd’hui par la commission présidée par le député du FLN, Abdelhamid Si Affif. Mais le président du RCD a déjà tranché la question. Il ne répondra pas à la convocation.
« Je suppose qu’ils vont me convoquer rapidement, car il y a une volonté de précipiter les choses. Mais je n’irai pas à l’APN, car nous avons gelé nos activités à l’Assemblée depuis février 2019 », a-t-il déclaré, lundi soir, sur le plateau de Berbère TV.

Mohcine Belabbas commente également cette procédure et dénonce un « acharnement contre sa personne et contre son parti ». « Implicitement, j’ai renoncé à mon immunité. De plus, dans un mois, la Constitution sera adoptée et ce texte prévoit une levée automatique de l’immunité parlementaire dans ce genre de cas », a-t-il rappelé.


Ce faisant, le premier responsable du RCD appelle le juge d’instruction à le convoquer directement. « Le juge doit me convoquer, car il y a une volonté de salir mon image et l’image du parti que je dirige. Il y a eu une grave violation du secret de l’instruction », a-t-il dénoncé.


Selon lui, le « RCD dérange les tenants du pouvoir en raison de sa présence dans le Hirak et de la vague d’adhésion des jeunes du mouvement qui ont même pris des responsabilités au sein du parti ».

Le bureau de l’APN, rappelons-le, avait reçu, jeudi, une demande de levée de l’immunité parlementaire de deux députés. Outre Mohcine Belabbas, la justice réclame aussi la tête de l’ancien ministre et député du FLN, Abdelkader Ouali.

Le président du RCD avait été convoqué, en été dernier, par la brigade de la gendarmerie de Gué de Constantine, à Alger, dans le cadre de l’enquête sur le décès d’un ressortissant marocain sur son propre chantier.

Il affirme avoir accepté de répondre volontairement aux questions des gendarmes chargés de l’enquête. Pour de nombreux observateurs de la scène nationale, il y a une volonté de réduire au silence Mohcine Belabbas par ceux qui ont fourni les détails de cette affaire à la chaîne privée El Hayat.

Continue Reading
Comments
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR