Connect with us

Politique

Les partisans des élections malmenés : le pouvoir pris dans son propre piège.

Des marches de soutien à l’élection présidentielle, prévue pour le 12 décembre, sont organisées par le pouvoir à travers le pays. A chaque fois, des rassemblements populaires naissent spontanément pour chasser les pros-élection.

Published

on

@DR/ marche de soutien à la présidentielle.

Les tenants du régime tombent dans leurs propres pièges. Voulant donner l’illusion que les Algériens sont favorables à la présidentielle du 12 décembre prochain, ils ont eu droit à l’effet contraire. En dépit des moyens déployés et de la propagande menée via les chaines de télévision, publiques et privées, le pouvoir ne parvient toujours pas à mettre en place un rapport de force en faveur de cette élection. Pis encore, les marches qu’ils tentent d’organiser tournent au ridicule. Elles sont désormais empêchées par les citoyens pros-hirak, comme ce fut le cas aujourd’hui dans plusieurs villes du pays.

Voulant reproduire le même scénario que celui de la semaine dernière où des marches et des rassemblements de quelques dizaines de personnes ont été organisées dans certaines régions, les partisans des élections ont été sérieusement mis en difficulté, ce samedi 16 novembre. N’ayant pu mobiliser un nombre suffisant les manifestants, les organisateurs de ces actions de soutien à Gaïd Salah ont dû battre en retraite, malgré la protection policière importante dont ils ont bénéficié.

En effet, à Oran, à Sidi Belabbes, à Tebessa, à Constantine ainsi qu’à Bordj Bou Arreridj, les manifestations de partisans des élections ont été écourtées. Et pour cause, la présence massive des activistes du Hirak qui les ont hués, raillés et même chassés. « Djabouhoum men zaouia, aâtawelhoum teltemya (Ils les ont ramené des Zaouia et leur ont donné 3000 DA) » et « makench el vote ya shab l’casse-croute (il n’y aura pas de vote espèce de vendus) », lancent notamment les anti-élection à Oran. Dans cette ville, comme il est possible de le voir sur plusieurs vidéos postées sur les réseaux sociaux, le nombre de manifestants anti-élection était largement supérieur à ceux des partisans du pouvoir qui ont été contraints de quitter les lieux, sitôt arrivés. Les agents de police ont ensuite procédé à de nombreuses arrestations parmi les contestataires.

Mêmes scènes à Tebessa et dans d’autres villes.

Dans cette ville, les pros Gaid Salah ont même jeté les drapeaux qu’on leur a donné, avant de prendre leurs jambes à leurs cous. « Nous avons récupéré ces drapeaux. Les cachiristes les ont jetés par terre », affirme un citoyen de cette wilaya, fier d’avoir participé à faire échouer “l’action” des partisans des élections.

Même scénario dans les autres villes où les activistes pros-hirak ont démenti les allégations de leurs adversaires qui tentent de faire croire que le Hirak est contre l’institution militaire. « Non, l’armée nous appartient. Ce sont ses chefs que nous dénonçons », affirment les manifestants qui s’expriment dans des vidéos postées sur les réseaux sociaux.

Continue Reading
Advertisement
Comments
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR