Suivez-nous

Campus

Les étudiants exigent la libération des détenus et disent “non” au gaz de Schiste

Avatar

Publié

le

© Sami K | 49 mardi de mobilisation à Alger
© Sami K | 49 mardi de mobilisation à Alger

Toujours aussi déterminés, les étudiants ont battu massivement la rue pour ce 49e mardi qui a été marqué par le rejet sans ambages de l’exploitation du gaz de Schiste. Un mot d’ordre qui vient conforter la position de milliers de manifestants sortis vendredi dernier pour contester l’annonce du chef de l’Etat de la nécessité de recourir à cette ressource.

Le mobilisation des étudiants ne cesse de grandir et gagner du terrain à mesure que le pouvoir s’obstine à battre froid toutes les revendications populaire exprimées depuis la naissance du Hirak. Dans la capitale, ils étaient comme chaque mardi nombreux à se rassembler dès la matinée à la place des Martyrs. Les jeunes manifestants rejoints par des citoyens organisent le traditionnel débat afin de discuter de la situation politique dans le pays et des perspectives du Hirak. Aujourd’hui, l’on parle du gaz de Schiste. Une question qui fait débat depuis plusieurs jours.

“Non au Gaz de Schiste”, lit-on sur une pancarte brandie lors de ce 49e mardi. Mais les manifestants ne se sont pas contentés de brandir des pancartes contestant cette question, ils scandent haut et fort pour faire passer leur message : “Gaz de Schistes, faites le à Paris”, crient à gorges déployées les jeunes hirakistes.

“Oui à l’énergie solaire, oui à l’exploitation des eaux souterraines, oui à l’agriculture dans le Sahara, oui au changement du système par des moyens pacifiques mais NON au Gaz du Schiste”, “non au gaz de Schiste. Danger de mort”. Ces messages – pour ne citer que ceux-ci- démontrent le remarquable engagement populaire dans les questions politique mais aussi économiques.

l’infatigable Benyoucef Mellouk, connu pour avoir dénoncé des magistrats faussaires, est toujours fidèle au rendez-vous. Il marche au côté des étudiants avec ses coupures d’articles de presse relatant son calvaire judiciaire. Pour ce militant, la mobilisation populaire se doit de continuer et de reprendre plus fort pour faire fléchir le pouvoir.

Fidèles à leur revendication principale, les manifestants ont exigé le départ du régime. “9olna l’Issaba Troh, ya hnaya, ya ntouma” (on a dit que la bande doit dégager) comme pour affirmer la poursuite de la mobilisation tant que le pouvoir “illégitime” est toujours là.

Tout au long de la marche, les slogans scandés par les étudiants ont été aussi dominés par ceux appelant à la libération des détenus d’opinion, particulièrement l’étudiante incarcérée, Nour el Houda Oggadi.

Les étudiants ont terminé la marche de ce 49e mardi par la récitation de la “Fatiha” à la mémoire des deux pilotes tués, hier lundi, dans un crash d’avion lors d’un vol d’entraînement nocturne.

Campus

53e mardi : “Le Hirak se poursuivra, car il s’agit de notre dignité”

Avatar

Publié

le

Le mouvement de protestation populaire boucle sa première année de mobilisation contre le régime en place sans que celui-ci n’affiche une véritable volonté pour répondre aux revendications du peuple. La détermination des Algériens reste donc inébranlable, signe de vivacité et de force durables d’un “Hirak” dont le pouvoir misait -en employant la répression policière et le harcèlement judiciaire contre les manifestants- sur le dépérissement.

Toujours aussi déterminés et intransigeants à l’égard du système politique en place, des milliers d’étudiants et citoyens de tous âges ont battu le pavé pour ce 53e mardi réclamant dans la foulée la satisfaction de leurs revendications qui n’ont toujours pas trouvé une oreille attentive. Les manifestations hebdomadaires drainent, désormais, de plus en plus de monde à mesure que le pouvoir poursuit son entêtement à se maintenir.

Marchant par milliers, les manifestants ont d’emblée chargé le chef de l’Etat, Abdelmadjid Tebboune en entonnant en choeur le fameux slogan “Tebboune mzaouar, jabouh el askar, makanch echarîa”, (Tebboune est un président fantoche ramené par les militaires. Il n’a pas de légitimité).

On pouvait entendre aussi : «Qolna el îssaba t’roh, ya hnaya ya entouma !» (On a dit que la bande doit partir. C’est nous ou bien vous), «Djazair horra dimocratia !» (Algérie libre et démocratique).

Sur les pancartes brandies, on peut lire, “notre révolution est une question de dignité”, “la fierté, l’espoir et l’avenir appartiennent aux étudiants”, “l’Algérie a besoins des profs, pas des flics”, “nous continuons de marcher jusqu’à ce que ce que le changement se produise”, “

“Même si l’on ne constate aucun changement sur le plan politique après une année de mobilisation, -c’est à dire que le pouvoir recourt toujours aux mêmes procédures, adopte le même comportement et ses symboles sont toujours là- , il est toutefois important de dire que le Hirak, de son côté, a gagné en force et en détermination”, témoigne un étudiant.

Pour les perspectives, le jeune étudiant est convaincu que «le Hirak va s’installer dans la durée” car il s’agit selon lui, “de la dignité des Algériens”.

“Les Algériens poursuivront leur mouvement pacifique jusqu’à le départ de tous ces prédateurs. C’est un combat de longue haleine, et nous devons rester déterminés et patients si nous voulons aboutir à notre démarche. Nous devons aussi fixer des objectifs à court, à moyen et à long termes en restant attachés à nos principes qui sont la solidarité, l’unité, le pacifisme”, insiste-il.

Lire la suite

Campus

52e mardi : La police tente de réprimer la dernière marche avant l’anniversaire du hirak

Avatar

Publié

le

Pour le 52ème mardi de mobilisation consécutif, des étudiants rejoints par des des citoyens de tout âge, et dont la détermination est loin d’être entamée, ont battu le pavé dans la Capitale et dans plusieurs autres villes du pays. Pour les protestataires, il n’y a pas l’ombre d’un doute : le Hirak se poursuivra jusqu’au “changement total du système”.

Ce mardi 18 février, une procession de milliers d’étudiants protestataires s’est ébranlée de la Place des Martyrs pour sillonner plusieurs rues de la Capitale. Le mot d’ordre est toujours le même  : maintenir la pression jusqu’au bout, notre Hirak continue”.

Ils étaient ce mardi plus nombreux à avoir marché, drapeaux et pancartes en main, pour revendiquer comme ils l’ont toujours fait depuis le 22 février 2019, la fin d’un pouvoir despotique et le départ des prédateurs qui n’ont apporté au pays que misère et désolation.

“Qolna issaba trouh, ya hna ya ntouma” (On a dit la bande doit partir, ou bien c’est nous ou bien c’est vous), “Tebboune mzaouar, jabouh el aâsker !» (Tebboune l’illégitime, emmené par l’armée), scandaient les hirakistes qui tenaient à reprendre en chœur un autre slogan: “le peuple veut la chute du système”. Sur une banderole fièrement déployée par des étudiantes, le message est bien clair. “Au départ, vous (tenants du pouvoir) nous aviez ignorés, ensuite, méprisés, puis vous nous aviez combattus, mais nous allons vaincre pour la patrie”.

“Nous sommes ici pour le 52e mardi de mobilisation consécutif pour réclamer, une nouvelle fois, le départ du régime en place ainsi que tous ses symboles. Nous en avons marre de ce régime. Rien ne semble changer. Les anciennes pratiques du pouvoir sont toujours là. La répression bat son plein et celui qui veut exprimer son indignation ou son mécontentement finira en prison. De quelle démocratie parle-t-on alors? le peuple doit impérativement poursuivre le Hirak car le pouvoir et déterminé aller jusqu’au bout de on plan”, assène un étudiant.

La communauté estudiantine n’a pas, comme il fallait s’y attendre, oublié les détenus qui croupissent toujours en prison pour leur opinion. Ceux-ci ont eu droit et à leurs pancartes et à leurs slogans. “Libérez les détenus”, scandaient, de temps à autre, les hirakistes. Les portraits de Karim Tabbou, Fodil Boumala et bien d’autres ont été également brandis. 

Mais la marche ne s’est pas déroulée dans le calme. La stratégie répressive a repris de plus belle et l’interdiction de l’emblème amazigh lors des marche semble être de nouveau ordonnée. En effet, un manifestant a été interpellé ce mardi par les services de sécurité alors qu’il brandissait l’étendard amazigh. Mais les policiers ne se sont pas contenté des arrestations, Ils ont, sans motif aucun, violenté des journalistes qu’ils couvraient la marche, parmi eux notre collègue Bouzid Ichalalene. “Des policiers se sont approchés de moi pour carrément m’agresser sans aucun motif. Ils m’ont cassé mes lunette de vue”, témoigne-t-il.

Lire la suite

Campus

51e mardi : détermination, maître-mot de la révolution estudiantine

Avatar

Publié

le

Les jeunes révolutionnaires ont fait preuve, une nouvelle fois, d’une remarquable constance pour ce 51e mardi de mobilisation. Il étaient plusieurs milliers à battre le pavé des rues de la Capitale, Alger, comme ailleurs, notamment à Tizi- Ouzou, Oran, Constantine pour crier leur rejet du régime “honni” et réclamer le passage vers une transition démocratique en rupture avec les anciennes pratiques ayant conduit le pays vers la dérive.

Ils ont juré de maintenir le cap jusqu’à ce que toutes les revendications soient satisfaites. Déterminés, les yeux rivés sur un avenir radieux pour une Algérie qui a tant souffert des affres des politiciens-prédateurs et des hommes d’affaires opportunistes, les jeunes hirakistes ont marché par plusieurs milliers ce mardi faisant savoir que l’abdication n’est pas un vocable ayant cours dans les rangs des révolutionnaires.

Soutenus par de nombreux citoyens, tous âges confondus, les marcheurs ont scandé des slogans hostiles au pouvoir l’invitant tout bonnement à déguerpir pour laisser la place à la nouvelle génération et aux personnes intègres et compétentes. Parmi les chants entonnés : “Tebboune m’zawar djabouh el askar, makache echar’îya, echaâb et’harrar houa elli y qarrar, dawla madania!» (Tebboune est un président fantoche ramené par les militaires. Il n’a pas de légitimité. Le peuple s’est libéré, c’est lui qui décide. Gouvernement civil), «Système dégage, l’étudiant s’engage!» «Qolna el îssaba t’roh ! Ya h’na ya entouma !» (On a dit la bande doit partir. C’est nous, ou c’est vous),

“Je continuerai de marcher tant que le pouvoir est toujours déterminé à se maintenir. Les pratiques sont les mêmes et l’on ne voit aucun changement si ce n’est de nouvelles têtes pour diriger le pays. Nos revendications n’ont pas été jusqu’ici prises en compte, certains juges obéissent toujours aux ordres et plusieurs détenus croupissent encore dans les geôles alors qu’ils n’ont commis aucun crime. Rien n’augure du bon pour l’avenir de notre pays en présence de ces individus. Nous devons rester mobilisés si l’on veut mettre à terre ce pouvoir”, fulmine une étudiante.

Plusieurs portraits des détenus ont été brandis par les manifestants, qui tiennent chaque vendredi et mardi à leur rendre de vibrants hommages pour leur engagement auprès du mouvement populaire qui s’apprête à fêter, dans quelques jours, son premier anniversaire qui aura lieu le 22 du mois en cours.

Lire la suite

Tendances