Suivez-nous

Société

Les Taxi entrent en grève illimitée et s’attaquent aux VTC

Les chauffeurs de Taxis de la wilaya d’Alger appellent à une grève illimitée à partir de demain 03 novembre, pour dénoncer les conditions de travail difficiles. Ils réclament notamment l’annulation de la licence du Moudjahid.

Publié

le

Signe lumineux du taxi
© DR | Signe lumineux du taxi

En effet, les « taxieurs » annoncent aussi leur volonté de tenir un rassemblement devant la direction du Transport de la wilaya d’Alger, sise à El Biar, demain à partir de 9 heures. « Tous les véhicules seront immobilisés jusqu’à la satisfaction de toutes nos revendications », indiquent-ils dans un communiqué.

Outre la suppression de la licence de Moudjahid exigée pour l’exercice de cette activité, les chauffeurs de Taxi s’attaquent aussi aux VTC (Véhicules Touristiques avec Chauffeur Ndlr). Ils exigent l’annulation des applications sur internet, dont Yassir, Temtem, etc., comme ils réclament également la révision de la tarification au compteur.

« Concurrence déloyale »

Pour rappel, les chauffeurs de Taxi subissent une concurrence, qualifiée de « déloyale » de la part d’autres personnes exerçant la même activité et « les fraudeurs » qui échappent au fisc. Ils déplorent, de ce fait, la passivité des services concernés face à cette situation.

La guerre entre les Taxis et les VTC débarque ainsi en Algérie. Dans plusieurs pays du monde, les compagnies de VTC sont soumises à des règles très strictes et dans certains pays, plus rigoureux sur la réglementation à l’exemple de la Hongrie, leur utilisation est interdite.

Tandis que le chauffeur du VTC peut ressembler à un Taxi, se sentir comme un Taxi et s’acquitter de la tâche qui confirme qu’il s’agit d’un Taxi, les voitures de la société ne respectent pas les mêmes règles que celles imposées aux autres entreprises de Taxi. Les chauffeurs de Taxis passent un examen de transport de voyageurs contrairement aux VTC.

“C’est eux qui indiquent leur itinéraire aux clients”

Mais les chauffeurs de Taxi n’assurent pas un service de qualité et violent souvent la réglementation. Ils se permettent de prendre plusieurs clients à la fois et, souvent, c’est eux qui indiquent leur itinéraire aux clients, contrairement à la réglementation qui permet au client de choisir la destination qu’il veut.

Contacté par INTERLIGNES, un chauffeur de Taxi explique que « les tarifs appliqués ne permettent pas de prendre un seul client » en soulignant que « le prix du carburant a presque doublé en deux ans, alors que le prix de la course n’a pas été révisé sérieusement ».

“Problèmes sur le terrain”

Les chauffeurs VTC rencontrent plusieurs problèmes sur le terrain, selon eux. « J’avais chargé un client de l’aéroport Houari Boumediene d’Alger vers le centre-ville et en arrivant au barrage de la sortie, le policier m’a arrêté et ma retiré mon permis » raconte Brahim, chauffeur chez TemTem. « Ils ont demandé au client de descendre avant de lui appeler un taxi » raconte-il en précisant qu’il avait en sa possession un ordre de mission de la société.

Ce problème entre les VTC et les Taxis se pose partout dans le monde.

Lire la suite
Publicité
Commentaires
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR