Soudan: « désobéissance civile » dans un climat de tension croissante

Crédit photo: Au Soudan, les leaders de la contestation appellent à la "désobéissance civile"

Les Soudanais qui exigent de l’armée la remise du pouvoir au civil, ont entamé, ce dimanche 9 juin, leur premier jour de « désobéissance civile ».

 

 

L’appel au mouvement de désobéissance civile a été lancé par l’association des professionnels soudanais (SPA), acteur majeur de l’opposition affirmant que cette campagne ne prendra fin que « lorsqu’un gouvernement civil aurait été annoncé », rapporte France 24.

La campagne nationale de « désobéissance civile » a été marquée au premier jour, par des tirs de gaz lacrymogènes contre des manifestants qui tentaient d’ériger des barrages routiers à Bahri, quartier du nord de la capitale, selon des médias.

La circulation automobile était, par ailleurs, réduite dans la capitale alors que les transports en commun semblaient absents. La plupart des commerces sont restés portes closes, d’après des correspondants de presse sur place.

Le trafic aérien a été également touché par le mouvement de désobéissance civile. De nombreux passagers attendaient dimanche matin devant l’aéroport, selon la même source.

Dans on communiqué, le SPA indique que les contestataires sont déterminés plus que jamais à poursuivre leur mouvement jusqu’à l’instauration d’un pouvoir civil. « La désobéissance civile et la grève générale sont nos moyens pacifiques pour arracher notre droit à la vie face à la barbarie des milices ».

Pour cette association, la désobéissance civile constitue « un acte pacifique capable de mettre à genoux le plus puissant arsenal d’armes au monde ».

Avec APS

Adsence Milieu article