Suivez-nous

Politique

Les procès en appel des militants du RAJ renvoyés au 6 avril

Publié

le

Les procès en appel des militants de l’association Rassemblement Actions Jeunesse (RAJ) ont été renvoyés au 6 avril prochain, a annoncé le Comité National pour la Libération des Détenus (CNLD).

Il s’agit de deux affaires distinctes. Dans la première, sont poursuivis l’ancien leader du RAJ Hakim Addad et les militants Ould Ouali Nassim, Massinissa Aissous, Djallal Mokrani et Hmimi Bouider.

Arrêtés le 4 octobre 2019 puis libérés provisoirement en janvier 2020, leur jugement n’a eu lieu qu’en novembre 2020 pour “atteinte à l’intégrité du territoire national” et “faits susceptibles de porter atteinte à l’interêt national” conformément aux articles 79 et 96 du codé pénal.

Alors que le procureur de la République a requis un an de prison ferme contre les cinq militants, le juge les a relaxés des accusations suscitées.

La deuxième affaire concerne Fouad Ouicher, secrétaire général du RAJ et Saïda Deffour, militante au sein de la même association. Les deux prévenus ont été arrêtés lors de la marche du 22 novembre 2019 et présentés devant le procureur du tribunal de Sidi M’hamed le 24 du même mois. À l’issue de leur présentation Fouad Ouicher a été écroué avant d’être remis en liberté le 02 janvier 2020. Saïda Deffeur a, elle, été placée sous contrôle judiciaire.

Après plusieurs reports, les deux militants ont été jugés en première instance au tribunal de Sidi M’hamed le 03 décembre 2020. Le Procureur de la République a requis contre eux, deux ans de prison ferme et 100,000 DA d’amende. Le verdict prononcé par le juge les a relaxés de l’inculpation qui pesait sur eux à savoir : “atteinte à l’intérêt national”.

Lire la suite
Publicité
Commentaires