Connect with us

Politique

Leur procès en appel s’est ouvert aujourd’hui : Tartag absent, Toufik, Saïd Bouteflika et Hannoune rejettent « le complot »

Melissa NAIT ALI

Published

on

© DR | Said Bouteflika, Mohamed Mediene dit "Toufik", Atmane Tartag et Louiza Hanoune
© DR | Saïd Bouteflika, Mohamed Médienne dit "Toufik", Atmane Tartag et Louisa Hanoune

Comme attendu, le procès en appel de Saïd Bouteflika, des généraux Mohamed Médienne dit « Toufik » et Bachir Tartag ainsi que de la secrétaire générale du parti des travailleurs, Louisa Hanoune, s’est ouvert aujourd’hui loin des médias.

La justice militaire a reconduit le même schéma que celui du procès de première instance, qui s’est tenu le 25 septembre dernier. Elle n’a finalement pas tenu compte des dénonciations des avocats de la défense qui avaient, rappelons-le, dénoncé un procès à huis clos.

Concernant le déroulement du procès, selon les quelques informations communiquées par des avocats, il s’est déroulé en présence de seulement trois accusés, sur les quatre devant être présents à la barre. En effet, l’ancien patron du DRS, Athmane Tartag, qui avait déjà refusé de répondre aux questions du juge lors du premier procès, est resté sur la même stratégie de défense en refusant de se présenter à l’audience.

Son avocat était, lui aussi, absent. Le juge a donc interrogé les trois présents, en l’occurrence Saïd Bouteflika, Toufik et Louisa Hanoune. Selon les avocats, les mis en cause, condamnés rappelons-le à 15 ans de prison ferme en première instance, ont rejeté l’accusation de « complot » retenue contre eux.

Toufik met en avant la lutte contre la corruption  

Selon l’avocat Me Khaled Bourayou, la séance du matin a été consacrée à l’audition du général de corps d’armée Mohamed Médienne. Celui-ci est resté sur la même ligne de défense en affirmant être « celui qui a déclaré la guerre à la corruption » en chargeant ses services d’investiguer sur des grosses affaires, comme celle de Sonatrach dans laquelle est impliqué l’ex-ministre de l’Energie Chakib Khellil.

Dans la séance de l’après-midi, le juge a interrogé les deux autres accusés présents, à savoir Saïd Bouteflika et Louisa Hanoune qui ont défilé à la barre pour donner leur version des faits par rapport aux accusations portées contre eux. Ils rejettent aussi les chefs d’inculpation retenus à leur encontre.

Les avocats entrent en scène demain

Vers 18h00, selon le chargé de communication du PT, Djelloul Djoudi, la séance est levée. Et le procès devra se poursuivre demain, avec l’entrée en scène des avocats qui devraient faire leurs plaidoiries.

Pour apporter un soutien à la secrétaire générale du parti des travailleurs, Louisa Hanoune, un rassemblement a été organisé par ses partisans à proximité du tribunal. Les manifestants réclament la libération pure et simple de la patronne du PT, considérée comme une détenue politique.  

 Ce procès, selon certaines sources, s’est tenu en présence du deuxième frère du président déchu, Nasser Bouteflika, de l’ancien responsable de la présidence, Hebba El Okbi, de Sid Ali Boughazi, ancien conseiller du président  Bouteflika et de Tayeb Belaïz, ex- président du Conseil constitutionnel.

Advertisement
Comments
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR